Revégétaliser l'urbain

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher

Revégétaliser l’urbain, c’est remettre la nature au cœur de la ville. Cours, bords de fenêtre, murs et toits, terre-pleins… sont autant d’espaces dans lesquels nous pouvons réintroduire une biodiversité qui nous reconnecte au mouvement naturel des saisons et nous permet d’apprécier la beauté et la richesse du vivant.

Glenwood Green Acres est l'un des jardins communautaires des plus grands et des plus dynamiques de Philadelphia

Ces espaces peuvent devenir de véritables terrains d’expérience et de sensibilisation aux questions d’environnement, mais également des lieux d’expression, d’apprentissage, de production alimentaire… Souvent gérés collectivement, ces lieux deviennent de nouveaux espaces de citoyenneté.

On sait que les espaces verts, en ville, sont des lieux privilégiés de socialisation. Qui n’aime pas s’échapper de la grisaille ambiante et aller y chercher un peu de calme et d’oxygène ? Partager un coin de terrain et le travailler à plusieurs, par exemple avec des voisins, peut aussi créer aussi une toute nouvelle dynamique dans un quartier. Et rapprocher les citadins les uns des autres…


Pourquoi revégétaliser l'urbain ?[modifier]

  • Pour entretenir et créer des liens sociaux dans mon quartier,
  • Pour améliorer notre cadre de vie et il ne s’agit pas que d’esthétique ! La couverture végétale, en ville, améliore réellement nos conditions de vie en nous fournissant de l’ombre, de l’oxygène, en nous procurant une isolation sonore et thermique (d’où le grand intérêt des toitures vertes !), ainsi qu’en absorbant les eaux, évitant ainsi des inondations provoquées par l’imperméabilisation des sols,
  • Et pour le plaisir, bien sûr !


Où planter ?[modifier]

Dans son jardin ou sa cour, sur les toits, dans les terrains vagues, dans un coin de parc, sur les balcons, terrasses et appuis de fenêtre, les accotements, et même en appartements… Ouvrez grands les yeux et vous découvrirez toutes sortes d’espaces disponibles autour de chez vous. Pourquoi pas les occuper pacifiquement avec de petites plantations ?


Mise en pratique[modifier]

Créer un jardin partagé[modifier]

Un jardin partagé est un jardin de proximité, animé par des habitants groupés en association. C'est un lieu de vie ouvert sur le quartier qui favorise les rencontres entre générations et entre cultures. Il facilite les relations entre les différents lieux de vie du quartier : écoles, maisons de retraite, hôpitaux… Mais où trouver un jardin partagé près de chez soi ? Le jardin partagé trouve sa place sur un terrain de la ville, mais peut aussi être constitué sur un autre terrain (bailleurs sociaux, etc.).

Dans les écoles, les entreprises…[modifier]

On peut remplacer les pelouses par une jachère fleurie, un verger ou un potager. Ils favoriseront la présence des oiseaux et des insectes essentiels à la biodiversité.

Pratiquer la « green guerilla »[modifier]

Ce mouvement né dans les années 70 à New York vise à récupérer des friches urbaines et les transformer en jardins. Mais vous pouvez aussi vous munir de graines et les semer dans des endroits improbables : les bacs à fleurs vides, les terrains vagues… À Rennes, à Troyes, on végétalise les murs, à Paris, on plante aux pieds des arbres, à Brest, on jardine dans des bidons…

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Initiatives Remarquables[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • La guérilla jardinière, de Richard Reynolds, Éditions Yves Michel, – ISBN 9782913492745
  • Jardin Partagés : utopie, écologie, conseils pratiques, de Laurence Baudelet, Frédérique Basset, Alice Le Roy. Éditions Terre Vivante, mai 2008. ISBN 2914717423

Logo colibris2.png Portail Colibris – Partage de savoir-faire local pour une société fondée sur l'autonomie, l'écologie et l'humanisme
Noia 64 apps kfm home.png Portail Se loger – Tous les articles Ékopédia concernant le logement.
Vista-licq.png Portail Écologie – Articles d'Ékopédia concernant écologie et écosystèmes.

[[Catégorie:Micro-sociétés alternatives