Maïs

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps cookie.png
Cet article fait partie du
Thème S'alimenter

Cueillette sauvage
Agriculture
Permaculture
Apiculture
Potager et Verger
Alimentation
Aliments biologiques
Fruits et légumes de saison
Chasse
Pêche
Recettes de base
Végétarisme


Voir aussi :
Catégorie:S'alimenter
Portail:S'alimenter

Le maïs (aussi appelé blé d'Inde au Canada) est une plante tropicale herbacée annuelle de la famille des Poacées, largement cultivée comme céréale pour ses grains riches en amidon. Cette espèce, originaire d'Amérique centrale et introduite en Europe au XVIe siècle est cultivée mondialement et est devenue la première céréale mondiale devant le riz et le blé. La farine de maïs à grains entiers est une excellente source de magnésium, de potassium et de phosphore.


Description[modifier]

Contrairement aux idées reçues, le maïs n'est pas forcément jaune et grand consommateur d'eau. Il en existe des variétés traditionnelles de toutes les couleurs, et même au sein des épis il existe des variations. De même, certaines variétés anciennes sont cultivées par les Indiens du Mexique dans des milieux quasi désertiques. Cependant, les sélections opérées par l'agro-industrie ont conduit à une perte de la richesse génétique de cette plante en créant des lignées dites "hybrides". Heureusement, on trouve encore des variétés anciennes qui ont conservé leur diversité.

Brève Histoire du maïs[modifier]

La téosinte : plante proche de l'ancêtre sauvage du maïs.

L'époque précolombienne[modifier]

L'ancêtre sauvage du maïs n'est pas connu précisément, c'est certainement une plante proche des téosintes actuelles. Domestiqué il y a plus de 9000 ans le bassin du fleuve Balsas (Mexique) le maïs c'est répandu sur tout le continent américain jusqu'aux rives du Saint-Laurent. Les civilisations amérindiennes en étaient très dépendantes et ont réalisé de nombreux progrès techniques dans sa culture. Ils ont notamment sélectionné de nombreuses variétés adaptées à des conditions climatiques diverses, amélioré les rendements et fait régresser la coque dure que l'on trouve sur les fruits des téosintes. Lors de l'arrivée des Européens, le maïs n'avait déjà plus rien à voir avec les téosintes sauvages.

L'exportation du maïs traditionnel[modifier]

Variétés traditionnelles de maïs (Pérou).

Rapporté en Europe par Christophe Colomb, le maïs se répand rapidement, grâce à ses rendements supérieurs aux autres céréales (blé, millet, sorgho), dans toute l'Europe du Sud. Il constituera aux XVIIe et XVIIIe siècles une denrée courante pour les populations pauvres. La technique de préparation amérindienne (nixtamalisation) n'ayant pas été exportée, il s'ensuivra un fort développement du pellagre, maladie due à une carence alimentaire. L'utilisation du maïs sera alors reléguée à la seule alimentation animale et associée dans les champs à des haricots et des courges. Ce mode de cultures associées constitue un véritable biotope et épuise moins les sols. En effet les légumineuses enrichissent le sol en azote dont le maïs se nourrit.

Le maïs hybride de l'agro-industrie[modifier]

Mais-Teosinte.jpg

Le maïs est une plante allogame (la fécondation est croisée) qui permet d'effectuer facilement des manipulations génétiques. À la fin du XIXe siècle Schull et Jones forcent le maïs à une auto-fécondation afin d'obtenir de nouvelles variétés. Les travaux menés par la suite par sélection de lignées pures autofécondées (donc appauvries génétiquement) puis croisées entre elles permettent d'obtenir le "maïs hybride" de l'industrie semencière. Celui-ci permet de très forts rendements, mais perd ses qualités s'il est ressemé l'année suivante. Le paysan est ainsi obligé d'acheter chaque année ses semences. Autre inconvénient du maïs hybride : ses racines sont plus courtes que les variétés traditionnelles, la plante ne peut donc pas aller chercher ses nutriments loin dans le sol d'où la nécessité d'une irrigation accrue et d'un apport d'engrais.

(cf chapitre maïs transgénique ci-dessous)

La maïsiculture actuelle[modifier]

Aujourd'hui, la production de maïs est majoritairement basée sur des variétés de maïs hybrides autofécondés. Les impacts de telles cultures sur l'environnement sont souvent importants : épuisement des ressources en eaux, pollution par les nitrates et les pesticides. La facilité de manipulation du maïs en fait de plus un candidat idéal dans la mise en place de cultures transgéniques menaçant parfois le patrimoine génétique des variétés traditionnelles au Mexique notamment.

Une alternative intéressante au système actuel serait le développement de variétés traditionnelles plus adaptées aux conditions climatiques locales ainsi que des modes de cultures associés permettant une conservation des sols et de la biodiversité.

Le maïs transgénique[modifier]

Comment ne pas évoquer la dégradation de la biodiversité et les questions de santé publique soulevées par la commercialisation à tout va dans nos supermarchés de maïs transgénique dans cette encyclopédie pratique traitant des techniques alternatives de vies?

Une étude réalisée pour Greenpeace et publiée dans la revue américaine Archives of Environmental Contamination and Toxicology, met en évidence une toxicité de l'OGM MON863 autorisé depuis 2005 en Europe, sur le foie et les reins des rats[1].

Références[modifier]

  1. [pdf]Une nouvelle analyse d’une étude avec des rats nourris d’un maïs génétiquement modifié révèle des signes de toxicité hépatorénale

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Redécouvrir le maïs de Raoul Jacquin - « L'Ecologiste » N°19 (juin-juillet-août 2006)
Noia 64 apps cookie.png S'alimenter – Articles Ékopédia concernant alimentation et aliments.