Bioéconomie organique

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps locale.png
(?) Cet article fait partie du
Thème
Vivre ensemble...


L'Éphéméride du jour
Calendriers
Noël
Animaux de compagnie
Cultures associées
Décroissance
Économies alternatives
Activités coopératives
Sociétés alternatives
Écologie
Écovillages
Environnement
Gestion des déchets
L'Homme qui plantait des arbres
Énergie
Énergies renouvelables
Naturisme
Politique
Publicité
Sciences humaines et sociales
Transports en commun



Vivre ensemble (Catégories)
Vivre ensemble (Portail)


La bioéconomie organique considère que l’humanité est comme un organisme vivant, tel un corps humain : les individus sont comparables à des cellules, les entreprises, les régions ou les états à des tissus ou des organes, tandis que les services publics remplissent des fonctions organiques indispensables.

Cet organisme planétaire humain est en vie grâce à des fluides (argent, eau, énergie...) et à des nutriments (objets manufacturés, alimentation…). La bonne santé économique et sociale de notre propre pays et de l'humanité toute entière dépendent étroitement de leur circulation correcte et de leur répartition équitable.

L’équilibre et le respect de la Vie doit y régner en permanence pour la bonne santé du corps social et de chacune des cellules humaines qui y vivent, grâce à des lois et des indices apportant la vitalité.

Il serait facile, avec quelles mesures judicieuses et sans révolution, de faire muter notre économie actuelle en une économie apte à engendrer le bien-être pour tous les habitants de la Terre, humains ou non-humains. Le chômage peut être entièrement jugulé, ainsi que les problèmes liés aux délocalisations et aux immigrations de pauvreté. De même, les retraites peuvent être confortables, les services publics corrects, les services sociaux efficaces. L’intérêt, les dettes gouvernementales et la croissance sans conscience sont parfaitement inutiles. L’homme n’est pas obligé de travailler toujours plus, toujours plus tardivement : les acquis sociaux peuvent être maintenus et augmentés.

Ce modèle économique offre des perspectives de gouvernance nouvelles et positives : il peut naitre un véritable Solidarisme, fondé sur cette économie vitaliste et solidaire.

cf. Livre : Marie Martin-Pécheux, Bioéconomie et Solidarisme, Prix Kyosey 2008, Edition Interkeltia.

Voir aussi[modifier]

Lien externe[modifier]


Noia 64 apps locale.png
Portail Vivre ensemble – Les articles Ékopédia sur « comment vivre ensemble ».