Faune auxiliaire

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auxiliaire   
La coccinelle, un auxiliaire utile au jardin

La faune auxiliaire regroupe de nombreuses espèces d'animaux interagissant positivement avec les cultures. Ce terme est généralement utilisé en opposition aux espèces dites nuisibles.

Vista-xmag.png Voir également les articles Cultures associées et Compagnonnage.

Les actions bénéfiques de la faune auxiliaire[modifier]

La faune auxiliaire peut être bénéfique aux cultures à différents égards :

  • Pollinisation des plantes par les insectes dits pollinisateurs : par exemple les abeilles.
  • Prédation d'espèces considérées comme nuisibles : par exemple, les passereaux se nourrissant d'insectes ravageurs, les rapaces se nourrissant de rongeurs, la prédation des limaces par les crapauds, les coccinelles se nourrissent de pucerons...
  • Parasitisme d'espèces considérées comme nuisibles : de nombreux insectes en parasitent d'autres, parfois "nuisibles", en y pondant leurs œufs (exemple des trichogrammes, parasites des pyrales et autres lépidoptères).
  • Maintien de la fertilité du sol : la faune du sol (détritivores, décomposeurs...), en dégradant la matière organique, permet la formation de l'humus.
  • Travail du sol : par leurs déplacements ou par leur activité de fouissage, certains animaux contribuent à l'aération et la décompaction du sol (par exemple, les tunnels des lombrics).

Les auxiliaires en agriculture[modifier]

L'agriculture biologique, dont les moyens de lutte contre les ravageurs sont extrêmement restreints, se doit de privilégier les phénomènes de régulation naturels et notamment le développement des populations d'espèces auxiliaires. L'agriculture conventionnelle s'intéresse de plus en plus à la contribution des auxiliaires aux cultures (voir notamment l'agriculture intégrée et les pratiques de lutte biologique), permettant de réduire l'utilisation de pesticides en profitant des services écologiques fournis par la nature.
L'introduction d'insectes auxiliaires issus d'élevages est de plus en plus pratiquée, notamment dans les cultures sous serre. Ces introductions, parfois mal maîtrisées, ont pu parfois s'avérer catastrophiques pour la faune locale en provoquant l'invasion de certaines espèces allochtones (par exemple la coccinelle asiatique) venues concurrencer les espèces autochtones.
Sans doute est-il préférable de favoriser l'expansion des espèces indigènes en mettant à leur disposition des espaces favorables à leur reproduction.

Fichier:Hérisson d'Europe orientale.jpg
Le hérisson, un auxiliaire utile dans la nature

Favoriser la faune auxiliaire[modifier]

Il s'agit de mettre à sa disposition les éléments nécessaires à sa reproduction, à savoir l'abri et la nourriture.

Vista-vlc.png Cette section est vide ou n'est pas assez détaillée, votre aide est la bienvenue !

Les abris[modifier]

La nourriture[modifier]


Voir aussi[modifier]

Vista-xmag.png Pour plus de détails, voir la liste des organismes auxiliaires (non-exhaustive).

Liens internes[modifier]



Liens externes[modifier]



Vista-licq.png
Portail Écologie – Articles d'Ékopédia concernant écologie et écosystèmes.
Vista-licq.png
Portail Permaculture Cultiver bio et reproduire les interactions écologiques.

Menu de navigation