Développement soutenable

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Ceci est une version archivée de cette page en date du 24 août 2009 à 05:26 et modifiée en dernier par HertzZ (discussion | contributions).
Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps locale.png
(?) Cet article fait partie du
Thème
Vivre ensemble...


L'Éphéméride du jour
Calendriers
Noël
Animaux de compagnie
Cultures associées
Décroissance
Économies alternatives
Activités coopératives
Sociétés alternatives
Écologie
Écovillages
Environnement
Gestion des déchets
L'Homme qui plantait des arbres
Énergie
Énergies renouvelables
Naturisme
Politique
Publicité
Sciences humaines et sociales
Transports en commun



Vivre ensemble (Catégories)
Vivre ensemble (Portail)


Noia 64 filesystems exec.png
Cet article fait partie du
Thème Penser

Autonomie
Décroissance
Gratuité
Recyclage
Simplicité volontaire


Catégorie:Penser


Le développement durable est un modèle de développement économique et social qui vise à assurer la pérennité du patrimoine de la Terre. Il a été défini comme "un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs" dans le Rapport Brundtland "Un avenir pour tous" en 1987.

Description

Le principe de développement durable remonte historiquement cependant au moins à la période romaine, dans laquelle on retrouve des premiers écrits réglementant l'exploitation des forêts et taillis à proximité de Rome (bois de chauffage, bois de construction). Dans l'économie forestière, le principe de rendement soutenu (nachhaltige Bewirtschaftung) est défini comme l'exploitation du rendement sans diminuer le capital, soit "couper l'équivalent de ce qui pousse chaque année, pas plus". Au courant du 20ème siècle, il était admis que l'économie forestière seule garantissait les 3 piliers ci-dessous (Killwassertheorie, théorie du sillage, le bateau étant le pilier économique et dans son sillage l'environnement et le social). Avec l'évolution des sociétés vers une économie tertiaire et des exigences sociales et environnementales élevées, des conflits d'intérêts divergents apparaissent en même temps que ce principe de rendement soutenu est étendu à toutes les disciplines environnementales sous le terme de "développement durable".

Il repose donc sur trois piliers:

C'est un paradoxe, car rien dans un monde fini ne peut avoir un développement, une croissance infinie!

Pour beaucoup, le concept de développement durable est peu clair et s'apparente à la langue de bois. L'expression "développement durable" est d'ailleurs un paradoxe (aussi appelé oxymore), car les deux termes de l'expression désignent des réalités contradictoires. Il faut dire que ce terme est largement utilisé par les hommes politiques et les grandes entreprises, sans s'accompagner d'actions concrètes en terme de protection de l'environnement.

Une réponse plus juste aux besoins de transformation de notre société est développée dans le concept de décroissance viable. L'indice mesurant le développement durable d'un pays est l'indice de résilience bioéconomique.Il est également appelé indice de développement durable.

Sociologie lexicale

Le passage du XXe au XXIe siècle pourrait se caractériser, à l'aune des néologismes, par une propension à créer des couples de mots totalement incompatibles que l'on appelle des oxymorons. Il en va ainsi de l'expression "réalité virtuelle" (puisque par définition ce qui est réel n'est pas virtuel et ce qui est virtuel n'est pas réel). Et il en va ainsi de l'expression "développement durable" née discrètement dans les années 1990 et devenue "à la mode" depuis 2003.

Cela procède d'une symptomatologie issue de la pseudo culture télévisuelle. Car nul ne serait surpris d'apprendre qu'un concept aussi contradictoire (antilogie) que le "développement durable" aurait pu être inventé par un publiciste. On en a eu d'autres provenant des slogans politiques ou publicitaires, tous devenus célèbres : « changement dans la continuité », « force tranquille », « plus blanc que blanc », etc.

Dev durable.jpg

Les publicistes et les spécialistes de la communication sont passés maîtres dans l'art de travestir les contenus, les sens et les significations. Les signifiants sont vidés de leur sens premier, naturel, instinctif. On admire rétrospectivement l'audace de certains slogans qualifiés d'efficaces, sans voir l'immense mépris affiché envers le destinataire du message.

Le néologisme brut est toujours risqué : il faut du temps pour habituer les masses à un nouveau concept, il faut de la pédagogie, du rabâchage préparatoire. Au contraire, associer deux mots du langage courant, deux mots que tout le monde connaît et comprend, cela procède de la grammaire populaire : tout le monde le fait par le simple exercice du langage. Quand la mémoire fait défaut, on se rattrape par une périphrase, une description de la chose dont on a oublié le nom.

C'est ainsi qu'est né le concept de développement durable. On n'avait pas de mot unique pour exprimer un concept autocontradictoire (antilogique), et on a donc accouplé deux mots qui, logiquement, ne devraient pas être associés. Les associations de mots contraires éveillent des schémas de réaction inconscients : la curiosité, la méfiance. Tout cela est très logique et on peut même imaginer que c'est fait exprès. Pour l'homme politique comme pour l'industriel, "développement durable" est un concept passe-partout, une aubaine pour surfer sur la vague du "respect de l'environnement".

Comme il s'agit d'un concept qui ne correspond en fait à aucune réalité, il devient l'argument de tous pour tout, revêtant, allez savoir pourquoi, les atours de l'« écologiquement correct ».


Un concept flou qui arrange bien tous les communicants

Developpement-durable.gif

Le développement durable, concept qui, comme nous venons de le voir, n'a aucune signification, est devenu au début du XXIe siècle l'argument le plus utilisé par les responsables politiques, les militants écologistes, les patrons d'industries et les publicistes. Étant par essence un concept vide de sens, chacun le récupère et l'adapte à ses besoins, lui faisant dire exactement ce qui l'arrange, en fonction de ses opportunités.

Chacun, selon son point de vue, y voit la justification de ses propres convictions : le développement durable sert à justifier le communisme aux yeux du communiste, le développement industriel pour le patron d'industrie, la politique de droite pour le candidat de droite, la politique de gauche pour le candidat de gauche, la politique écologique (évidemment) pour le candidat écologiste, l'exploitation de l'homme pour le dictateur et même la "pollution nécessaire" pour le pollueur.

Chacun se forge donc sa propre idée, sa propre définition du développement durable, ce qui aboutit aux déclarations les plus absurdes et les plus contradictoires. En voici quelques exemples :

Citations extraites du Bêtisier du développement durable

  • « ...la nécessité d'inventer une économie respectueuse de l'environnement, c'est une nouvelle révolution industrielle qui est devant nous, celle du développement durable. Elle sera source de croissance et d'emplois et la France a tous les atouts pour en être le champion. »
Vœux aux Français de Jacques Chirac, Président de la République le dimanche 31 décembre 2006.
  • « La notion de développement durable est en parfaite cohérence avec la raison d’être de Procter & Gamble : améliorer la qualité de la vie des consommateurs du monde entier grâce à nos produits et nos services afin de développer nos affaires et de faire ainsi prospérer nos employés, nos actionnaires et les communautés au sein desquelles nous opérons. »
Site Internet de Procter & Gamble (multinationale de la chimie).
  • « Le Parti communiste fait le choix d’une nouvelle croissance au service du développement durable et de la défense de l’environnement. […] Cela nécessite également le développement d’une filière nucléaire publique (...) dans le cadre du renouvellement du parc nucléaire actuel. »
Alain Hayot, en charge du développement durable au Parti communiste Français, L'humanité, 12-10-2006
  • « Le développement durable ce n’est pas la croissance zéro, c’est la croissance durable. La révolution que je vous propose, c’est de faire du développement durable le critère de toutes nos politiques publiques […] en investissant dans le nucléaire qui ne produit pas de gaz à effet de serre. »
Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, Université d'été des Jeunes Populaires à Marseille, le dimanche 3 septembre 2006
  • Nelly Olin, le ministre de l’Écologie, a « mis en place ce mercredi 22 février un groupe de travail sur l’utilisation des instruments économiques au service du développement durable pour favoriser la croissance durable de notre économie. »
Communiqué du ministère de l’Écologie et du Développement durable le 23 février 2006
  • « Le défi que nous devons relever est simple : concilier l’expansion continue de l’humanité et les ressources limitées de la planète. »
Nelly Olin, ministre de l'Écologie et du Développement durable- Convention de l’UMP sur l’environnement le 20 octobre 2005.
  • « Le développement durable n'est ni une utopie ni même une contestation, mais la condition de survie de l'économie de marché. »
Louis Schweitzer, P.D.G. de Renault, Enjeux Les Echos, décembre 2004.
  • « Développement durable. Un accélérateur de croissance pour les Entreprises. »
Medef.
  • « La définition du développement durable, c’est le développement économique dans la durée, qui favorise le progrès social tout en préservant l’environnement et le renouvellement des ressources énergétiques. »
Serge Lepeltier, ex-ministre de l’Écologie, Métro, 30 mai 2005.
  • « Le terme [développement durable] est tellement large, mis à toutes les sauces, qu'à l'exemple de Monsieur Jourdain, tout le monde peut le revendiquer. Et puis, c'est vrai, c'est un concept à la mode. Tant dans le monde des entreprises que dans tout débat de société. Et alors ? De tout temps, les marchands ont su récupérer les bons slogans. »
Michel Edouard Leclerc, Le Nouvel économiste, 26 mars 2004.
  • « Le développement durable, c'est tout d'abord produire plus d'énergie, plus de pétrole, plus de gaz, peut-être plus de charbon et de nucléaire, et certainement plus d'énergies renouvelables. Dans le même temps, il faut s'assurer que cela ne se fait pas au détriment de l'environnement. »
Michel de Fabiani, président de BP France, 4e rencontres parlementaires sur l'énergie, jeudi 11 octobre 2001.
  • Gao Feng, le chef de la délégation chinoise aux négociations climatiques internationales a affirmé au sommet climatique de Buenos Aires en décembre 2004 que son pays n’accepterait de discuter que « dans le cadre du développement durable » qu’il a défini comme étant celui d’ « une croissance et [d’] un développement qui ne soient pas entravés ».
  • « …inscrire la croissance économique dans le cadre du développement durable. »
Jacques Chirac, projet d'inscription dans la Constitution du "principe de précaution" (3 mai 2004).
  • «Le développement durable, cela doit être une politique de production, qui ne soit pas simplement un frein à la croissance quantitative mais qui doit renouveler le contenu de la croissance, qui doit mettre la qualité, la modération et le bien-être au cœur de cette nouvelle croissance et qui va tirer la croissance, qui va même stimuler la croissance.»
Nicolas Sarkozy, allocution devant les parlementaires de la majorité, juin 2007

En conclusion

S'il fallait une démonstration, ces quelques extraits de discours de responsables politiques et de patrons d'industries ou chefs d'entreprises apportent la preuve que personne ne sait ce qu'est le développement durable. Ou, plus exactement, que chacun s'en fait une opinion compatible avec les autres intérêts qu'il défend par ailleurs.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

Noia 64 apps locale.png
Portail Vivre ensemble – Les articles Ékopédia sur « comment vivre ensemble ».
Noia 64 filesystems exec.png
Portail Penser – Accédez aux articles Ékopédia concernant la pensée.