Atelier de la Transformation Personnelle vers la Transformation Sociale

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Contexte
À la suite du forum ouvert du Samedi 21 avril 2012 à Bègles, un groupe a choisi comme plan d'action de se rencontrer une première fois le 19 mai 2012, de 14h à 17h, en vue de créer un Atelier Communication : de la Transformation Personnelle (Communication Centrée sur la Personne) vers la Transformation Sociale (Cercles Restauratifs). Il existe une page associée sur le réseau ning des Colibris : TPTS 33.
Objet
Cette page a pour objet d'offrir un espace de co-construction aux participants de ces ateliers.

Première rencontre : 19 mai 2012[modifier]

Participants
Quinze personnes : majoritairement celles présentes au moment de la construction du plan d'action, mais pas que.
Lieu
33140 Villenave d'Ornon
Précision
Un 1er écueil à éviter est : ne pas donner des solutions toutes faites, mais favoriser l’émergence du sujet de travail, ayant pour visée :
« Construire ensemble des solutions pour aller de la Transformation personnelle vers la Transformation sociale. »[1]

Premiers échanges d’intentions personnelles[modifier]

14:30 : Quelques parties dans un foisonnement !

  • quelle est ma part dans la relation de conflit ?
  • construire ensemble des solutions
  • écouter, ouvrir, équilibrer
  • D’une logique de domination à une logique de coopération
  • trouver, apporter, recevoir, proposer
  • les conflits sont d’abord en moi
  • Conflit inévitable en communauté, à transformer en richesse
  • Le conflit servirait à rechercher la relation
  • La différence va forcément rencontrer aussi la confrontation
  • « qu’est-ce que des trucs extérieurs ont à m’apprendre de génial ? »
  • au forum ouvert, nous avons perçu : « la coopération exercé AVEC d’autres et non pas SUR d’autres. »
  • de Pierre Rabhi : « pour être épanoui : réussir à se désidentifier à ce qu’on croit être »
  • tous des blessés.
  • Se réconcilier avec soi
  • J’accepte d’être manipulatrice
  • Si je suis en contact avec ce que d’autres me laisse vivre, je le sens d’abord, aussi, en moi.
  • Quelle est la part de moi qui exclut ?
  • Si je dis de quelqu’un qu’il est superficiel : à quoi ça me sert à moi, la superficialité ?
  • notre sensibilité, notre ouverture, nos limites qui nous réunissent.
  • Le conflit est à soi et en chacun de nous
  • Oser regarder

Deux questions remontent dans les filets[modifier]

  1. qu’est-ce qu’un conflit ?
  2. quelle est ma peur (mon sentiment, mon expérience) dans le conflit ?

Proposition d’y réfléchir pendant la pause !

15:20 Choix d’ un cadre temporel.

Lecture proposée : « l’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle.

Qu’est-ce qu’un conflit ?[modifier]

16:00 Préalable à la prise de parole : chacun son tour, pas d’intervention (sauf pour clarifier).

  1. Qu’est-ce qu’un conflit ? qu’est ce qui fait conflit en moi ?
  2. Quelle est ma peur (mon sentiment, mon expérience) dans le conflit ?

Non-exhaustif !!

  • La personne en face, qui n’entend pas ce que je dis
  • Ne pas être compris
  • Il arrive qqchose : Je suis en désaccord entre moi et ce qui se passe. Je ne suis pas entendue par moi-même, je n’y vois pas clair.
  • Ne pas savoir ce qui se passe. Ce qui enfle le conflit, c’est que je n’ai pas de clarté sur ce que je ressens.
  • Le temps de digestion, l’après me pose problème.
  • La mauvaise-foi me met dans un conflit que je ne gère pas.
  • C’est lorsque je ne sais plus apporter qqchose, je suis insatisfait.
  • Si j’attends qqchose, ça ne vient pas
  • Le chantage affectif. Je n’ai pas la bonne solution. Je me pose des questions. L’interprétation. D’où part le conflit, c’est déstabilisant. Des valeurs à défendre.
  • Renvoie d’une partie de ma personnalité dont je n’ai pas conscience.
  • Sensation : ça serre, ça brûle, je me culpabilise
  • Je ne comprends pas ce qui se passe en moi. Pas entendue, pas comprise.
  • Après une attente, je ne comprends pas ce qui se passe en moi.
  • Le conflit est en moi.
  • Quand l’expression n’est pas libre. Quand on touche mon territoire, quand je me sens jugé.
  • Réaction forte, haine, manque de douceur.
  • Par rejet. Pour défendre mon territoire.
  • J’ai besoin du conflit pour pouvoir m’affirmer, c’est un outil de dépassement de soi.
  • Le conflit, c’est le débat, la rencontre d’idée qui permet de défendre. Protection, préservation.
  • J’aurais pu faire autrement…manque de liberté dans le conflit.
  • Le conflit de Territoire génère de l’inquiétude, besoin de respect, écoute…
  • Nécessite un cadre temporal
  • Des personnes avec un ton négatif et critique comme si l’erreur n’était pas humaine. Malhonnêteté, enfumage, volonté de domination.
  • Nécessite de clarifier la situation.
  • Quelle est la différence entre le conflit et le conflit douloureux. Ressenti physiquement. Conflit non-douloureux : je reçois une info :2 points de vue en désaccord.
  • Le conflit préexiste.
  • M’offrir des espaces de sécurité, pour que les conflits personnels puissent MURIR, prennent une autre couleur dans un espace commun.
  • Pour calmer un conflit : écrire, dire une parole apaisante.
  • Agression
  • Résistance en soi : pas de possibilité d’accueillir
  • Dans ma rue on m’aime bien OU on me supporte pas.
  • Plus je me rapproche de moi, plus je prends conscience que l’autre ne me supporte pas. Ça fait aussi un conflit. C’est aussi l’histoire de l’autre ;
  • Finir de vouloir changer l’autre.
  • Ça se joue à 2, mais aussi pour moi-même.
  • Accepter de ne pas être aimé de tous.
  • Quand je suis obligé de hausser le ton.
  • etc…………………..

Quelle suite ? d’ici la prochaine rencontre ?[modifier]

  • explorer, à partir de notre propre expérience, ce qui facilite, contribue à restaurer, ou aggraver ?
  • A quoi ça ressemble un conflit ?
  • et quand je suis en face qu’est-ce que j’ai déjà fait pour atténuer ?

Outils de communications[modifier]

  • proposition de s’inscrire sur NING, outil collaboratif proposé par Colibris.
  • Date prochaine étape : A nos agendas, par internet via http://framadate.org :-)

Rappel :

le Colibri est « celui qui veut faire sa part ». cet oiseau peut se montrer belliqueux : nous accueillons joyeusement ces parties en nous !!!
le conflit extérieur est d’abord à l’intérieur de moi-même.
Ce qui pose problème c’est le pouvoir sur les autres.
La communication transformative c’est accompagner, jusqu’à ce que la personne trouve elle-même une solution.

17h00

Deuxième rencontre : 30 juin 2012[modifier]

Lieu
Le Bouscat

Compte-rendu[modifier]

Ce qui facilite[modifier]

  • Avoir un temps
  • Rester sur les faits
  • Prendre sa part de responsabilité
  • Tenir compte de ses limites
  • Reconnaitre ce qui est important pour moi
  • Reconnaissance
  • Ouverture
  • Baisser son niveau d’attente et d’exigence
  • Prendre conscience de ses besoins pour se rendre disponible à l’autre
  • Reliance
  • Impermanence
  • La confiance, l’amour, la reconnaissance pour l’autre
  • Imposer des règles et un cadre
  • Conscience de ce qui se passe dans notre propre corps (tensions. stress)
  • Ne pas réagir face aux conseils d’autrui
  • Ne pas vouloir diriger le temps passé ensemble
  • Ne pas surenchérir
  • Savoir prendre du temps pour soi
  • Autonomie intérieure
  • Acceptation de soi
  • Agir en conséquence de cette acceptation
  • Détachement vis-à-vis de l’autre et de soi même
  • Etre rassuré(e)
  • Cohérence interne
  • Valeurs
  • Posture intérieure
  • Autre façon d’être
  • Rupture avec le quotidien (ex : marche)
  • Faire la paix avec soi
  • Exposer son point de vue par mail
  • Parler de soi
  • Ne pas répondre avec le TU accusateur
  • S’accepter soi même
  • Avoir un temps avec soi pour garder ce qui est de soi et ce qui est de l’autre
  • Faire une proposition avec « dire ce que l’on veut »
  • Se détacher des attaques de l’autre
  • Se recentrer sur son pouvoir intérieur
  • Empathie vis-à-vis de l’autre
  • Développer la lecture intérieure de nos émotions
  • Mise à distance de nos émotions
  • Ne pas se défendre
  • Ne pas répondre immédiatement
  • Temporiser
  • Ne pas trouver de solutions à chaud
  • Trouver 1 résolution d’un conflit et la transférer sur le besoin
  • Se réjouir
  • Ne pas monter le ton
  • Temporiser
  • Se donner de l’empathie
  • Reconnaissance venant d’un « sachant », d’un public
  • Prendre confiance en soi pour pouvoir apporter sa contribution
  • Prendre le temps d’écouter son corps et la nature

Ce qui entrave[modifier]

  • Le Ton
  • La Fermeture
  • Les à priori et interprétations
  • Les besoins et manques hurlants
  • Le sourire chez l’autre
  • L’alliance des autres
  • Les tensions physiques et le stress non conscient
  • Les conseils répétitifs de l’autre sur soi
  • L’affect
  • L’impact de et sur sa propre histoire
  • L’effet surprise, le choc initial
  • Rejeter la responsabilité sur l’autre
  • Continuer la discussion à chaud
  • Construire des solutions en étant hors de soi
  • L’attente que l’autre capitule
  • Proposer de capituler
  • Les injonctions de l’autre
  • Ne pas être entendu (e)
  • Etre dénigré(e)
  • Ne pas être compris(e)
  • L’autre qui insiste sur ce qui dérange en nous
  • Le manque de clarté
  • L’incompréhension
  • Les jugements et étiquettes sur l’autre
  • Les phrases négatives
  • La fatigue, le surmenage
  • Les enjeux de pouvoir
  • Les croyances passées
  • Les fixations quotidiennes
  • La réactivité excessive de l’autre
  • Règlement violent des conflits
  • Etre coupé(e) dans l’expression d’un point de vue
  • Ne pas se sentir entendu(e)
  • Pas de réponse à un problème posé
  • Projections d’un passé sur le présent
  • L’effet de surprise : ressenti d’agression de harcèlement
  • Surenchérir ou ne pas répondre
  • Combler un vide
  • Ne pas avoir sa place dans un groupe
  • Sensation d’exclusion

Prochaine rencontre prévue le dimanche 9 septembre 2012[modifier]

Lieu
Chez Yannick à Cadaujac, à 9h00.

Liens externes[modifier]

Sont cités :

Notes et références[modifier]

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Viveret