Vaccination

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps kcmdrkonqi.png
Cet article fait partie du
Thème Prendre soin

Hygiène de vie
Hutte de sudation
Hygiène de l'esprit
Relaxation
Reiki
Shiatsu
Sophrologie
Hygiène du corps
Bienfaits et méfaits du soleil
Soins du corps
Cosmétique
Fabriquer ses cosmétiques
Santé
Plante médicinale
Huile essentielle


Catégorie:Prendre soin (?)

La vaccination est un procédé médical visant à produire une immunité chez l'organisme face à certains éléments pathogènes par l'introduction d'un agent extérieur affaibli (le vaccin).

La vaccination est un sujet assez controversé. Bien que la majorité de la population soit plutôt favorable à la vaccination (d'ailleurs certains pays pratiquent des vaccinations obligatoires), une partie non négligeable est plutôt contre ou du moins demande le libre choix.

Cet article n'a pas pour objectif d'opposer les convaincus et les sceptiques, mais plutôt d'évoquer certaines alternatives aux vaccins ou mesures complémentaires.


Une pratique controversée[modifier]

Argumentaire des convaincus[modifier]

Les personnes favorables aux vaccins affirment que les risques d'effets secondaires sont faibles en comparaison des bénéfices d'une campagne de vaccination de masse. Ils mettent en évidence les complications graves qui peuvent suivre les maladies bénignes pour lesquelles des vaccins existent. Les campagnes de vaccination se doivent d'être raisonnées. Pas de vaccination en Europe pour la fièvre jaune (maladie tropicale). Pas de vaccination d'un enfant déjà affaibli. La vaccination est considérée comme une méthode de prévention afin d'éviter de possibles complications.

Argumentaire des sceptiques[modifier]

Les personnes défavorables aux vaccins affirment que c'est s'exposer à de gros risques et que les avantages sont encore à prouver. Ils dénoncent par ailleurs que les vaccins créent une manne financière pour les laboratoires pharmaceutiques, ces derniers faisant tout pour masquer une supercherie enrichissante.

Les vaccinations ont été jusqu'à maintenant présentées d'une manière si habile et insistante que beaucoup de gens y voient le miracle qui a fait disparaître beaucoup de maladies, jadis effrayantes. S'y attaquer est souvent considéré comme du domaine de la folie. Pourtant, garder un esprit critique n'est-ce pas primordial ? Se remettre en question de temps à autre n'est-il pas bénéfique pour le progrès médical ?

Quelques-uns des arguments[modifier]

  1. Il n'existe aucune preuve scientifique convaincante permettant d'affirmer que les vaccinations ont permis d'éliminer des maladies. S'il est vrai que certaines maladies ont diminué, voire ont disparu, on ne peut écarter le fait que ceci est dû à l'amélioration des conditions de vie. À titre d'exemple, si des campagnes de vaccination ont permis la disparition de maladies aux États-Unis, pourquoi ont-elles disparu en même temps en Europe où les vaccinations n'étaient pas systématiquement pratiquées ? Les favorables rappellent que le but du vaccin est de protéger le vacciné des complications de la maladie. Ils ne prétendent pas éradiquer la maladie de la surface terrestre. Les conditions de vie jouent aussi un rôle principal dans l'amélioration de la santé publique.
  2. Un grand nombre de vaccins comportent des risques réels et de nombreuses contre-indications. Comme tout médicament une liste exhaustive d'effets secondaires est répertoriée. Comme pour de nombreux médicaments, tous les effets secondaires n'arrivent pas à un patient. L'exhaustivité de la liste découle de l'obligation de tout répertorier, même ce qui est arrivé à une personne sur 10 000.
  3. Si l'on connaît les dangers à court terme de la plupart des vaccins, on ignore les conséquences à long terme de l'injection de protéines étrangères dans le corps d'un organisme vivant : recombinaisons génétiques, etc. Fait choquant, personne ne semble tenté de réellement les découvrir.
  4. Les détracteurs pensent de plus en plus que les vaccins contre les maladies infantiles relativement bénignes peuvent être responsables de l'importante augmentation des maladies auto-immunes comme le cancer, la leucémie, les rhumatismes, la sclérose en plaques(1), le lupus érythémateux disséminé et le syndrome de Guillain-Barré, etc. Dans les maladies auto-immunes, les mécanismes de défense de l'organisme ne savent plus faire la distinction entre les protéines étrangères et les tissus du corps lui-même, aussi l'organisme commence-t-il à s'auto-détruire.
    Les pro-vaccination rappellent que la forte pollution du milieu, le régime alimentaire, les pesticides et autres produits utilisés dans la production intensive d'aliments peuvent être aussi incriminés. Ils incitent à une attaque raisonnée de ces différents facteurs. Ils recommandent d'éviter les amalgames.

La composition des vaccins[modifier]

Connaissez-vous la composition des vaccins ? Depuis longtemps, les être humains du monde entier sont inoculés avec de l'hydroxyde d'aluminium, sel attaquant le cerveau et entraînant autisme, chorée, maladie d'Alzheimer, maladie de Creutzfeldt-Jakob ; des sels de mercure (thiomersal) dont chaque nouveau vaccin cumule les doses d'une façon irréversible ; des virus OGM (vaccins viraux) obtenus à partir de matériel génétique séquentiel du SV40, précurseur du sinistre HIV, et que l'on retrouve dans de nombreux cancers du cerveau et mésothéliomes ; du sérum de veau fœtal (liquide nutritif) alors que tout extrait d'origine bovine est strictement interdit dans tout médicament depuis 1994 ; de l'enzyme Tdt, dangereux mutagène ; etc. Nota : le BCG est toujours cultivé sur de la bile de bœuf au mépris de toute réglementation et des mesures de précautions actuelles concernant la vache folle. Qui plus est, la plupart des médecins ne sont aucunement informés de toutes ces infractions graves à la fois légales et sanitaires - le Vidal® n'y faisant pas mention, qui intoxiquent un être humain pour toute une vie.

Les séquelles vaccinales à long terme sont multiples. Les allergies, les atteintes chroniques de la sphère ORL, les diarrhées chroniques, diverses maladies gastro-intestinales, des maladies rhumatismales, des dépressions inexplicables, des pertes de défenses immunitaires, et de nombreux autres troubles sont en relation directe avec des vaccins reçus il y a quelquefois des décennies. Les vaccins viraux (polio, hépatite B) sont cancérigènes. Ils sont cultivés sur des souches animales (cellules Véro de singe, gonades de hamster...) et élaborés par génie génétique avec des séquences ADN du virus simien SV40, du groupe des polyomavirus, et que l'on retrouve dans de nombreux cancers du cerveau et de mésothéliomes. Les vaccins modernes sont des OGM. Les méthodes d'obtention des vaccins modernes par génie génétique ne sont pas autre chose que les techniques d'élaboration des OGM. Comment peut-on être pour les vaccins et contre les OGM ?

Alternatives ou mesures complémentaires à la vaccination[modifier]

Les vaccins ont pour objectif de renforcer voir d'immuniser le système immunitaire de manière artificielle face à certaines maladies. Un très bonne mesure naturelle est donc de maintenir un système immunitaire résistant aux agressions extérieures.

Pour cela, les points suivants sont vivement encouragés:

  • L'allaitement maternel est connu pour renforcer les protections du système immunitaire; notamment par le fait que la mère transmet une partie de ses anticorps.
  • Il est clairement admis que le système immunitaire ne doit pas être surprotégé afin de maintenir un état d'alerte. Il est alors plus apte à réagir efficacement. C'est un peu comme le système musculaire : c'est en faisant du sport que l'on peut lever des poids lourds. L'idée est de ne pas s'exposer à des poids trop lourds d'un seul coup, sans exercice.
  • Une bonne hygiène du corps est fortement conseillée.
  • Une alimentation saine et diversifiée.

Il est à noter aussi que bon nombre de maladies (rougeole, oreillons, rubéole, coqueluche ou encore la varicelle) se soignent et présentent, selon les opposants à la vaccination, peu de complications, dans la plupart des cas. Cependant, des vaccins existent pour s'en protéger.

La question de la vaccination est donc la suivante : Exposer volontairement son enfant à des germes artificiels dans des conditions contrôlées ou laisser la nature se charger de l'inoculation avec les souches naturelles et souvent plus virulentes ?

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Vaccins l'avis d'un avocat, on nous aurait menti, Jean Pierre Joseph
  • Vaccins l'avis d'un médecin holistique, Talle Schaller
  • Qui aime bien vaccine peu, Groupe de médecins suisses
  • Autisme et vaccinations, responsables mais non coupables, Sylvie Simon
  • Des enfants sains même sans médecin, Dr Mendelsohn. ISBN 2880580390
  • How To Raise a Healthy Child In Spite of Your Doctor, Dr Mendelsohn. ISBN 0809249952
  • Prenez en main votre santé, Michel Dogna. ISBN 9782844452450
  • Vaccination, L'overdose, Sylvie Simon. ISBN 2913591019
  • Vaccination : vérités indésirables, Michel Georget.
  • Et si la santé c'était naturel, Geneviève Dormoy


Noia 64 apps kcmdrkonqi.png
Portail Prendre soin qui présente des articles sur : « Prendre soins des autres et de soi-même. »