Sac à dos écologique

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps locale.png
(?) Cet article fait partie du
Thème
Vivre ensemble...


L'Éphéméride du jour
Calendriers
Noël
Animaux de compagnie
Cultures associées
Donner (Portail)
Décroissance
Économies alternatives
Entreprise autrement (Portail)
Activités coopératives
Sociétés alternatives
Écologie (Portail)
Écovillages
Environnement
Gestion des déchets
L'Homme qui plantait des arbres
Énergie (Portail)
Énergies renouvelables
Naturisme
Organismes (Portail)
Politique
Publicité
Sciences humaines et sociales
Transports en commun (Portail)



Vivre ensemble (Catégories)
Vivre ensemble (Portail)


L'expression sac à dos écologique est encore relativement peu utilisée en français mais elle est pourtant parlante : il s'agit de tenir compte de l'impact environnemental d'un objet avant même qu'il n'ait été utilisé, toutes les pollutions induites ou les ressources prélevées pour le fabriquer. Un exemple tout simple : il faut 400 000 litres d'eau pour fabriquer une voiture[1], qui l'eût cru?

Cette expression vient de l'Anglais ecological rucksack, c'est une image pour nous faire prendre conscience qu'un objet neuf a déjà une empreinte écologique mais qu'on ne le soupçonne pas puisqu'elle relève de sa fabrication que nous ne voyons pas (comme si l'objet « portait » ce sac dans son dos).

Sac à dos écologique versus empreinte écologique[modifier]

La nuance est d'importance car, si nous pensons à notre empreinte écologique lorsque nous utilisons un objet, nous ne sommes pas toujours conscients de son impact avant même que nous ne le possédions ! Ainsi, si je décide d'opter pour un parquet de chêne origine France, je peux naïvement me dire que je fais un acte responsable : j'achète aussi local que possible (si j'habite en France), le bois, c'est durable, les forêts peuvent être gérées de manière durable. Oui mais : pour casser les prix, certains revendeurs n'hésitent pas à faire transporter leur bois en Chine pour la découpe et le traitement de surface, il est ensuite de nouveau acheminé vers son point de départ. Ajoutons l'impact écologique dans le pays qui transforme : scieries peu respectueuses de l'environnement et qui attirent une main d'oeuvre à bas prix qui a déserté les campagnes dans l'espoir d'une vie meilleure.[2].

Citoyen responsable[modifier]

On pourrait multiplier les exemples avec les viandes importées et transformées en France ou les viandes d'origine France alors que les animaux sont envoyés à l'étranger pour l'abattage... Dans le domaine alimentaire, il ne faut pas non plus se laisser aveugler par le bio : une tomate bio achetée en décembre a un sac écologique non négligeable ! Il faut aussi acheter les produits de saison et produits localement : rechercher une Amap près de chez soi, par exemple !

Limiter son empreinte, c'est donc aussi prendre le temps de réfléchir et de se renseigner sur l'éthique du fabricant, sur l'origine des matériaux et de ne pas succomber à la tentation du superflu, c'est tenir compte du sac à dos écologique d'un produit en amont et en aval (gestion des déchets). Plus on achète, plus on augmente cette charge environnementale. Être responsable, c'est n'acheter que le nécessaire et acheter avec discernement.

Les fabricants et les détaillants sont toujours très imaginatifs pour induire le chaland en erreur et le séduire mais, avec un peu de réflexion, il est possible de se comporter en éco-citoyen en suivant quelques préceptes simples au quotidien.

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. Empreinte hydrique
  2. voir le reportage de Capital

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]


Vista-licq.png Portail Écologie – Articles d'Ékopédia concernant écologie et écosystèmes.
Nuvola apps cache.png Portail Énergie – Tous les articles Ékopédia concernant l'Énergie.