Ekopedia:Contenu évasif

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Nuvola apps help index.png
Aide rapide...







Comment bien contribuer...



Cette boite dans ma page :
{{Navigation Aide}}
Le contenu évasif n'est pas suffisamment précis pour être vérifiable. Il est notamment utilisé lorsqu'un rédacteur désire introduire une opinion dans un article mais qu'il n'a pas de sources sur lesquelles se baser.

Reconnaître du contenu évasif[modifier]

Paris est la plus belle ville du monde

Cette phrase est parfaitement précise, mais ce n'est clairement qu'un point de vue.

Voici une tentative (faite de bon cœur) de lui donner l'apparence de la multiplicité de point de vue :

Selon certains, Paris est la plus belle ville du monde.

Qui le pense ? Vous ? Moi ? Le maire de Paris ? Quand l'ont-ils affirmé ? Combien de personnes le pensent ? Quel genre de personnes ? Les Parisiens ? Les touristes américains ? D'où viennent-ils ? Jusqu'à quel point sont-ils biaisés lorsqu'ils expriment un tel point de vue ?

En bref, l'opinion est toujours présente, mais accompagnée d'un « selon certains » qui rend le tout flou et le laisse tout aussi invérifiable qu’auparavant. À moins de mettre un nom sur une opinion, de citer sa source, elle pose problème. Ce n'est que répéter des ouï-dires ou, plus probablement, exprimer votre propre opinion d'une manière vague, imprécise, selon une syntaxe indirecte.

La phrase :

George Gershwin déclarait qu'« il n'y a que deux sujets possibles de chansons : l'amour et Paris ».

ne prête en revanche pas le flanc à la critique ni sur la forme ni sur le fond.

Du contenu évasif par généralisation[modifier]

Concrètement, il s'agit d'expressions qui laissent dans le flou ce dont on parle.

  • Le « on » généralisateur et ses dérivés :
    • On recense davantage de pays pauvres que de pays riches
    • Certains affirment…
    • La plupart des gens pensent que…
    • Une minorité soutient que…
    • Tout le monde sait que…
  • Les tournures à la voix passive
    • Cette opinion est largement considérée comme…
    • … a été appelée par certains…
  • Plus sournois, la nominalisation. Technique qui consiste à désigner comme sujet d'une phrase un concept (par ex. les mots en "...tion", en "...isme"), évitant d'avoir à citer le sujet réel de l'action :
    • La coordination des moyens a permis la réduction des désagréments.
      • --> Qui a coordonné quoi, pour réduire quels désagréments ?
    • Il est à noter qu'une forte identité est présente en Bretagne.
      • --> Et elle loge où ?

Imprécision et connotation[modifier]

On constatera une construction fréquente des phrases évasives : l'auteur compense l'imprécision du contenu de sa phrase en employant des mots fortement connotés.

  • En conséquence, les langues des scientifiques se délient.
  • C'est l'inévitable question que de nombreuses personnes se sont posée.
  • En tout cas, cet événement a fait resurgir les débats et les craintes.

Ici :

  • « en conséquence » (mot fort) et « les langues se délient » (information vague)
  • « inévitable question » (mot fort) et « nombreuses personnes » (imprécis)
  • « En tout cas » (affirmation) et « les débats et les craintes » (imprécis)

Contenu idéologique[modifier]

La lecture d'une affirmation fait d'autant plus réagir qu'elle heurte l'opinion du lecteur. Elle nécessite par conséquent d'être plus précise, plus appuyée par des références. Ainsi en est-il :

  • des idées qui prennent le contrepied d'opinions largement admises
  • L'écart entre pays pauvres et pays riches s'amenuise
  • des affirmations qui mettent en cause une personne ou une organisation
  • Quant au Président de la République dont le silence est critiqué...
  • des idées qui heurtent des convictions profondes
  • La religion catholique, en train de disparaître, ...


À noter qu'un contenu peut être évasif même sans heurter. Il a seulement moins de chance d'être relevé. Par exemple :

  • Les ressources naturelles d'énergie se raréfient.

C'est vrai pour le pétrole, mais qui aurait songé à inscrire les réserves d'uranium comme ressource d'énergie il y a cent ans, et que sait-on de l'utilisation du solaire d'ici la fin du siècle ?

Combattre le contenu évasif[modifier]

Rechercher l'idée maîtresse[modifier]

Toute phrase contient une idée. Il faut s'efforcer de l'identifier et de l'isoler.

Préciser l'idée[modifier]

Méthode "QQOQC" : Qui, quoi, où, quand, comment, (combien, pourquoi)

Les critiques du président Chirac s'indignent de son silence…

Quiconque s'indigne du silence de M. Chirac est par définition critique. Or pour comprendre la portée de la phrase, il faut savoir qui critique : ses opposants politiques, des journalistes ou l'opinion mondiale ? L'auteur devrait trouver une source, voire une citation pour soutenir ce commentaire, en l'identifiant dans le temps et dans un lieu précis.

Le monde médical a répondu en réfutant la simplification et la déresponsabilisation, qu'il juge réciproquement de fausse et de lâche.

Qui est le "monde médical" ? Qu'est-ce que la "déresponsabilisation" ?

Citer des sources[modifier]

Voilà des exemples à suivre :

  • Dans l'article du Monde du jj/mm/aaaa, M. Kouchner s'est indigné de la totale absence de réaction du premier personnage de la France…
  • Le professeur X, dans son ouvrage Changeons de président ! écrit au sujet de M. Chirac « Il n'a pas su réagir lors de… »

En bref, l'auteur doit trouver une source ou une citation pour appuyer le commentaire. S'il n'a pas de source, il est préférable de retirer le commentaire.

Si les sources sont nombreuses (comme dans le cas d'un fait accepté par tous les spécialistes) rien n'empêche d'en lister quelques-unes en utilisant une note de bas de page pour ne pas alourdir le texte principal.

Voir aussi[modifier]