Système Jean Pain

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps locale.png
(?) Cet article fait partie du
Thème
Vivre ensemble...


L'Éphéméride du jour
Calendriers
Noël
Animaux de compagnie
Cultures associées
Décroissance
Économies alternatives
Activités coopératives
Sociétés alternatives
Écologie
Écovillages
Environnement
Gestion des déchets
L'Homme qui plantait des arbres
Énergie
Énergies renouvelables
Naturisme
Politique
Publicité
Sciences humaines et sociales
Transports en commun



Vivre ensemble (Catégories)
Vivre ensemble (Portail)


Jean Pain était un autodidacte, inventeur d'un système de production d'énergie autonome, sans impact sur l'environnement (bilan carbone nul).

Son système produit :

Principes[modifier]

Il s'agit simplement d'un tas de compost. Une quantité de déchets végétaux et organiques est broyée de façon que les grains ne dépassent pas 4 mm ; cette matière végétale est ensuite divisée en deux lots inégaux.

  • le premier, le plus petit, vient remplir un cylindre d'acier hermétique d'où part un tube,
  • le second est déposé en tas de 6 m sur 3 et contient en son sein le cylindre d'acier.

Le tas étant constitué de nombreuse petites particules, il présente une grande surface de contact avec l'air ; une fermentation aérobie s'y met en route.

La matière enfermée dans le cylindre est au contraire privée d'oxygène, et entame donc une fermentation anaérobie. Cette réaction est favorisée par la chaleur de la fermentation du tas extérieur.

La fermentation anaérobie produit du méthane qui est récupéré et stocké dans des chambres à air de camion. Un deuxième tuyau de cuivre est enroulé autour du cylindre ; on y fait circuler de l'eau froide que la chaleur de la fermentation réchauffe assez pour servir d'eau chaude sanitaire et pour chauffer la maison.

Lorsque la fermentation est terminée, le compost en résultant est ensaché pour servir au jardin ou être vendu. Le méthane est quant à lui utilisé pour cuisiner et comme carburant automobile.

Avantages[modifier]

  • Le matériau de base n'est pas cher : il peut s'agir de résidus d'élagage, de tonte ou de fauchage, de débroussaillage. La condition est que le tout soit broyé assez finement. Jean Pain a aussi inventé une machine à cet effet.
  • L'impact sur l'environnement est, au pire des cas, nul, et au mieux, positif. Un tas d'herbe coupée, laissé simplement sur place, fermente aussi et peut dégager du méthane dans l'atmosphère, gaz responsable de l'effet de serre. Récupéré puis brûlé, ce méthane retourne ainsi à l'atmosphère le dioxyde de carbone que la plante y avait puisé pour sa croissance.

Il s'agit donc d'une triple cogénération sans équipement coûteux, silencieuse et inodore, non polluante voire "dépolluante", au carburant pratiquement gratuit.

Conclusion[modifier]

Si chaque foyer en maison individuelle ayant assez de terrain installait un tas de compost, la facture énergetique de la famille et du pays baisserait d'une manière significative, de même que l'émission de gaz à effet de serre. De plus, la gestion des déchets végétaux et organique serait rationnalisée, et le compost augmenterait la fertilité du jardin. En revanche la valeur commerciale du compost risquerait de baisser...

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]


Nuvola apps cache.png
Portail Énergie – Tous les articles Ékopédia concernant l'Énergie.