Marcel Torrenté

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps kcmdrkonqi.png
Cet article fait partie du
Thème Prendre soin

Hygiène de vie
Hutte de sudation
Hygiène de l'esprit
Relaxation
Reiki
Shiatsu
Sophrologie
Hygiène du corps
Bienfaits et méfaits du soleil
Soins du corps
Cosmétique
Fabriquer ses cosmétiques
Santé
Plante médicinale
Huile essentielle


Catégorie:Prendre soin (?)

Marcel Torrenté, dit Marcel, le boucher guérisseur, né le 22 octobre 1948[1] à Ollon dans le canton de Vaud, est un rebouteux, guérisseur[2] et magnétiseur suisse.

Biographie[modifier]

Vocation[modifier]

Marcel Torrenté naît en Suisse, le 22 octobre 1948[1], à Ollon, dans le canton de Vaud. Il déclare d’ailleurs à ce sujet, selon une expression qui lui est coutumière, avoir vu le jour « derrière le cul des vaches[1] », en référence à son enracinement à la terre, à la nature, à « sa » montagne le Chamossaire[1] ainsi qu’au terroir qui l’ont vu naître et qui l’ont de facto ainsi incité dans un premier temps à s’orienter vers l’élevage bovin et à ouvrir concomitamment un commerce de boucherie et de charcuterie à Chesières[3].

Émergence[modifier]

Le 22 septembre 1990, sa vie bascule. Sa belle-mère souffre d’une boule douloureuse à la main. Elle pressent que son beau-fils Marcel possède un don inné de guérison. Elle insiste alors pour que celui-ci lui impose les mains sur le mal qui l’affecte. Quelques minutes plus tard, la boursouflure disparaît[1],[2].

Lumière[modifier]

Le 23 septembre 1990 va marquer un tournant décisif dans l’existence de Marcel Torrenté. Assis sur son canapé, il est en train de feuilleter la plaquette de la foire du comptoir suisse à Lausanne, lorsque se produit, soudainement, un « événement majeur », qu’il décrit comme suit :

« C’est là que la lumière a traversé mon bouquin d’un coup, avec une force indescriptible. J’ai eu la trouille. C’était une chose qui m’aspirait, avec une violence terrible. Aussi lumineuse que mille soleils. Au milieu, c’était apaisant et coloré[1] ... »

Télévision[modifier]

Fichier:Grand Chamossaire.JPG

Le 8 avril 2009, la Radio télévision suisse et Passe-moi les jumelles (ou PaJu) — dans le cadre de la série « l’Helvétie au bout des câbles[4] » — lui consacrent un reportage et un numéro spécial[4].

Le 13 mai 2009, à la demande insistante du public, l’émission est rediffusée par l’une des chaînes officielles de la Télévision suisse romande — en l’occurrence TSR1, devenue, depuis, RTS Un — dans le cadre de la série « Mon beau pays[5],[6] ».

Le succès d’audience est d’ailleurs tel qu’il est à nouveau plébiscité par les téléspectateurs.

Le 14 juillet 2010, suite à « l’avalanche de courrier reçu » par la chaîne, celle-ci procède encore une fois à une nouvelle rediffusion[8] en la faisant précéder et suivre par une interview du docteur Bertrand Kiefer[9], médecin, théologien et fondateur de la Revue médicale suisse[7].

Le sujet de ce reportage est qualifié de « record presque absolu[8] » par Benoît Aymon[8], producteur et présentateur de l’émission Passe-moi les jumelles.

Tournant[modifier]

Les conséquences de ce succès d’audience télévisée sur la vie personnelle et professionnelle du boucher charcutier sont telles que, suite à l’afflux réactionnel constant des demandes d’aide et de soutien thérapeutique qui s’ensuivent, il est contraint — à regret — de devoir fermer son magasin[1], renonçant ainsi conjointement à « sa passion[8] », vouant désormais sa vie exclusivement au soin de celles et ceux qui font appel à lui, y compris les animaux[6],[1].

À partir de 2009, il consacre l’essentiel de son temps disponible à son activité de rebouteux, guérisseur et magnétiseur[1].

Analogie aux États-Unis[modifier]

Dean Kraft[modifier]

Le parcours de Marcel Torrenté évoque celui du guérisseur américain Dean Kraft, objet d’un téléfilm autobiographique dramatique américain réalisé en 1999 par Craig R. Baxley où le rôle-titre est interprété par l’acteur Anthony Michael Hall : « Un don surnaturel[10],[11] ».

C’est en rentrant d’un match de basket-ball avec son meilleur ami que Dean Kraft est inopinément amené à devoir porter secours à une femme grièvement blessée par un accident de la route. Or, au seul contact de sa main, la jeune femme paraît se rétablir et recouvrer la santé. Lors de cet événement déclencheur, Dean Kraft perçoit également une lumière éblouissante qui le traverse de toutes parts.

La description qu’il augure de cette fulgurance s’apparente à celle évoquée par Marcel Torrenté. La perception inopinée de cet « éclat grandiose » remet notablement en question la conduite de son existence et mobilise depuis lors sa trame directionnelle en un axe exclusivement dédié à la thérapie holistique et aux « injections de lumières[12],[13] ».

La médecine allopathique en vient même à s’intéresser à son cas, ce qui l’amène à devoir ainsi participer à toute une série de tests et d’études scientifiques au sein d’une unité médicale dédiée[réf. nécessaire].

Dean Kraft donne sa propre explication de sa thérapie de guérison énergétique, également connue sous la dénomination de « guérison psychique — non implicitement liée à une nécessité de croyance spirituelle — par imposition des mains » :

« D’après mon ressenti, l’énergie de guérison est en mesure d’activer une sorte de relation préexistante entre le corps et l’esprit. C’est ce qui permet ainsi à la guérison énergétique de débloquer et d’équilibrer les champs énergétiques naturels du patient, l’amenant ainsi à une catalyse mobilisant son propre système de guérison endogène et induisant, consécutivement, une réappropriation tangible des fonctions initialement perturbées, aboutissant ainsi à une sorte de réajustement temporel lié à l’entièreté de son fonctionnement interne. Lorsque je tente d’apporter mon aide et mon soutien à un patient dont la santé est défaillante, je m’évertue à visualiser la ou les zones pathogènes. Par exemple, si une personne est victime de tumeurs au foie que la science médicale a jugées « sans espoir de rémission », j’arrive à « percevoir » et « imaginer » les ramifications tumorales et, la plupart du temps, le simple fait d’une telle interaction s’avère par lui-même inducteur d’un changement d’ordre physique[trad 1],[13],[12]. »

Analogie en Italie[modifier]

Dr Francesco Racanelli[modifier]

À l’instar de Dean Kraft, un autre rapprochement du parcours de Marcel Torrenté rejoint celui de feu le docteur Francesco Racanelli (1904–1977), médecin, écrivain et magnétiseur à l’origine d’une thérapie non conventionnelle[N 1] baptisée « médecine bioradiante[14],[N 2] ».

Francesco Racanelli, comme Marcel Torrenté, se découvre un don particulier dans les mains qu’il définit lui-même comme relevant d’une énergie curative « bioradiante[14],[N 2],[15] ». Il teste initialement ses pouvoirs innés de thérapeute et de magnétiseur sur les animaux qu’il parvient à soulager, voire guérir, par la seule imposition des mains. C’est au cours d’un voyage à Florence qu’il commence à véritablement réaliser l’ampleur de ses facultés curatives suite aux demandes récurrentes de malades soucieux d’être allégés de leurs souffrances. Il exerce son art dans le bénévolat, sans jamais rien demander en retour.

Cette dévotion altruiste lui vaut d’être poursuivi par le Conseil de l’ordre des médecins pour exercice illégal de la médecine. Au cours du procès qui s’ensuit, il choisit de se défendre seul[N 4]. Il gagne cependant la partie haut la main, en sus d’être absout de toute charge. Nonobstant cet acquittement providentiel, il subira encore maints revers pluriels, dont d’incessantes persécutions juridiques et disciplinaires – perpétrées par les mêmes instances – à son encontre. Ce harcèlement procédurier durera sept longues années au cours desquelles il frisera l’inculpation pénale à cinq reprises.

Ignorant délibérément les injonctions et l’acharnement administratif que la profession hippocratique[16] lui fait subir, il poursuit – bon gré mal gré – de brillantes études de médecine[N 5] ; il obtient ainsi, au final, un doctorat[17], qui plus est, avec mention[réf. nécessaire].

Dès lors, en sus de son activité thérapeutique, il devient maître de conférence à l’université[Laquelle ?] et chargé d’enseignement à la faculté de médecine[Où ?][Laquelle ?]. Il est également invité à participer, en qualité d’intervenant, à de nombreux congrès scientifiques internationaux liés à la recherche médicale de pointe[réf. nécessaire].

Francesco Racanelli exerce conjointement son activité de Heilpraktiker de santé[N 2] et de conférencier à Florence dans une résidence appelée « L’Aquario[18] », située à la via Pietro Carnesecchi[15].

Précédant Dean Kraft de quelques dizaines d’années, le docteur Francesco Racanelli inaugure la première étude « zététique[N 6] » ayant trait au magnétisme animal[N 7] et impliquant un médecin[19]. Pourtant, après avoir été examiné et « scanné » sous toutes les coutures[19], le docteur Francesco Racanelli réussit allégrement à franchir la totalité des étapes inhérentes au scepticisme rationnel[19]. Les conclusions de l’investigation précitée évoquent la présence d’un « fluide hors pair[15],[19] », assorti de « pouvoirs curatifs surprenants[15],[19] ».

La sémiologie existentielle incarnée par la prévalence, selon le docteur Francesco Racanelli, d’une « entité indissociablement binaire[N 8] », pourrait se condenser en cette citation :

« Aider l’homme à se développer : dans un corps et un esprit sain[N 8]. En cas de mal-être, mon rôle consiste à réinsuffler de l’énergie vitale là où elle vient à manquer, à dessein de rééquilibrer les zones fluidiques perturbées ; cet apport exogène permet ainsi au malade de recouvrer de lui-même sa faculté d’auto guérison endogène[réf. nécessaire]. »

►  Francesco Racanelli, extrait d’une allocution donnée[Quand ?] à « l’Aquario[N 9] »

Décryptage[modifier]

État modifié de conscience[modifier]

L’expérience de « la lumière éblouissante » — telle que décrite aussi bien par Marcel Torrenté[1],[8] que par Dean Kraft[10],[11],[13],[12],[trad 1] — n’est pas sans rappeler la notion d’EMI ou « expérience de mort imminente[21],[trad 3] » rapportée par différents auteurs, dont le Dr Raymond Moody[22],[23],[24], le Dr Elisabeth Kübler-Ross[25], le Dr Jean-Jacques Charbonier[21], ...

Le 5 mai 2011, le docteur en biologie moléculaire Sylvie Déthiollaz et le psychothérapeute Charles Fourrier – tous deux fondateurs de Noêsis ou Centre d’étude et de recherche noétiques[26] – publient le contenu d’un ouvrage relatant le résultat issu de leurs investigations et de leurs interviews d’« expérienceurs[N 10] » ; ils y consignent la multitude de témoignages apparentés qu’ils ont pu recueillir sur un ensemble de phénomènes regroupés sous l’abréviation EMC ou, plus communément, sous le vocable états modifiés de conscience[27],[28]}} ; s’y inscrivent les EMI ou expérience de mort imminente[21] et OBE[29],[30] ou Out of Body Experience[trad 4],[31],[N 11].

Le 23 janvier 2013, l’émission 36.9° — dont la thématique, vouée à la recherche médicale ainsi qu’aux « sciences de la santé », est diffusée mensuellement depuis l’année 2006 par la Radio télévision suisse — consacre l’un de ses reportages aux état modifié de conscience|états modifiés de conscience[27].

Dr Bertrand Kiefer[modifier]

Le docteur Bertrand Kiefer[7], théologien, médecin, journaliste, rédacteur en chef et fondateur de la Revue médicale suisse[7], analyse l’action de Marcel Torrenté en ces termes :

« Il y a un énorme succès non seulement de ce personnage-là, mais aussi de l’ensemble des médecines alternatives, des guérisseurs et ça se voit dans tous les pays et, particulièrement, ceux où la médecine est efficace et de plus en plus elle-même efficace et soigne de mieux en mieux les gens. Seulement, la médecine a des limites et, au-delà de ces limites, il y a des problèmes, il y a les souffrances qui restent, il y a des douleurs. On voit là, les gens ont mal et il y a tout un tas de pathologies chroniques pour lesquelles la médecine n’a rien ; ça répond à un besoin de sens, parce que, en plus, on vit chez nous un deuxième phénomène, à part ça, c’est l’effondrement – en tout cas, l’effacement – des grandes religions constituées, donc des système bien organisés … et il faut redonner du sens quand même à la souffrance, à la maladie, d’ailleurs à la mort qui est au bout de tout ça, on a besoin que tout ça soit en nous, ait une histoire, que nous puissions raconter ce que nous vivons ... et quand il n’y a plus la religion pour le faire, la médecine est peu adaptée pour ça et les guérisseurs prennent cette place ... Le médecin praticien, il y a une chose qu’il ne peut pas faire et que fait ce guérisseur, c’est toucher les patients comme il les touche, et c’est extrêmement important. On voit comment ce guérisseur – et il me plait beaucoup quand il fait ça –, il les palpe, il les masse et il transmet quelque chose de l’ordre de la compassion ou de l’aaccompagnement et c’est quelque chose de très beau ... ça soigne de toucher les gens et le médecin, même le généraliste, a été mis à distance de son patient par la technique, parce qu’il fait des examens, il fait des analyses de laboratoire et il touche de moins en moins les gens, parce que ça fait un peu bizarre quand on touche les gens et qu’on est médecin et là, ce guérisseur se permet des choses qui me semblent très importantes depuis l’aube de l’humanité, c’est entrer en contact physique, et c’est pas une relation d’amour, c’est pas la relation qu’une femme a avec son mari, c’est autre chose, c’est essayer de parler un langage du corps et de soigner de cette façon-là[9]. »

Citations[modifier]

« Quand on reçoit ce que j’ai reçu, on ne dirige plus la manœuvre. On suit le chemin[1]. »

►  Marcel Torrenté, cité dans le quotidien suisse « 24 heures »

« J’aime les vaches comme les gens[4],[8] ! »

►  Marcel Torrenté, dans l’émission télévisée « Passe-moi les jumelles »





Marcel Torrenté

defaut.svg
Photo de Marcel Torrenté
Formations
Études {{{études}}}
Fiche d’identité
Surnom Marcel, le boucher guérisseur
Nationalité Suisse
Profession guérisseur

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Selon les écoles ou wikt:fr:acception#Nom_commun
  2. a , b , c  et d En italien : « La medicina bioradiante » ! Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « medicina_bioradiante » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. La version française de cet ouvrage est épuisée, voire quasi introuvable.
  4. À l’époque où surviennent ses démêlés avec le Ordre professionnel
  5. À l’origine, les études de médecine entreprises par le docteur Francesco Racanelli visent essentiellement à « officialiser » son approche thérapie
  6. Une étude zététique véritablement « fiable » implique une série de modalités drastiques, dont les composantes se doivent d’être rigoureusement appliquées, sur divers plans conjoints et complémentaires, selon un protocole empreint de rationalité scientifique, de pragmatisme, de cohésion cartésienne, etc. Toute dérogation aux règles impérativement précitées entacherait la pertinence du résultat final d’un doute légitimement fondé.
  7. Le magnétisme animal est aussi désigné par « mesmérisme », en référence à un médecin allemand, le docteur Franz-Anton Mesmer (1734 – 1815), qui postulait l’existence d’un fluide magnétique universel, dont on pourrait faire un usage thérapeutique.
  8. a  et b Le docteur Francesco Racanelli, perçoit le corps et l’esprit comme une forme d’agonisme & antagonisme perpétuels[20] « ubiquité
  9. Francesco Racanelli exerce conjointement son activité de Heilpraktiker
  10. a , b , c  et d Un expérienceur, dans le jargon EMI, OBE ou NDE[trad 3] est une personne ayant vécu un EMC ou état modifié de conscience, quel qu’il soit.
  11. a , b , c  et d Prof. Christian W. Hess (président), « Prix de la recherche de la Ligue suisse pour le cerveau », Ligue suisse pour le cerveau – Schweizerische HirnligaLega svizzera per il cervello, Berne, 19 décembre 2013 [texte intégral (page consultée le 4 avril 2013)]  [règlement]
    « La Ligue suisse pour le cerveau décerne tous les deux ans un prix de CHF 20'000.- francs récompensant une réalisation scientifique extraordinaire du domaine de la recherche sur le cerveau. Sont éligibles les travaux relevant de la recherche clinique comme ceux relevant de la recherche fondamentale. Le prix est toujours décerné à l’ensemble du groupe ayant contribué à une avancée scientifique. Le travail doit avoir été publié ou accepté pour publication par une revue internationalement reconnue dans les deux ans ayant précédé la mise au concours du prix et le travail doit avoir été réalisé pour sa plus grande partie dans des cliniques suisses et/ou des instituts suisses. »
  12. Le « Prix de la recherche 2012 » — décerné par la Ligue suisse au pour le cerveau[N 11] au Dr Lukas Heydrich, neurologue, hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ainsi qu’à Silvio Ionta, PhD, laboratoire de neuroscience cognitive de l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) — vise à récompenser le résultat de leurs expérimentations scientifiques dont l’issue est parvenue à apporter un début d’explication liminaire face aux expérience de décorporations ou OBE vécues par les « expérienceur[N 10] » OBE[trad 4]. Les chercheurs ont même réussi à sciemment provoquer chez les sujets des expérience de hors-corps

Références[modifier]

  1. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j  et k Claude Béda (texte) et Chantal Dervey (photo), « L’ancien boucher sait terrasser le mal », 24 heures « Le portrait » « Marcel Torrenté, guérisseur », 2 novembre 2010, p. 32 
    « Carte d’identité : né le 22 octobre 1948 à Ollon. 1958 : pressent, vers l’âge de 10 ans, le besoin de guérir ses congénères, mais n’y parvient pas encore. 1990 : « reçoit » son don et prodigue ses premiers soins. 2009 : ferme sa boucherie à Ollon »
  2. a  et b Cindy Mendicino, « Une journée en compagnie d’un géant qui soigne avec la lumière », CRFJ : Centre romand de formation des journalistes, 2010 [texte intégral [pdf] (page consultée le 14 mars 2013)] 
    « Marcel Torrenté, a quitté son métier de boucher il y a deux ans pour se consacrer entièrement à « son destin ». Il est rebouteux – guérisseur à Ollon. »
  3. « Marcel Torrenté, boucherie chevaline, Le Ranch, 1885 Chesières », L’annuaire international des entreprises, Cybo, 2012 [texte intégral (page consultée le 29 mars 2013)] 
  4. a , b  et c « Marcel, le boucher-guérisseur », Passe-moi les jumelles, Radio télévision suisse « L’Helvétie au bout des câbles » « Le boucher-rebouteux », 8 avril 2009 [texte intégral [vidéo] (page consultée le 30 mars 2013)] 
    « Boucher la semaine, rebouteux le week-end ! À 60 ans, Marcel s’est découvert un don de guérisseur. Mais il ne se contente pas de soigner les bêtes ; il donne parfois un petit coup de pouce à leurs propriétaires... Marcel Torrenté a reçu ce don de rebouteux et guérisseur il y a bientôt 20 ans. Dans un premier temps, il soignait ses amis, ses connaissances et le bétail de ces derniers. De plus en plus connu, il est désormais sollicité par un plus large public, en particulier l’été dans les alpages. »
    — reportage : Claude Schauli
    — montage : Catherine Merglen
    — son : Christophe Jacquier et Michel Gremion
    — image : Riccardo Willig
    — présentation : Benoît Aymon
  5. « Ça ne tient qu’à un fil : les petits téléphériques de Suisse sont en danger », Télé top matin « Magazine », 10 mai 2009 
    « 13 mai 2009, Passe moi les jumelles dans la série « Mon beau pays », RTS Un »

    « Le second sujet nous permettra de faire la connaissance de Marcel Torrenté, boucher-charcutier vaudois qui, en dehors de son travail, est aussi rebouteux. »

  6. a  et b « Le don du boucher », TV Magazine « Terroir », 9 mai 2009 
    « L’émission télévisée Passe-moi les jumelles dresse le portrait de Marcel Torrenté, un charcutier qui soigne les gens et les bêtes. Dans sa région vaudoise, tout le monde respecte Marcel Torrenté, qui tient une boucherie charcuterie. Non seulement parce que, à 60 ans, il fabrique ses produits dans le plus pur respect de la tradition, mais aussi parce que, grâce à ses mains, il peut guérir aussi bien les gens que les animaux. Durant le weekend ou le soir, il sillonne les vallées pour exercer ses talents de guérisseur »
  7. a , b , c , d , e  et f « Dr Bertrand Kiefer : Il lance la Revue médicale suisse », AMGE : Association des médecins du canton de Genève, 17 janvier 2005 
    « Personnage atypique, Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de ce nouvel hebdomadaire — Revue médicale suisse — a été médecin avant d’être ordonné prêtre, puis de bifurquer vers le journalisme. »
  8. a , b , c , d , e  et f Claude Schauli (reportage), Riccardo Willig (image), Christophe Jaquier et Michel Gremion (son), Catherine Merglen (montage), Benoît Aymon (présentateur, producteur et journaliste), Esther Heinimann (chargée de production), Steven Artels et Antoine Plantevin (réalisateurs-producteurs), « Marcel, le guérisseur », Passe-moi les jumelles, Radio télévision suisse « Invité été 2010 : Bertrand Kiefer », 14 juillet 2010 [texte intégral [vidéo] (page consultée le 14 mars 2013)] 
    Présentation : Dr Bertrand Kiefer[7], théologien, médecin, journaliste et fondateur de la Revue médicale suisse[7].

    « Marcel, le guérisseur, un des plus gros succès d’antenne de Passe-moi les jumelles. »

    « À 60 ans, Marcel Torrenté est un défenseur pur sucre de toutes les grandes valeurs du terroir. Le jour, dans sa boucherie-charcuterie, il fabrique des saucisses à rôtir dans la pure tradition vaudoise et, le soir ou lors des week-ends, il sillonne les multiples vallées de sa région pour guérir et rebouteux »

    ►  rebouter aussi bien les habitants que les animaux… Mais qu’a-t-il donc au bout des doigts pour permettre à ses patients d’oublier les douleurs provoquées par une déchirure musculaire, déchirure, de l’arthrose ou l’usure du temps ? Des miracles, il en réussit chaque semaine, notamment sur les vaches souvent condamnées par les vétérinaires. Dans la région, on le respecte, d’autant que sa générosité est légendaire.

  9. a  et b « Entretien avec Bertrand Kiefer (2/3) », Passe-moi les jumelles, Radio télévision suisse, 14 juillet 2010 [texte intégral [vidéo] (page consultée le 30 mars 2013)] 
    « Dans les milieux de la santé – autrement dit, nous sommes tous concernés ! – c’est une référence. Théologien, médecin et journaliste, Bertrand Kiefer[7] se bat pour remettre le malade au cœur du monde médical. Autant dire qu’il est particulièrement qualifié pour nous parler de « Marcel, le guérisseur », un des plus gros succès d’antenne de Passe-moi les jumelles. »
  10. a  et b Craig R. Baxley (réalisateur), Anthony Michael Hall (rôle-titre), Un don surnaturel [« A Touch of Hope »], 1999 
  11. a  et b « Un don surnaturel », Télé-Loisirs, 1999 [texte intégral] 
    — Réalisation : Craig R. Baxley
    — Scénario : Scott Davis Jones
    — Dialogue & musique : Mark Snow
    — Distribution :
    Dean Kraft : Anthony Michael Hall
    Rochelle Kraft : Fay Masterson
    CCH Pounder : Lily Keyes
    Dr Neil Bachman : Abraham Benrubile
    Larry : Robert Clohessy
    Monsieur Kraft : Peter MacNeill
    Madame Kraft : Nancy Beatty
    Dr Rohan : Alan Rosenbergle
  12. a , b  et c (eng) Dean & Rochelle Kraft, A touch of hope: A hands-on healer shares the miraculous power of touch, vol. Berkley trade pbk. Edition, New York, Berkley Books, 1999, 306 p. (ISBN 0425168689 et ISBN 9780425168684) (OCLC 42439403) 
  13. a , b  et c (eng) Dean Kraft, Portrait of a psychic healer, New York, Putnam (ISBN 0399125175), puis Penguin Group USA (ISBN 0686695925 et ISBN 9780686695929), 1er juin 1981 (réimpr. 1982 c/o Berkley Publishing Group, 1er novembre 1982, 192 p. (ISBN 0425056643 et ISBN 9780425056646) [aperçu]), 187 p. (ISBN 9780399125171) (OCLC 7307261) [présentation en ligne] 
    An ordinary young man from Brooklyn describes the discovery of his psychic gift — his abilities as a psychic healer — and the resulting direction of his life since that time[trad 2].
  14. a  et b (ita) Loreto Calabrese, Alberto Borghini, Immagini dal territori. L’immaginario come forma di strutturazione del territorio in alcune località della provincia di Salerno, Politecnico di Torino, 2. Facoltà di Architettura, Corso di Laurea in Architettura, 2009 
    « Questa sostanza presente in tutto l’universo, è l’energia vitale, chiamata da Gesù Cristo luce, da Ippocrate forza risanatrice della natura, dagli indiani prona, dai cinesi ai, dai giapponesi Jci, dai tibetani lung, da Wilhem Reich orgone »
  15. a , b , c  et d (eng)(ita) « Francesco Racanelli », The Ancient Massage Foundation, 2012 [texte intégral (page consultée le 3 avril 2013)] 
    « … la figura di Francesco Racanelli, medico esemplare ma anche dotato di particolari se non eccezionali poteri di guaritore. Racanelli nasce nel 1904 e fin da piccolo scopre di possedere nelle mani quella che lui stesso, in seguito, definirà come “forza della medicina bioradiante”. »
  16. Hippocrate étant considéré comme étant le père fondateur de la médecine moderne, d’où le fameux serment d'Hippocrate
  17. Doctorat obtenu dans la même branche que celle originellement conspuée par ses adversaires.
  18. En français : « Le verseau » !
  19. a , b , c , d  et e (eng) Francesco Racanelli, Heterodox therapy: Healers, vol. 1-3 : Rassegna Italiana di Ricerca Psichica, Database: PsycINFO, 1969 (réimpr. 2011 Association américaine de psychologie) [lire en ligne (page consultée le 12 décembre 2011)], p. 21-34 
    Studies the merits of healers, particularly in psychotherapy. “Healer” is defined as one who heals or pretends to heal by empirical, suggestive, mysterious ways which are not recognized by science and often illegal.
  20. (ita) Francesco Lamendola, La comprehensione spirituale sorgente perenne di salute psico-fisica [lire en ligne] 
    « Note in margine ai pensieri di Francesco Racanelli »
  21. a , b , c , d  et e Dr Erwan Quevarec (auteur), Dr Jean-Jacques Charbonier (directeur de thèse), Données médicales sur les N.D.E (near death experience) et apport à la description des derniers instants de vie, organisme de soutenance : université Paris VII - Diderot, Unité_de_formation_et_de_recherche#Cas_particuliers, 2007, thèse d’exercice (version d’origine) : médecine, 1 vol. (69 f.) ; 30 cm, bibliogr. f. 68-69, no national de thèse : 2007PA07M066 (OCLC 493559274) [présentation en ligne] 
    « Les expérience de mort imminente »
  22. (eng) Clifton D. Bryant (éditeur scientifique), Handbook of Death and Dying, Londres, Sage, 2003, 2 vol. (XLII-1088 p.) ; 28 cm (ISBN 0761925147) (notice BnF no FRBNF39068391r) [lire en ligne], p. 138 
  23. (eng) Michael Marsh, « Review: Beyond Death: The Rebirth of Immortality », The Hastings Center Report, vol. 7, no 5, octobre 1977, p. 40-42 [résumé] 
  24. (eng) Harvey J. Irwin and Caroline Watt, An introduction to parapsychology, McFarland, 2007 [lire en ligne], p. 159 
  25. Elisabeth Kübler-Ross (trad. Renate Prym-Khoshkish), La mort est un nouveau soleil [«  Über den Tod und das Leben danach »], Monaco, Le Rocher, 1988 (réimpr. 1990, 1994, 2000 et 2001 aux éditions du Rocher, 2005 aux Jean-Paul Bertrand), 139 p. (ISBN 2268006239 et ISBN 9782268006239) (OCLC 53730772) (notice BnF no FRBNF34955294f) [présentation en ligne] 
    « Mourir, c’est déménager dans une maison plus belle. C’est tout simplement abandonner son corps physique de même que le papillon sort de son cocon. Ces mots de joie sont ceux que chaque jour le docteur Elisabeth Kübler-Ross – médecin suisse, docteur honoris causa de plusieurs universités – prononçait au chevet de ses patients ... »
  26. « Centre d’étude et de recherche noétiques », Noêsis, Genève, Centre Noêsis, 1999-2013 [texte intégral] 
    « Noêsis, Centre d'étude et de recherche noétiques, est une association indépendante à but non lucratif – fondée en 1999 par Sylvie Déthiollaz, docteur ès sciences – consacrée aux expériences de mort imminentes[21] (EMI) et à toutes autres expériences liées à un état modifié de conscience »
  27. a  et b Isabelle Moncada (présentation), Vanessa Goetelen et Jean-Daniel Bonnenblust (réalisation), « Aux frontières de la conscience », 36.9°, Radio télévision suisse, 23 janvier 2013 [texte intégral [vidéo] (page consultée le 4 avril 2013)] 
    « Selon plusieurs études, 10% de la population vivrait, au moins une fois dans sa vie, un état modifié de conscience non ordinaire comme, par exemple, des voyage astral »

    Intervenants, par ordre chronologique :

    • Dr Lukas Heydrich, neurologue, hôpitaux universitaires de Genève (HUG), « Prix de la recherche 2012[29],[30] » décerné par la Ligue suisse pour le cerveau[N 11]
    • Silvio Ionta, PhD, laboratoire de neuroscience cognitive, école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), « Prix de la recherche 2012[29],[30] » décerné par la Ligue suisse pour le cerveau[N 11],[N 12]
    • Nicolas Fraisse, « expérienceur[N 10] » OBE[trad 4]
    • Sylvie Déthiollaz, docteur en biologie moléculaire
    • Professeur Steven Laureys, directeur du Coma Science Group[28] au Centre de recherches du cyclotron à l’université de Liège, professeur de clinique au service de neurologie du centre hospitalier universitaire de Liège, maître de recherches au Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) et docteur en médecine (Vrije Universiteit Brussel – VUB 1993), Ms. Sci. en médecine pharmaceutique (VUB 1997), neurologue (1998), docteur en sciences médicales (ULg 2000), DES en soins palliatifs (ULB/ULg/UCL 2004) et agrégé de l’enseignement supérieur (ULg 2007)
    • Dr Vanessa Charland, neuropsychologue, Coma Science Group[28], université de Liège
    • Raymond Hermand, « expérienceur[N 10] » EMI[21]
  28. a , b  et c Dr Vanessa Charland-Verville, Prof. Steven Laureys, Conscience et états altérés de conscience, université Aix-Marseille, Coma Science Group, département de neurologie & Centre de recherches du cyclotron, université de Liège et centre hospitalier universitaire de Liège, 2012, conférence ESCAPE : semaine du cerveau 2012, 49 p. [lire en ligne (page consultée le 5 avril 2013)] 
  29. a , b  et c « Prix de la recherche 2012 : sur les traces de la conscience », Ligue suisse pour le cerveau, 2012 [résumé (page consultée le 5 avril 2013)]  [interview]
    « Cette année, le prix d’une valeur de CHF 20 000.– est décerné aux chercheurs Silvio Ionta et Lukas Heydrich, dont l’étude explique les décorporations. Les chercheurs ont même réussi à provoquer artificiellement chez des sujets des sortes d’expériences extracorporelles. Avec leur contribution, Silvio Ionta et Lukas Heydrich fournissent des connaissances déterminantes pour l’exploration de la conscience. Qu’est-ce que le moi ? Comment naît la perception de soi ? Et pourquoi avons-nous l’impression que notre corps nous appartient ? En tentant des décorporations, les chercheurs Silvio Ionta et Lukas Heydrich, de l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et de l’hôpitaux universitaires de Genève »
  30. a , b  et c Silvio Ionta, PhD, laboratoire de neuroscience cognitive, école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et Dr Lukas Heydrich, neurologue, hôpitaux universitaires de Genève (HUG), Sur les traces de la conscience, Ligue suisse pour le cerveau, 2012 [lire en ligne] 
    « Qu’est-ce que la conscience ? Une illusion? Un processus purement physique ? Silvio Ionta et Lukas Heydrich ont étudié scientifiquement ces questions et ont remporté pour leur travail le « Prix de la recherche 2012 » décerné par la Ligue suisse pour le cerveau. Un travail sur les expériences extracorporelles d’un apport très important pour l’étude de la conscience du soi. « Le cerveau » a rencontré les deux chercheurs et s’est entretenu avec eux de leur travail. »
  31. Sylvie Déthiollaz (docteur en biologie moléculaire) et Claude Charles Fourrier (psychothérapeute), États modifiés de conscience : NDE, OBE et autres expériences aux frontières de l'esprit : témoignages, recherches, réflexions et perspectives, Lausanne, Paris, éditions Favre, 5 mai 2011, 360 p. (ISBN 2828911233 et ISBN 9782828911232) (OCLC 718689535) (notice BnF no FRBNF42468713w) 
    « Expérience de hors-corps »

Traductions[modifier]

  1. a  et b In my opinion, Energy Healing activates the Mind/Body Connection. Energy healing can unblock and balance the patient’s natural energy fields in order to catalyst their own healing system to start to correct itself, to function properly. As I try to help someone with a health problem, I visualize the area or areas that are diseased. For example – if a person has liver tumors that medical science has deemed “hopeless”, I would then “see” or “imagine” the tumors shrinking – and most of the time, this action actually creates a physical change.
  2. Un jeune homme ordinaire de Brooklyn décrit la découverte de son don de guérison ainsi que le nouveau sens assigné à sa vie depuis lors.
  3. a  et b (eng) NDE – Near Death Experience (fra) EMI – expérience de mort imminente
  4. a , b  et c (eng) OBE – Out of Body Experience (fra) EHC – expérience de hors-corps ou, en ésotérisme, « voyage astral », selon une terminologie empruntée à la Société théosophique.

Sujets apparentés[modifier]

  • Qi
  • Reiki
  • Prāṇa
  • Orgone
  • Holisme
  • Thaumaturgie
  • Quatre éléments
  • Magnétisme animal
  • Un don surnaturel
  • Expérience de hors-corps
  • État modifié de conscience
  • Expérience de mort imminente

Articles connexes[modifier]




Nuvola apps bookcase.png
     Recherches extérieures d'informations et de sources dans 10 projets francophones de la Fondation Wikimedia
Commons-Logo.svg.png



Wikinews
Actualités francophones
Wikiquote
44.000 Citations
Wiktionnaire
Grand
Dictionnaire
Wikipédia
Encyclopédie généraliste
Wikicommons
44 millions
d'images libres
Wikispecies
Inventaire des êtres vivants
Wikibooks
500 livres
et ouvrages
Wikisources
Bibliothèque 100.000 textes
Wikiversity
Pédagogie :
1200 cours
Wikivoyage
Guide voyages
dans le Monde
Connaissances à contenus libres et gratuits    -    Codage inter-langues Wikidata    -    Moteur multi-recherches WikiWix

Noia 64 apps kdict.png
Portail Apprendre – Accédez aux articles Ékopédia concernant les pédagogies.
Noia 64 filesystems exec.png
Portail Penser – Accédez aux articles Ékopédia concernant la pensée.
Noia 64 apps kcmdrkonqi.png
Portail Prendre soin qui présente des articles sur : « Prendre soins des autres et de soi-même. »
Récupérée de « https://www.ekopedia.fr/index.php?title=Marcel_Torrenté&oldid=111364 »