Emballage

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps locale.png
(?) Cet article fait partie du
Thème
Vivre ensemble...


L'Éphéméride du jour
Calendriers
Noël
Animaux de compagnie
Cultures associées
Donner (Portail)
Décroissance
Économies alternatives
Entreprise autrement (Portail)
Activités coopératives
Sociétés alternatives
Écologie (Portail)
Écovillages
Environnement
Gestion des déchets
L'Homme qui plantait des arbres
Énergie (Portail)
Énergies renouvelables
Naturisme
Organismes (Portail)
Politique
Publicité
Sciences humaines et sociales
Transports en commun (Portail)



Vivre ensemble (Catégories)
Vivre ensemble (Portail)


L'emballage est le dispositif qui enveloppe ou contient temporairement un produit pour l'isoler de son environnement, le protéger, le conserver, le transporter ou pour le mettre en valeur dans un objectif commercial ou esthétique.

Histoire[modifier]

Les premiers emballages datent de la Préhistoire. C'était alors des peaux d'animaux ou des feuilles. Sont venus ensuite vers 6000 avant Jésus Christ les céramiques et les paniers.

Vers 1500 avant Jésus Christ, les égyptiens fabriquaient des récipients en verre.

Le tonneau est une invention gauloise, à l'époque où les romains utilisaient des amphores en argile.

C'est en Angleterre, en 1746, qu'est apparu le premier produit emballé sous une marque : une poudre contre la fièvre.

Sous Napoléon Ier, Nicolas Appert invente l'appertisation, procédé de stérilisation à chaud dans des récipients hermétiquement clos : c'est le début des boîtes de conserve.

Le XXe siècle est le siècle des emballages plastiques. Léger, résistant, inerte, multiforme, le plastique s'impose dans tous les domaines : sacs et bouteilles en polyéthylène, barquettes et pots de yaourt en polystyrène, bidons, films plastiques...

Inventés dans les années 1960, le Tetra Brik puis le Tetra Pak sont des emballages alimentaires composés de plusieurs couches de carton, d'aluminium et de plastique. Ils servent à conserver les boissons.

Généralités[modifier]

L'emballage est un secteur économique important.

L'emballage a plusieurs fonctions :

  • il protège
  • il conserve
  • il permet le transport du produit
  • il facilite le rangement
  • il facilite l'utilisation, par exemple avec un bec verseur pour les liquides. On peut aussi citer l'exemple des barquettes d'aliments "micro-ondables" qui évitent de laver une assiette.
  • il donne des informations sur le contenu et l'utilisation du produit
  • il doit être inerte pour ne pas réagir chimiquement avec le produit (spécialement pour les emballages alimentaires)
  • il met en valeur et fait la publicité du produit et de la marque. Il doit séduire le consommateur.
  • il rend le vol plus difficile

Les matériaux les plus utilisés sont le carton et le papier, le verre, le bois, les métaux (acier et aluminium) et les plastiques. On trouve aussi des composites qui associent plusieurs matériaux.

Différents emballages :

Le prix de l'emballage est répercuté dans le prix du produit vendu. Dans le secteur alimentaire, l'emballage représenterait, en moyenne, 20% du coût du produit fini.

Le problème des déchets[modifier]

Constat[modifier]

Les emballages représentent 50% en volume et 30% en poids des déchets des ménages. Même si le poids des déchets d'emballages reste stable, le nombre d'unités d'emballages continue d'augmenter.

Cette progression est liée à l'augmentation de la population et à l'accroissement de la consommation, au développement de portions individuelles, de produits à emporter avec soi et à l'achat de produits préparés au lieu de produits vendus en vrac.

En France, 5 millions de tonnes de déchets d'emballages par an sont produits par les ménages, soit 100 milliards d'unités d'emballages. En 2003, le recyclage a concerné plus de la moitié des emballages (en poids).

Le suremballage[modifier]

Le suremballage consiste à ajouter un emballage à un objet qui est déjà emballé. Le but est souvent marketing : il s'agit d'avoir plus de place pour faire la promotion du produit et de la marque. Pour les emballages surdimensionnés, cela a également l'effet de tromper l'acheteur sur la quantité réelle de produit.

Des exemples :

  • Le carton qui entoure les lots de quatre yaourts.
  • La boîte en carton qui contient un tube de dentifrice ou de crème hydratante.
  • Certains gâteaux sont contenus dans une barquette plastique entourée d'un film plastique et emballée dans une boîte en carton. Cela donne trois emballages.
  • La boîte en carton surdimensionnée qui contient un présentoir en carton pour mettre en valeur un CD-Rom (lui-même dans une boîte en plastique) ou un téléphone portable.
  • Le carton qui entoure certaines boîtes de thon.
  • Une quiche industrielle dans un plat en aluminium, dans un emballage plastique transparent, dans une boîte en carton

Réduction[modifier]

La réduction des emballages par les industriels[modifier]

La réduction des emballage est une action de prévention des déchets. Les industriels doivent avoir une démarche d'écoconception des emballages. La réduction des emballages peut concerner le nombre, le volume et le poids des emballages.

Pour réduire leur nombre, on peut supprimer les suremballages. Une réduction du poids peut être obtenue en modifiant la forme de l'objet fabriqué, en changeant de procédé de transformation, en fabriquant des produits plus concentrés ou en diminuant l'épaisseur des emballages. Cette voie est souvent choisie par les industriels car elle leur permet de faire des économies de matières premières et de frais de transport (puisque les camions sont mieux remplis).

En pratique, on constate que le poids unitaire des emballages tend à s'alléger, mais que le nombre d'unités d'emballages ne cesse d'augmenter.

La prévention consiste aussi à diminuer la nocivité pour l'environnement des emballages. On peut pour cela utiliser des matériaux moins polluants, recyclés et recyclables. On commence à voir des emballages biodégradables ou compostables, comme par exemple des sac à base d'amidon.

La consigne[modifier]

La consigne consiste en la récupération d'un emballage par le producteur pour le réutiliser. Ce système n'est plus du tout utilisé en France pour les emballages ménagers. Il existe dans d'autres pays, la Belgique, le Québec et l'Allemagne par exemple pour les bouteilles en verre : lors de l'achat, le consommateur paie une consigne et il récupère cette somme lorsqu'il ramène la bouteille vide au vendeur. (voir article détaillé : consigne)

Réduire les déchets d'emballages[modifier]

  • Boycotter les produits suremballés.
  • Acheter les fruits et légumes en vrac plutôt que dans des barquettes de polystyrène (non recyclé).
  • Préférer les grands formats plutôt que les produits unitaires. Éviter les lingettes et les produits jetables.
  • Acheter des produits concentrés
  • Privilégier les éco-recharges. Si on prend l'exemple d'une lessive, une " éco-recharge " représente une économie d'emballages de 75 % par rapport à un emballage rigide.
  • Faire ses courses avec un cabas ou un caddie pour ne pas avoir besoin de sacs plastiques jetables.
  • L'eau du robinet permet d'économiser de l'argent et du plastique. Pour les déplacements on remplit simplement une gourde.
  • Garder les papiers d'emballage des cadeaux pour emballer les prochains cadeaux.
  • Pour les pique-niques, on peut faire la cuisine et emballer le repas dans des boîtes en plastique hermétiques.
  • Réutiliser certains emballages (boîte à chaussure, bocal...) comme rangements.
  • Acheter des produits dont le contenant est recyclable et/ou recyclé.

Recyclage[modifier]

Le recyclage des emballages est effectué dans le cadre de la collecte sélective des déchets. Le recyclage est compliqué lorsque l'emballage est composé de plusieurs matériaux qu'il faut alors séparer.

En France, les producteurs sont tenus à contribuer ou pourvoir à l'élimination des déchets générés par leurs produits. Pour cela, le producteur a plusieurs possibilités : mettre en place un système de consigne, récupérer les emballages ou payer une société pour prendre en charge ces emballages. La très grande majorité des industriels a choisi de contribuer à un organisme tel Éco-emballages.

NB : Le point vert sur les emballages signifie que l'entreprise a payé une contribution à Éco-emballages (en moyenne 0,7 centimes d'euros par emballage). Le paiement de la contribution autorise les entreprises à utiliser ce logo représentant deux flèches vertes enroulées. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le point vert ne veut pas dire que l'emballage est recyclable ni recyclé.

Matériaux utilisés[modifier]

Pour les sacs de caisse, le matériau le plus utilisé est le polyéthylène, qui est recyclable. Il existe des sacs biodégradables fabriqués à partir d'amidon.

L'acide polylactique (PLA) est également fabriqué à partir d'amidon. Il est biodégradable et on peut le mettre dans le bac à compost. Il permet de fabriquer des gobelets ou des barquettes alimentaires.

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]


Bibliographie[modifier]

Noia 64 apps locale.png Portail Vivre ensemble – Les articles Ékopédia sur « comment vivre ensemble ».