Yourte

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps kfm home.png
Cet article fait partie du
Thème Se loger

Autoconstruction
Construire son habitat
Coopérative d'habitation
Entretenir son habitat
Gestion de l'eau
Gestion des déchets
Maçonnerie
Menuiserie: Outils / Matériaux
Rénover son habitat
Se chauffer
Utilisation de l'énergie


Catégorie:Se loger


Une Yourte (ou Ger) est la maison traditionnelle des peuples nomades qui vivent sur les steppes froides et sèches de l'Asie centrale (Mongolie).


Description[modifier]

photo d'une Ger
photo d'une Ger de 6 murs

Le terme Yourte vient du Russe Yurt ou yurta. Les Kazakhs les appellent Kigizui et les Mongoles les appellent ger. En raison de l'influence de la Russie, c'est du mot yurt que yourte puise son origine. Les Mongoles n'apprécient généralement pas le terme Yourte du fait qu'il soit généralement utilisé par les envahisseurs venant de l'ouest. Ainsi, malgré le titre de cette page, nous essayerons d'employer le terme Ger aussi souvent que possible.

Une Ger est vraiment plus qu'une tente. Les Mongoles y vivent tout au long de l'année et les préfèrent aux autres formes d'habitations. La conception a été développée durant des générations afin de répondre aux besoins des occupants. Elle peut être chaude dans le froid arctique et fraiche durant l'été. La structure peut se démonter et prendre très peu de place afin d'être portée sur un animal de trait. Elle peut ensuite être remontée à nouveau en une à deux heures.

La Ger est constituée de l'assemblage de pièces de bois :

  • Les murs (khana) qui sont des treillis en mélèze assemblés les uns aux autres avec des cordes en crins de cheval pour former le tour de la ger.
  • Les perches (uhn) et la couronne centrale (Toono), qui permettent faire le toit.
  • La porte (khalra)

Et de couches de feutre et de bâche :

Feutres de mur et toit (eskii) qui sont fabriqués selon la tradition à base de laine de mouton, battue à la main et arrosée avec de l'eau et du lait. Puis roulé au rythme des chevaux pour obtenir un feutre homogène et très dense. Bâche en coton épais, imperméable à 60 %, (Brezeent) Bache déco en coton fin : tsaagan burris. Toutes ces épaisseurs permettent d'obtenir une isolation satisfaisante, été comme hiver.


Vivre dans une Ger aujourd'hui[modifier]

C'est possible! Tout dépend de la construction de la Ger, mais elle peut être lumineuse, étanche, chauffée, etc.

Les avantages sont multiples:

  • habitat conçu avec des matériaux biologiques
  • déplaçable
  • de faible coût
  • en contact fort avec la nature, ou l'environnement extérieur.

Petite particularité française : la Ger n'étant pas une construction en pleine terre, mais démontable, un permis de construire n'est pas nécessaire. Seule condition : déplacer au moins une fois par an cet habitat nomade (même si le déplacement n'est que de deux mètres!). Dans une utilisation plus contemporaine, parquet sur pilotis, c'est la législation des cabanes dans les arbres qui s'applique![réf. nécessaire]

Le nouveau code de l'urbanisme est clair (octobre 2007) ce qui détermine la législation est l'usage et non la structure du bâtiment donc pour habiter dans une Yourte en toute légalité le permis de construire est obligatoire.


Au regard de la réglementation applicable en matière de camping, les yourtes peuvent être assimilées à des tentes, si elles sont non équipées. Elles peuvent être assimilées à des habitations légères de loisirs si elles comportent des équipements intérieurs, tels que des blocs cuisine et sanitaires. Dans un cas comme dans l'autre, ces hébergements sont strictement réglementés par le code de l'urbanisme. Les habitations légères de loisirs ne peuvent être implantées que dans les terrains de camping, les parcs résidentiels de loisirs ou encore dans certains villages de vacances. Le camping, quant à lui, peut être pratiqué dans les terrains aménagés ou librement. « Le camping pratiqué librement peut, toutefois, être interdit ou soumis à des prescriptions particulières dans certaines zones, si ce mode d'occupation du sol est de nature à porter atteinte à la salubrité, à la sécurité ou à la tranquillité publiques, aux paysages naturels et urbains, ainsi qu'à l'exercice d'activités agricoles ou forestières. L'arrêté d'interdiction est pris par le maire au nom de la commune dans les communes couvertes par un plan local d'urbanisme. Il est pris par le Maire au nom de l'état dans les autres communes. De même, le camping pratiqué isolement est interdit sur le rivage de la mer, dans les sites classés et inscrits, autour des monuments historiques, dans les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, ainsi que dans un rayon de 200 mètres autour des points d'eau captés pour la consommation. Hors de ces périmètres d'interdiction, cette activité de loisirs est librement pratiquée, avec l'accord du propriétaire du terrain ou de la personne qui en a la jouissance. En outre, la mise à disposition d'un terrain doit faire l'objet de la part du propriétaire d'une déclaration en mairie lorsque le nombre de campeurs est inférieur à vingt. Au dessus de vingt campeurs, le terrain doit obligatoirement faire l'objet d'une autorisation d'aménager et d'un classement, sanctionnant le respect des normes d'équipement, de confort, d'hygiène et de sécurité imposées dans ces établissements. Les règles d'utilisation du sol sont suffisantes pour assurer une gestion satisfaisante de ce mode d'hébergement. Il n'est donc pas envisagé de modifier cette réglementation. »

Techniques de construction[modifier]

Pour commencer il est nécessaire de se renseigner sur le lieu du montage. Il ne faut pas être trop proche d'un bois, d'une rivière, d'une route, ou d'autres habitations. Cela évitera une usure trop rapide de la yourte, on une délation par les voisins souvent réticents à voir un habitat alternatif proche de chez eux.

Une fois le terrain identifié, s'entourer d'une équipe d'amis de 10 à 20 personnes pour les débutants en montage et prévoir une journée conviviale pour ne pas être pris de cours.

Commencer par aplanir le terrain et prendre garde à d'éventuels ruissellements d'eau par temps de pluie.

Monter le plancher sur pilotis (ou sur parpaing) et pour les plus petits budgets simplement sur des palettes d'usines récupérées. Ce montage prend plus ou moins de temps en fonction de la réalisation. Pour un bon plancher d'habitation en palettes et planches d'OSB, compter environ 3 heures. Par dessus (après le montage de la yourte), y poser une isolation éco-fibre puis un plancher stratifié pour plus de confort et d'esthétique.

Le montage de la yourte commence traditionnellement par la pose de la porte. L'orienter dos aux vents dominants pour éviter des soulèvements de la toile en cas de tempête (même si la yourte est conçue pour subir des vents à 200km/h sans souffrir).

Ensuite étendre les murs ( 4,5 ou 6 pour les yourtes les plus courantes), et les mettre en rond sur le cercle que forme le plancher. Les attacher par des ficelles (crin de cheval chez les Mongols), avec un nœud en longueur qui prend entre ces lignes la totalité des croisements des treilles des murs.

Une fois chaque intersection nouée, deux personnes se positionnent au centre de la yourte avec les piliers sur lesquels est attaché (avec des cordes) le Toono (cercle de bois qui est la clef de voûte de la yourte).

Commencer à enfiler les perches 4 à 4 en formant des angles droits entre chacune pour répartir les forces lors du montage. Cette partie est très difficile car si une personne force plus qu'une autre pour monter sa perche, elle fera tomber celles que les autres ont déjà posées. Nouer les perches à leur base par un petit nœud en crin de cheval ou ficelle. Une fois les 40 premières perches posées, les chutes de celles-ci sont moins fréquentes. Pour une yourte de 6 murs (35m² environ) il faut monter 96 perches.

Une fois toutes les perches installées, c'est au tour des divers bâches d'êtres montées. La première est une grande toile de tissu en coton fin, pour protéger l'intérieur de la yourte de la poussière du feutre. Cette toile se déroule en deux en partant de l'emplacement de la porte. Les deux pans de la toile se chevauchent à l'arrière de la yourte.

Ensuite les trois pans de feutre des murs de la yourte sont déroulés, et eux aussi se chevauchent à chaque intersection.

Des personnes seront désignées pour les tenir en place le temps que les deux pans de feutre du toit soient installés. Ils peuvent être hissés par le toono au centre de la yourte pour plus de facilité, ou bien par l'extérieur à l'aide de l'une des 96 perches. Faire attention à bien répartir les feutres sans avoir de trou nulle part. Sinon au cœur de l'hiver c'est une grosse perte de chaleur qui s'en suivra.

La bâche suivante est celle qui ne recouvre que le toit, le seul élément non naturel de la yourte. Un toile de pétrole qui permet une meilleure étanchéité en cas de très grosse pluie. Elle respire de l'intérieur vers l'extérieur pour laisser sortir la condensation.

La dernière grosse manœuvre est l'installation d'une grande bâche extérieure, souvent décorée de motifs Bouddhistes représentant l'infini, le Bonheur et le Dieu. Là aussi, on commence à la dérouler par la porte, puis on termine en la faisant chevaucher à l'arrière de la yourte.

Une fois le tout terminé, le point final est de poser sur le toono, le carré de fermeture du toit. Il est noué à 4 cordes à ses coins, afin de pouvoir le plier depuis l'extérieur en tirant simplement sur une corde ou l'autre, ce qui laisse passer l'air et la lumière dans la yourte. Certaines yourtes sont munies de fenêtres entre deux murs, et de bâches transparentes sous le carré du toit pour plus de lumière en temps de pluie ou de grand froid.

Compter en tout une demie journée pour le montage de la yourte. Et plus vous réaliserez de montages moins vous aurez besoin de temps et de personnes et devenir nomades avec votre yourte.

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie[modifier]

Noia 64 apps kfm home.png Portail Se loger – Tous les articles Ékopédia concernant le logement.