Thé

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps cookie.png
Cet article fait partie du
Thème S'alimenter

Cueillette sauvage
Agriculture
Permaculture
Apiculture
Potager et Verger
Alimentation
Aliments biologiques
Fruits et légumes de saison
Chasse
Pêche
Recettes de base
Végétarisme


Voir aussi :
Catégorie:S'alimenter
Portail:S'alimenter


Le thé est une boisson tirée de l'infusion des feuilles d'une plante, le théier (Camellia sinensis). Le théier est aussi appelé arbre à thé, il est de l'ordre des Gutiffères et de la famille des Ternstroemiacées (théacées).

Étymologie[modifier]

Le sinogramme pour thé est qui a de nombreuses prononciations différentes suivant les dialectes.

Le mot signifiant thé dans presque toutes les langues du monde dérive de l'une ou l'autre de ces prononciations.

Deux exceptions notables en Europe sont :

  • Le polonais , herbata
  • Le lituanien , arbata.

La prononciation officielle en Mandarin (langue) est chá.

Plusieurs langues l'ont empruntée dont

  • Le turc est chá
  • Le Russe est chá
  • Le persan est tchây
  • Le portugais est chá
  • Le tchèque et le slovaque tchaï
  • Le japonais (茶, ちゃ) cha
  • L'arabe chaï
  • Le hindi चाय chaï
  • Le vietnamien vient de cette orthographe également, mais le mot a évolué pour devenir trà, cependant, dans certains dialectes, la prononciation chà est restée.

L'autre prononciation est « te », qui vient du mot désignant cette boisson dans la langue minnan (chinois simplifié : 闽南语 , chinois traditionnel : 閩南語 , pinyin : mǐnnányǔ, littéralement « langue du Sud de la rivière Min » , POJ : bân-lâm-gú, min méridional ou fujian méridional) , parlée notamment dans le sud du Fujian où se trouvent les ports de Fuzhou et de Xiamen, ce dernier aussi appelé Amoy par les Malais, et qui servirent de base à

l'exportation des premiers thés par mer. C'est ce mot qui est passé dans les langues de l'archipel indonésien , notamment le javanais et le malais.

Les Hollandais qui introduisirent le thé en Europe en 1606, l'ayant acheté à Java, le nommèrent « thee », d'où le français « thé », l' anglais « tea », l' allemand « Tee », etc.

Dans les pays où la prononciation commence par « ch » le thé s'est répandu par les terres et surtout au début par la Russie, alors que dans les pays où la prononciation commence par « te » il s'est répandu par la mer.

En Amérique du Sud le thé est parfois désigné par un terme sans relation aucune avec le langues chinoises. Une autre boisson stimulante, le maté , était consommée bien avant l'introduction du thé, aussi dans différents endroits d'Amérique du Sud, tout particulièrement dans les pays andins, le thé est appelé maté.

Différents thés[modifier]

Les thés les plus connus sont le thé noir et le thé vert (sans fermentation), qui proviennent de la même plante, le théier (Camellia sinensis), mais subissent des traitements différents.

On trouve dans le commerce du thé biologique, du thé équitable, et même du thé biologique et équitable.

Il existe également des thés rouge (très fermenté), blanc (très délicat), bleu-vert (semi-fermenté), noir-noir (fermenté) et jaune (très rare).


Propriétés[modifier]

Le thé vert contient des antioxydants, les polyphénols. Des études épidémiologiques vantent les vertus anticancéreuses du thé vert.[1] [2]

Culture du thé[modifier]

Après la cueillette, les méthodes de fabrication sont variées : flétrissage, broyage, fermentation... Selon la méthode employée et selon que l'on utilise des feuilles ou de jeunes pousses, un même théier peut donner des thés différents.[3]
Il convient cependant de prendre conscience de l'impact environnemental des plantations pour une culture intensive, cause de déforestation massive [4]. Le consommateur avisé peut choisir de sélectionner ses produits en suivant les conseils de la Rainforest Alliance[5] qui a crée un label de certification, non seulement dans le but de lutter contre la déforestation mais aussi pour aider les populations locales à vivre décemment de leur cueillette, en association avec l'organisation Fair trade : commerce équitable.

Faire du thé[modifier]

  1. Se procurer des feuilles de thé, soit en l'important des pays d'Asie où il est souvent produit (sauf que cela engendre de la pollution) ou alors le faire pousser chez soi.
  2. Faire chauffer de l'eau.
  3. Quand l'eau frémit plongez-y quelques feuilles de thé (la quantité dépendant de votre goût...)
  4. Laisser infuser et refroidir 3 bonnes minutes, filtrer, puis déguster.


Utilisations diverses[modifier]

  • Une tasse de thé mélangée à un litre d’eau bouillie, préalablement refroidie, constitue un excellent fortifiant pour vos plantes.
  • Quelques tasses de thé versées dans le compost vont permettre l’accélération du phénomène de décomposition et vont en faire un compost riche en acides.
  • Lorsque vous préparez une plante pour votre rebord de fenêtre ou votre balcon, ajoutez quelques sachets de thé usagés (sans les agrafes) dans le fond du pot. Cela favorisera la rétention d’eau dans la terre et donnera quelques nutriments supplémentaires à vos plantes.
  • Asperger de poudre de feuilles la litière de votre animal domestique, enlèvera les mauvaises odeurs.
  • Pour colorer un morceau de tissu ou de papier dans des tons beiges, ivoires ou écrus, il vous suffit de placer le morceau (blanc) à colorer dans une petite bassine de thé. Plus on laisse tremper, plus le morceau fonce.

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. EGCG et protection contre le cancer
  2. Anti-oxydant tiré du thé vert sur le Bulletin du cancer
  3. Les variétés de thé
  4. vidéo montrant la déforestation pour une monoculture intensive
  5. Label Rainforest Alliance

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie[modifier]

Noia 64 apps cookie.png
Portail S'alimenter – Articles Ékopédia concernant l'alimentation et les aliments bio.