Frigo solaire

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher


Le principe du frigo solaire statique est de restituer l'énergie calorifique que contiennent les aliments par le dégagement du rayonnement infrarouge de l'intérieur vers l'extérieur de l'ustensile.

Cela consiste en une boîte fortement isolée dont une face est constituée d'un double vitrage. Cette face est orientée vers le nord solaire. C'est à travers cette vitre que se dégageront les rayonnements infrarouges, ce qui permettra de diminuer la température à l'intérieur de l'ustensile.

Il existe un autre type de frigo utilisant l'énergie solaire, cette fois-ci indirectement. Il s'agit d'un système classique de frigo à compresseur, mais le moteur du compresseur est constitué, lui, sur la base d'un système Rankin : une source chaude (chauffée par un capteur héliothermique) hausse la température d'un gaz qui, passant à l'état de vapeur, augmente sensiblement la pression dans le circuit; et ce gaz va se recondenser dans une source froide (l'air ambiant, une source d'eau fraîche). Entre le chaud et le froid, le système de détente est un moteur à palettes qui est mû par la différence des pressions. C'est ce moteur à palettes qui fait tourner le compresseur du frigo.

Il y a encore les frigos solaires à adsorption, 100% solaire thermique, qui convertissent directement la puissance calorifique du soleil en glace (solaire) pour maintenir les denrées au frais.

L'appareil est constitué d'un « bahut » de 130 cm de longueur, 80 cm de largeur et environ un mètre de hauteur. Le tout est coiffé d'un capteur solaire de 1 m2, légèrement incliné, qui déborde du réfrigérateur. Ce frigo a été élaboré pour les pays en voie de développement grâce à un partenariat entre la Haute Ecole d'ingénieurs d'Yverdon-les-Bains (CH) et l'ONG CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer). Salué par différents prix internationaux, ce frigo est actuellement commercialisé par la société français Solaref.


Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie[modifier]