Climatisation

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher

Noia 64 apps kfm home.png
Cet article fait partie du
Thème Se loger

Autoconstruction
Construire son habitat
Coopérative d'habitation
Entretenir son habitat
Gestion de l'eau
Gestion des déchets
Maçonnerie
Menuiserie: Outils / Matériaux
Rénover son habitat
Se chauffer
Utilisation de l'énergie


Catégorie:Se loger



Habitation[modifier]

Comment moins souffrir de la chaleur ?[modifier]

  • Fermer les volets dès que les rayons du soleil atteignent la fenêtre.
  • Aérer en ouvrant en grand les fenêtres quand la température n'est pas encore trop chaude.
  • Recouvrir les vitrages d'une couverture de survie (face réfléchissante).
  • Si vous avez un jardin, des arbres peuvent faire de l'ombre sur la façade de la maison.
  • Des plantes vertes sur les bords de fenêtres contribuent à rafraîchir l’air
  • Le puits provençal est un système géothermique de surface qui sert de climatisation naturelle pour la maison. Pour en savoir plus, voir l'article puits provençal.
  • Penser à réguler la température dès la construction d'une maison avec l'architecture bioclimatique
  • Éviter d’utiliser des équipements qui dégagent beaucoup de chaleur : sèche-linge, four etc.
  • Tendre un drap humide sur la fenêtre ou à l'intérieur (près d'un ventilateur par exemple). On peut aussi laisser tremper le bas dans une bassine d'eau afin de le garder humide. L'évaporation de l'eau "consomme" de la chaleur ambiante et refroidit ainsi la pièce.
  • Penser à avoir une isolation forte et inertielle (à masse volumique forte) en toiture,elle va permettre de déphaser l'arrivée de la chaleur vers les périodes où vous ventiler (matin, soir, nuit): des matériaux comme la laine de bois ou dans une moindre mesure la ouate de cellulose sont des matériaux répondant à ces exigences.

Le ventilateur[modifier]

Un ventilateur brasse de l'air, mais il ne diminue pas la température d'une pièce. Moins coûteux et moins consommateur d'électricité qu'un climatiseur, il prend aussi moins de place. Par contre, son efficacité est limitée, surtout en cas de grosses chaleurs.

Toutefois, de nouveaux appareils de ventilation liés à un échangeur évaporatif permettent de rafraîchir sainement et efficacement des surfaces intérieures mais aussi extérieures.
Cette technologie appelée aussiadiabatique, bio-climatisation[1] est de plus en plus préconisée par les prescripteurs.
En effet, la climatisation naturelle outre sa faculté à fonctionner en "tout air neuf" et par la même d'assurer un air sain, permet de réaliser 80% d'économies en coût de fonctionnement.
À condition de ne pas vouloir 18°C en permanence, quelque soit la température extérieure, les "bio-climatiseurs" labellisés [2] vous assurent un confort sain et à moindre coût.

Choix d'une climatisation[modifier]

Il existe plusieurs types de climatiseurs :

  • Le climatiseur monobloc

Le climatiseur monobloc est lourd et encombrant, mais il est souvent sur roulettes pour pouvoir être déplacé. Il ne nécessite pas de travaux particuliers : il y a juste un tuyau que l'on fait passer par l'entrebâillement d'une fenêtre ou d'une porte. Le fait de laisser la fenêtre entrouverte diminue l'efficacité du climatiseur, car de l'air chaud peut pénétrer dans la pièce. Le climatiseur monobloc rafraîchit une pièce.

  • Le climatiseur split

Le climatiseur split se compose de 2 parties : une partie qui est dans la pièce reliée par une gaine que l'on fait passer par l'entrebâillement d'une fenêtre à une autre partie située à l'extérieur. Il nécessite donc d'avoir un jardin ou un balcon. Comme pour le monobloc, de l'air chaud peut entrer par la fenêtre entrouverte. Un split coûte plus cher et est en théorie plus efficace qu'un monobloc.

Le climatiseur mono-split se compose de 2 parties : une partie qui est dans la pièce (unité intérieure) contenant l'évaporateur et son ventilateur, la platine électronique de gestion de la télécommande, la sonde de température. L'ensemble est relié par deux liaisons (tubes cuivre) permettant la circulation du fluide frigorigène et un câble électrique d'alimentation plus bus de communication, un tuyau d'évacuation des condensats évacués par gravité, éventuellement une petite pompe de relevage dans le cas de l'impossibilité d'évacuation par gravité. L'autre partie (unité extérieure) contenant le groupe compresseur, la platine électronique de puissance et de régulation, le condenseur et son ventilateur, la vanne d'inversion de cycle dans le cas d'un climatiseur réversible. Comme pour le monobloc. Un split coûte plus cher, mais est plus efficace qu'un monobloc.

Le climatiseur multi-split est de même constitution que son petit frère le mono avec la possibilité de raccorder plusieurs unités intérieures sur l'unité extérieure (suivant les fabricants jusqu'à cinq) répartis sur plusieurs pièces. Chaque unité intérieure aura une liaison frigorifique propre ainsi qu'une liaison électrique et une évacuation des condensats.

Au sein de cette famille, il existe trois catégories: Le split production "froid seul", le split réversible production " froid ou chaud", le split réversible "inverter" production "froid ou chaud".

  • Le split production "froid seul", comme son nom l'indique cette "machine" est conçue et fabriquée pour uniquement le rafraichissement d'un local.
  • le split réversible production "froid ou chaud". Permets alternativement de refroidir ou de chauffer un local. Une "vanne" dite d'inversion de cycle et quelques accessoires complémentaires situés dans l'unité extérieure permettent de faire circuler le fluide frigorigène soit dans un sens soit dans l'autre. Ce changement a pour effet de modifier l'emplacement du déroulement de l'effet thermodynamique (condensation et évaporation) et par voie de conséquence le résultat ressenti. Ces "machines" ont un rendement correct jusqu'à des températures extérieures approchant les zéro degrés Celsius.
  • le split réversible "inverter" production "froid ou chaud". Permets alternativement de refroidir ou de chauffer un local. Là aussi une "vanne" dite d'inversion de cycle et quelques accessoires complémentaires situés dans l'unité extérieure permettent de faire circuler le fluide frigorigène soit dans un sens soit dans l'autre. Ce changement a là aussi pour effet de modifier l'emplacement du déroulement de l'effet thermodynamique (condensation et évaporation)et par voie de conséquence le résultat ressenti. Mais en plus une platine électronique assure la variation de la vitesse de rotation du compresseur l'ajustement de cette vitesse est piloté par une autre platine électronique à microprocesseur auscultant en permanence la température de "consigne " du local à traiter. Ce couple permet d'ajuster au plus près le besoin en puissance frigorifique/calorifique. Cela permet également à puissance électrique et frigorifique égal du compresseur d'avoir une réserve de puissance supplémentaire du fait de la variation de vitesse. La technologie de ces "machines" permet d'atteindre un rendement plus que correct jusqu'à des températures extérieures approchant le moins quinze degrés Celsius. De plus la gestion au plus près du besoin que ce soit en climatisation ou en chauffage, l'utilisation de la technologie "inverter" permet d'obtenir d'excellents rendements et de réaliser des économies d'énergie.

Dans les deux cas la "vanne" d'inversion de cycle a également pour rôle de réaliser de manière programmée ou automatique le dégivrage de l'unité extérieure par circulation de "gaz chaud" procédure rendue nécessaire quand la "machine" fonctionne en mode chauffage.

Il faut savoir que la plupart des climatiseurs sont bruyants.

La climatisation solaire[modifier]

Développé depuis peu en France, le refroidissement solaire est utilisé à l'étranger (Israël essentiellement) depuis les années 80 sur des grosses installations (caves de producteur de vins,hôpitaux).

Si des installations de grandes dimensions fonctionnent les petites installations telle celle présentée à l'Association Savoyarde Des Énergies Renouvelables, sont plus au stade de recherche et développement.

Ces technologies utilisent le principe du refroidissement par absorption, où l'énergie utilisée par le système est une énergie apportée par des capteurs thermiques. Avec les machines à absorption utilisant des chaudières bois automatiques,les énergies renouvelables permettent aujourd'hui de refroidir un local sans réchauffer la planète.

Utilisation raisonnée de la climatisation[modifier]

Certains fluides frigorigènes, s’ils fuient hors de la climatisation,(par exemple suite à une installation mal réalisée ou ancienne) peuvent être nocifs pour la couche d'ozone et contribuer à l'effet de serre.

Les HFC sont des gaz à effet de serre.

Le R12 est un CFC CHLOROFLUOROCARBONE excellent fluide pour les frigoristes, mais un poison pour notre planète, son utilisation est totalement interdite depuis l'année 2000.

Le R22 est un HCFC HYDROCLHOROFLUOROCARBONE gaz contenant du chlore. Le R22 est un gaz à effet de serre et il détruit la couche d'ozone. Il est à noter que le R22 est interdit à la commercialisation sur une installation neuve depuis 2000 et son utilisation pour la maintenance des installations existantes est réglementée avec disparition d'ici janvier 2015.

Les "nouveaux" fluide frigorigènes HFC R407A R410A etc HYDROFLUOROCARBONE sont utilisés dans les installations de climatisation implantées dans les habitations ou bureaux, ces gaz sont sans chlore et représentant a priori un risque moins important pour l'environnement.

Un climatiseur usagé doit être remis de préférence à un professionnel (frigoriste) ayant les qualifications et l'outillage, le professionnel devra également être inscrit en préfecture. Il procédera à la récupération du fluide frigorigène qui sera ensuite acheminé suivant un circuit réglementé à une usine de traitement pour destruction. La partie "solide" sera, quant à elle déposée en déchèterie.

Climatisation de voiture[modifier]

La majorité des voitures neuves sont aujourd'hui vendues avec la climatisation. En 2004, 50% des voitures particulières françaises avaient la climatisation.

La surconsommation moyenne de carburant liée à la climatisation est d’environs 1L/h. Étant donné que la consommation horaire d'une automobile est plus importante sur route qu'en ville, la surconsommation liée à la climatisation est plus sensible à faible vitesse (+25-35% en ville, et +15-20% sur route et autoroute).

Les progrès technologiques récents (régulation automatique, compresseur à cylindrée variable et pilotage externe) ont permis de réduire la surconsommation de carburant de l'utilisation de la climatisation. Ces gains sont toutefois compensés par un usage plus fréquent (la climatisation étant désormais automatique et allumée par défaut) (source: ADEME).

Le problème de la climatisation de voiture vient de la consommation, mais aussi des fuites du fluide frigorigène qui est un gaz à effet de serre. On perd en moyenne 10% de fluide par an. Et il y a plus de chances d'avoir des fuites (et des pannes) si on n'utilise pas la climatisation, car le circuit et les joints d'étanchéité vieillissent prématurément. Le réfrigérant contient un lubrifiant qui empêche les joints de se dessécher. Si on utilise la climatisation exceptionnellement après une longue durée, le risque de casse sera important. Il est recommandé de l'utiliser une fois par semaine, même en hiver.

Les premières climatisations utilisaient comme fluide du R12 qui contribuait à la destruction de la couche d'ozone. Aujourd'hui le fluide utilisé est du R134A qui préserve la couche d'ozone, mais est un gaz à effet de serre. 1 gramme de ce fluide rejeté dans l'atmosphère a le même impact sur l'effet de serre que 1300 grammes de CO2. Il sera interdit en Europe en 2008. Des recherches sont effectuées sur l'utilisation de dioxyde de carbone comme gaz réfrigérant.

Qu'on ait la climatisation ou pas, garer sa voiture à l'ombre évite d'en faire une fournaise.

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. climatisation naturelle
  2. GreenGlobe

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • La climatisation automobile, Impacts consommation et pollution. Juin 2005.
  • Fraicheur sans clim' par Thierry Salomon et Claude Aubert, Terre Vivante Avril 2005.


Noia 64 apps galeon.png Portail Se déplacer – Tous les articles Ékopédia concernant les déplacements.
Noia 64 apps kfm home.png Portail Se loger – Tous les articles Ékopédia concernant le logement.