Naissance chez soi

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher


Noia 64 apps licq.png
Cet article fait partie du
Thème Naître

Préparation à la naissance
Naissance
Allaitement
Fournitures


Catégorie:Naître



En pratique ?...[modifier]

Certains couples, aujourd'hui et en Occident, font encore le choix d'une naissance à la maison. Cette pratique est même encouragée, sous couvert d'un suivi médical, et connaît un regain de popularité dans certains pays comme le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

Les raisons de ce choix sont variées, mais peuvent souvent se résumer en deux points : le désir de vivre cet événement dans l'intimité et le refus d'une mainmise des procédures médicales sur l'accouchement.

En général, la grossesse est alors suivie par le professionnel de santé choisi par les parents pour accompagner la naissance : médecin généraliste ou sage-femme. Il s'agit d'un suivi global.

Certaines femmes choisissent également d'accoucher sans assistance médicale, on parle alors d'Accouchement naturel autonome.

La situation en France[modifier]

A l'heure actuelle, environ 70 sage-femmes et médecins accompagnent des familles ayant fait le choix d'un accouchement à domicile en France[1]. Ce faible nombre ne permet pas de satisfaire la demande de tous les couples, puisqu'il existe des départements où aucun praticien n'est disponible et où ceux des départements voisins ne peuvent pas se déplacer. L'obstacle majeur à l'accompagnement à domicile de la part des sage-femmes libérales est l'absence d'assurance[2] ; en effet, l'assurance professionnelle est obligatoire pour toutes les professions de santé mais la plupart des assurances excluent la pratique à domicile de leur contrat.

Préparation d'un accouchement à domicile[modifier]

Entendu qu'il s'agit d'un choix éclairé, la décision d'accoucher à domicile peut, par exemple, reposer sur un désir des parents de se réapproprier la naissance, ou encore celui de vivre cette expérience porteuse de sens en famille loin d'un milieu médical. Cette décision découle parfois d'un travail de préparation physique et mentale et de recherche d'informations médicales pertinentes au cours de la grossesse. Il est ainsi possible d'envisager par avance les conditions dans lesquelles les parents souhaitent que l'accouchement se déroule, et de rassembler le matériel utile à l'accouchement et aux soins médicaux éventuels.

L'assistance d'une sage-femme libérale avec laquelle la famille se sent en confiance devrait faire partie des choix possibles lors d'un accouchement, mais il devient de plus en plus difficile, en France, de trouver une sage-femme qui offre un accompagnement pour un AAD, car celles-ci se voient souvent refuser l'assurance en responsabilité civile professionnelle qu'elles doivent contracter pour exercer (ou se voient proposer une tarification prohibitive) et peuvent alors être l'objet, comme tous les autres professionnels de santé, d'une amende de 45 000 € et d'une interdiction d'exercer (cf. Loi Kouchner du 4 mars 2002 [1], notamment l'Article 100 et l'Article 98, Section 5).

Dans ce contexte, il arrive souvent que des couples se retrouvent sans sage-femme pour les assister dans leur projet de naissance à domicile et choisissent finalement l' accouchement non assisté (ANA).[3]

Recherche d'informations[modifier]

Un premier élément permettant aux femmes enceintes de décider si elles souhaitent accoucher à domicile ou non est la lecture des nombreux forums de discussion en langue française consacrés à des témoignages de jeunes mamans et de jeunes papas sur leur accouchement à la maison et sur le parcours qui les a conduits à faire ce choix.

La recherche d'informations médicales précises sur le déroulement normal de la grossesse et de l'accouchement, sur les variantes et les complications possibles, sur les avantages, les inconvénients et les risques des interventions médicales au cours du suivi de grossesse et pendant l'accouchement, est beaucoup plus difficile pour un francophone sans la maîtrise d'une langue étrangère. On pourra se référer par exemple, en langue allemande, à Die Hebammen-Sprechstunde, de Ingeborg Stadelmann (cf. bibliographie). Le manque de littérature spécifique en langue française est largement dû au fait que ni les obstétriciens, formés au traitement de la pathologie, ni les sages-femmes, formées en France à l'accompagnement médical de l'accouchement en milieu hospitalier, n'ont en général l'expérience des accouchements peu médicalisés (il est déjà exceptionnel qu'une école de sages-femmes française pratique les accouchement par le siège sans césarienne).

Préparation physique et mentale[modifier]

La naissance d'un nouvel enfant se prépare tout au long des mois de grossesse. Car il est essentiel d'être en bonne condition physique et mentale le jour où les premiers signes de l'accouchement se feront ressentir.

Il est possible que la mère souhaite adopter une alimentation saine et équilibrée ainsi qu'une activité physique régulière non violente (marche, natation, vélo...) tout au long de sa grossesse. Ça ne pourra qu'être bénéfique pour le bon déroulement de l'accouchement.

Lorsque la naissance se passe chez soi, l'enfant arrive dans un milieu déjà familier qu'il a pu percevoir au cours de sa vie utérine. Les circonstances de l'accouchement peuvent être librement choisies et maîtrisées. La responsabilité de la naissance dans tous ses aspects incombe alors aux personnes qui expriment ce projet de naissance.

Matériel recommandé[modifier]

Pour la pièce où aura lieu l'accouchement, prévoir :

  • un bon chauffage (23 à 25°C) pour limiter le choc thermique de l'enfant à la naissance,
  • un grand paquet d'alèses à usage unique (60 cm x 60 cm ou plus) pour protéger lit, canapé, tapis, etc. en absorbant le liquide amniotique et le sang éventuel,
  • une alèse ou une bâche en plastique de grandes dimensions pour protéger sol, lit, canapé, etc.,
  • des sacs poubelle grand volume pour les déchets.

Pour l'accouchement, prévoir :

  • des gants de toilette (3 à 4) et une bouilloire ou une casserole prête à faire bouillir de l'eau pour faire des compresses d'eau froide et d'eau chaude pour le front, le périnée, etc.,
  • des sachets de chlorure de magnésium en poudre (3 à 4 sachets de 20g) et des compresses de grandes dimensions (2 à 3 paquets) pour détendre le périnée et éviter son déchirement (? => aucun intérêt ?),
  • de l'huile ou une crème de massage (éventuellement) pour la détente de la future maman,
  • un bain chaud (éventuellement) pour la détente et le relâchement des tissus.

Pour le nouveau-né, prévoir :

  • une bouteille d'oxygène à débit contrôlé et un masque respiratoire en cas d'insuffisance respiratoire et de transfert aux urgences néonatales,
  • du sérum physiologique en dosettes ou en pulvérisateur (éventuellement) pour le nettoyer, en particulier pour le visage,
  • de la poudre pour cicatrisation de cordon ombilical de nouveau-né (éventuellement) pour le dessèchement du cordon et la cicatrisation du nombril,
  • plusieurs serviettes-éponges ou couvertures douces pour le tenir au chaud,
  • un bonnet léger pour limiter la transpiration et le protéger des courants d'air,
  • une peau de mouton (éventuellement) pour l'allonger,
  • du liniment oléo-calcaire (éventuellement) pour le change.

Pour le placenta :

  • penser de quelle façon on souhaite en disposer (le conserver en bébé lotus, l'apprêter, le planter, préparer une teinture mère, faire préparer une dilution homéopathique, etc.),
  • une bassine pour le recueillir après la délivrance.

Pour la jeune maman, prévoir :

  • des serviettes hygiéniques très absorbantes, dites « de maternité », ou des langes en coton pour absorber les saignements abondants dans les jours qui suivent l'accouchement,
  • des culottes larges ou jetables pour contenir les serviettes hygiéniques et pour le confort du périnée,
  • des gants de toilette et des glaçons à base de teinture mère au Calendula, 1 cuillère à café dans 125 ml d'eau (pour le soulagement et la cicatrisation du périnée en cas de déchirement à l'accouchement),
  • un paréo ou une grande écharpe (pour bander le bassin, ce qui soulage les douleurs du périnée et facilite sa cicatrisation en cas de déchirement à l'accouchement).

Articles et documents audiovisuels[modifier]

Témoignages[modifier]

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie et Discographie[modifier]

  • Pour une naissance sans violence Frederick Leboyer, ISBN 2020481553
  • L'amour scientifié Michel Odent, ISBN 2883532419
  • Une naissance heureuse Isabelle Brabant, ISBN 2850085103
  • Choisir son accouchement Barbara Harper, ISBN 288058146X
  • Naître tout simplement Jacqueline Lavillonnière & Elisabeth Clementz, ISBN 2747509249
  • A corps consentant de Marie et Thérèse Bertherat et Paule Brung, le Seuil 1996 ISBN 2020235544
  • Au cœur de la naissance: Témoignages et réflexions sur l'accouchement sous la direction de Lysane Grégoire et Stéphanie St-Amant, les éditions du Remue-Ménage 2005, ISBN 2890912302
  • DVD Témoignage de Claire et Christophe à l'occasion de la naissance de leur neuvième enfant - Editions Vivre Naturellement et Paisiblement (2010)

Références[modifier]

  1. Répertoire périnatalité des sage-femmes AAD : http://perinatalite.over-blog.com/categorie-10249416.html
  2. Mémoire d'élève sage-femme :" L'accompagnement global et les difficultés rencontrées par les sages-femmes libérales qui le pratiquent", de Marion Babin, élève à l'école de Caen : http://www.ansl.org/images/MemoireMarionBabin.pdf
  3. article du site Vivre Naturellement et Paisiblement : Pourquoi un Accouchement non assisté ?


Noia 64 apps licq.png
Portail Naître – Tous les articles Ékopédia concernant la naissance.