Construction en paille : Différence entre versions

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
(- lien externe à l'intérieur de l'article)
Ligne 24 : Ligne 24 :
 
Début 2005 l'association "APPROCHE-Paille" diffuse une nouvelle technique de construction, éloignée des principes habituels de construction en paille, la technique du GREB. Le dynamisme de cette association sur la toile et dans les médias a encore plus démocratisé la construction en paille.
 
Début 2005 l'association "APPROCHE-Paille" diffuse une nouvelle technique de construction, éloignée des principes habituels de construction en paille, la technique du GREB. Le dynamisme de cette association sur la toile et dans les médias a encore plus démocratisé la construction en paille.
  
Fin 2005, l'association "Les Compaillons" se met en place grâce à [http://compaillons.fr/ Philippe Liboureau], dit "le pailleux".  
+
Fin 2005, l'association "Les Compaillons" se met en place grâce à Philippe Liboureau, dit "le pailleux".  
  
 
En mai 2006, André De Bouter (association La Maison en Paille) organise les premières rencontres nationales de la construction en paille à Celles sur Belle (France), d'où naitra le RFCP (Réseau Français de la Construction en Paille). Ce réseau est symboliquement sous la tutelle de l'association "les Compaillons", mais regroupe en plus des auto-constructeurs, des concepteurs, des constructeurs et des associations.
 
En mai 2006, André De Bouter (association La Maison en Paille) organise les premières rencontres nationales de la construction en paille à Celles sur Belle (France), d'où naitra le RFCP (Réseau Français de la Construction en Paille). Ce réseau est symboliquement sous la tutelle de l'association "les Compaillons", mais regroupe en plus des auto-constructeurs, des concepteurs, des constructeurs et des associations.

Version du 5 février 2010 à 22:02

+ Fusionner
Cet article fait doublon avec Maison de paille. Votre aide pour fusionner les 2 articles est la bienvenue


Noia 64 apps kfm home.png
Cet article fait partie du
Thème Se loger

Autoconstruction
Construire son habitat
Coopérative d'habitation
Entretenir son habitat
Gestion de l'eau
Gestion des déchets
Maçonnerie
Menuiserie: Outils / Matériaux
Rénover son habitat
Se chauffer
Utilisation de l'énergie


Catégorie:Se loger


Avec un minimum de connaissance et un budget très limité, construire en empilant des ballots de paille est vraiment accessible, parfaitement écologique et économique.


Historique

La construction en végétaux existe depuis des millénaires, sur tous les continents. On cite souvent les singes qui se couvrent de branchages pour dormir. L'architecture de nombreux peuples était (ou est encore) basée sur l'utilisation de végétaux, notamment la paille (sous-produit de la culture céréalière), facile et rapide à mettre en œuvre et très isolante. Mais évidemment, il ne s'agit plus de construire des huttes.

C'est à la fin du XIXe siècle que des agriculteurs du Nebraska (États-Unis) ont utilisé les premières botteleuses mécaniques. La paille n'était donc plus mise en vrac, mais elle était rangée en blocs droits et légers. Le Nebraska manquant d'arbres et le sol y étant souvent très sableux, ces paysans ont logiquement construit leurs villages avec ce matériau. Le faible poids des ballots évite alors le mouvement des fondations. Ce type de construction fait petit à petit son chemin en Amérique du Nord, jusqu'à s'effacer face au béton et à l'acier.

Mais la maison en paille ne s'arrête pas là et au cours du XXe siècle l'idée fait son chemin. En 1921, M. Feuillette construit sa maison à Montargis (France) et propose cette solution pour reconstruire le pays après la guerre. Il n'est pas écouté et en 1930 la mode est plus à la construction de fortifications en béton que de construction légère en bois et paille.

Depuis une trentaine d'années, c'est le renouveau de la paille, des références comme "The Straw Bale House"[1] sont publiées, font parfois sourire, mais en attirent d'autres. Par exemple, des jeunes y trouvent une solution très intéressante pour construire sans s'endetter toute leur vie; une association étatsunienne s'en sert pour construire des logements aux Indiens qui sombrent dans l'alcoolisme et le manque de repère; des Européens ont construit avec les matériaux du bord une maison en paille en Inde.

En 1975 une maison est construite en 3 jours sur le terrain militaire du Larzac, ce qui symbolisera la lutte pacifique, écologique et anti-nucléaire, catégorisant par la même occasion les maisons en paille comme des solutions rurales, alternatives et bricolées. Cette empreinte a duré longtemps, jusqu'en 2003 où, timidement, les premiers organismes officiels participent au projet Montholier (Jura, France) mené par Samuel Courgey.

Des erreurs de conceptions ont alors rendu les résultats de cette opération pas aussi intéressants qu'ils auraient dû l'être. L'expérience est toutefois une réussite "politique" et fait entrer la maison isolée avec des bottes de paille dans le monde de la construction conventionnelle.

Début 2005 l'association "APPROCHE-Paille" diffuse une nouvelle technique de construction, éloignée des principes habituels de construction en paille, la technique du GREB. Le dynamisme de cette association sur la toile et dans les médias a encore plus démocratisé la construction en paille.

Fin 2005, l'association "Les Compaillons" se met en place grâce à Philippe Liboureau, dit "le pailleux".

En mai 2006, André De Bouter (association La Maison en Paille) organise les premières rencontres nationales de la construction en paille à Celles sur Belle (France), d'où naitra le RFCP (Réseau Français de la Construction en Paille). Ce réseau est symboliquement sous la tutelle de l'association "les Compaillons", mais regroupe en plus des auto-constructeurs, des concepteurs, des constructeurs et des associations.

Aujourd'hui, le RFCP travaille sur l'élaboration de règles professionnelles qui encadreraient les principes de base de la construction en paille et la paille trouvera pleinement sa place chez les professionnels.


Les techniques

En fait, il n'y a pas une seule façon de construire en paille : les constructeurs y vont un peu de leurs inventions et de leurs goûts personnels. Le bâtiment peut être presque exclusivement constitué de ballots ou, au contraire, de ballots soutenus par une ossature en bois.

Longtemps expérimentale, la construction paille évolue vers une professionnalisation de la mise en oeuvre, pour se rapprocher de plus en plus des zones urbaines où la demande commence à émerger.

Les maisons en paille par leur apparence originale étaient réservées aux zones rurales, les contraintes architecturales obligeant les constructeurs (souvent autoconstructeurs) à faire preuve d'imagination pour simplifier les techniques et les rendre acceptables en tout milieu.

Technique NEBRASKA

C'est la technique la plus rustique, faisant référence à la première maison en paille construite. Il s'agit d'empiler les ballots de paille en quinconce, sans aucune ossature. Les bottes de paille font office de blocs de construction; elles sont à la fois les éléments porteurs et l'isolant.

Les bottes sont directement enduites de chaux à l'extérieur et de terre à l'intérieur. Ce type de construction est simple et peu coûteux, malgré la faible surface des ouvertures pour garder la stabilité de l'ouvrage. Seules quelques tiges de bois, de bambous ou de métal sont disposées de façon à éviter les mouvements. Les murs de ballots portent ainsi le toit. Cette technique est la plus ancienne, mais aussi une des plus économiques, puisqu'elle ne demande que très peu de matériaux. Elle est aussi très rapide à mettre en œuvre, à condition de ne pas rechercher une architecture compliquée. Bien sûr, elle ne convient pas aux bâtiments spacieux et un étage est un maximum (pour ne pas compresser la paille). On s'en sert en général pour des petits bâtiments utilitaires : grange, poulailler, garage, atelier, cabane...

Il faut noter que ce processus est peu répandu de nos jours (sauf en angleterre). mais tend a prendre un regain en france >> 5 % sur 600 projets au 25 mai 2009 (voir etudes reactualisé sur http://www.compaillons.fr/)

Technique Ossature Bois

Elle comprend de nombreuses variantes. C'est la technique la plus connue et la plus utilisée.

Cette méthode utilise une ossature-bois définie par les DTU 31.2. Les bottes de paille sont placées en colonne dans l'ossature. Les vides entre les bottes sont comblés par des "bouchons de paille en vrac ou un mortier allégé.

La paille est ensuite protégée par un enduit, à la chaux ou à la terre crue, en respectant les principes de perméabilité à la vapeur d'eau des parois, c'est à dire au moins aussi perméable à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Pour protéger la paille de la pluie, l'enduit extérieur doit être composé de trois couches réalisées avec des sables de granulométrie différente (de plus en plus fin, de la première couche, à la couche de finition), afin de repousser l'eau vers l'extérieur par effet de capillarité.

Cette technique est pénalisée par le coût et la difficulté de réalisation des enduits. Malgré le faible coût de la paille, le prix de revient du bâtiment fini, si l'on fait tout faire par des professionnels, est comparable à celui d'une maison en briques, il en est de même pour le temps de construction. Ce qui va à l'opposé du but recherché.


Technique « AUTRICHIENNE »

Dans le cadre du développement durable, le gouvernement autrichien a été l'un des premiers à se pencher sur la construction en paille.

Plusieurs variantes ont été testées, mais la meilleure technique semble être celle qui utilise des panneaux pour le décor intérieur (plaque de plâtre) et extérieur (panneau pare-pluie de fibre de bois).

Cette méthode est semble-t-il la plus élaborée de nos jours. Le montage se fait à sec et le temps d'exécution est réduit comme pour les maisons à ossature bois.

Il est assez facile de faire par soi-même certains travaux de la construction, réduisant ainsi le coût final, par exemple la pose du pare-pluie (fixé à l'ossature par des agrafes) ou encore des bottes de paille (de préférence après la pose du pare-pluie). Le montage est ainsi très rapide.

Attention cependant à conserver une façade extérieure perméable à la vapeur d'eau, tel un crépi à la chaux, un enduit respirant ou bien un bardage bois.

Technique du GREB

Technique de construction développée au Québec par un groupe de recherches écologiques[2]. C'est une technique novatrice dans son approche constructive, avec une double ossature en bois enchâssant les ballots de paille. Au lieu d'appliquer un enduit comme dans de nombreuses techniques, c'est un mortier allégé à la sciure de bois qui est "coulé" dans des coffrages temporaires. Cette technique à l'avantage d'être particulièrement adaptée à l'autoconstruction de bâtiments compacts de 2 niveaux aux murs rectilignes.

Pour en savoir plus, consultez l'article détaillé Technique du GREB.

Technique du Modulopaille

La structure ossature bois respect le Dtu 31-2. Le concept permet la pose de la botte de paille tout en s'assurant de la solidité de la structure. La methode repond à tout types d'architectures et est conçu sur mesure.

Technique CST (Cellule Sous Tension)

Initiée par Tom Rijven et pratiquée par l'association Botmobil, cette technique est dérivée de la technique Ossature bois, mais sans contreventement bois, utilisant uniquement l'énergie de tension contenue dans les bottes de paille pour le contreventement de la structure.

Particularités de la construction en paille

Les principaux avantages

Le prix

La paille est très isolante (donc, les factures de chauffage sont considérablement diminuées), les matériaux utilisés sont accessibles localement et parfois à bas prix (un ballot moyen coûte entre 1 à 2 euros, on utilise en général du bois pour la charpente et l'armature; les pierres et la chaux remplacent le béton armé et les autres matériaux industriels, importés parfois de l'étranger).

Surtout, il est très facile de construire soi-même sa maison en paille; or la main-d'œuvre nécessaire pour faire construire sa maison représente environ 75 % du prix. Au final, certains autoconstructeurs s'aperçoivent qu'il est possible de construire une maison soi-même pour un coût situé entre 500 et 1000 euros/m². Lorsque l'on fait construire par des professionnels (avec ou sans garantie décennale), les coûts sont situés entre 1000 et 1500€/m²

Matériau écologique et recyclable

La construction n'a pas forcément besoin de matériaux industriels; mais ce n'est pas forcément non plus une cabane de pêcheur! De plus, le bâtiment est durable (la maison de M. Feuillette est toujours habitée) et quand il arrive en fin de vie, il retourne naturellement à la terre (biodégradable).

Une maison en paille est très saine

Un mur en paille peut être enduit de terre, de chaux, coloré en peintures naturelles, sans faire appel à des solvants, des colles, des produits de traitement, des matières synthétiques éventuellement cancérigènes... Malheureusement, l'équipement et l'aménagement apporte généralement son lot de produits toxiques (tubes pvc, gaines et réseau électrique, mobilier, revètements synthétiques, etc.).

La paille compressée en botte, est très isolante

Donc, elle élimine tous les efforts techniques et financiers pour chauffer et isoler une maison. Il suffit de protéger les bottes par un enduit ou du bois. De plus, les enduits intérieurs apportent une inertie thermique importante permettant de garder chaleur ou fraicheur suivant la saison. Enfin, la paille serait aussi un bon isolant phonique et acoustique (une salle de musique a été construite en France).

Aussi

  • Résistance au feu : les maisons en paille ne brûlent pas facilement, car les bottes de paille sont très comprimées, cela peut être comparé à un annuaire et une feuille de papier : la feuille de papier va brûler très rapidement et facilement tandis que l'annuaire va brûler difficilement puisqu'il est très dense. C'est la même chose pour la botte de paille.
  • Elle demande des matériaux disponibles localement : la paille (de blé, de riz, de seigle, etc.), du bois, de la chaux, de la terre et parfois des pierres. Reste évidemment quelques matériaux industriels : verre, conduits électriques et plomberie.
  • Elle est rapide et agréable à mettre en oeuvre à condition d'avoir un peu d'expérience. Construire soi-même est aussi une expérience inoubliable et une formation grâce aux chantiers participatifs.
  • Les murs respirent : la paille fait circuler à travers elle l'air et l'humidité à merveille.
  • Les habitants mettent souvent en avant le confort hiver comme été.
  • Enfin, les constructions possibles sont très diverses, avec le matériau très fonctionnel qu'est le ballot de paille, vous pouvez réaliser la maison de vos rêves, suivant vos plans, l'architecture qui vous plaît, vous pouvez aussi la modifier plus tard. On peut dire aussi que construire en paille permet de ne faire que quelques étages dans un bâtiment : elle nous oblige à rester les pieds sur terre, à ne pas construire de grands ensembles!

Quelques inconvénients

L'humidité

C'est le point le plus important à surveiller pour les maisons en paille. En effet les murs doivent être très bien protégés pour éviter qu'ils ne prennent l'eau.

Ainsi, il faut qu'il y ait une bonne toiture, les murs doivent respecter certaines règles (garde au sol d'au moins 20 cm), rupture de capillarité et la gestion de l'étanchéité au niveau des fenêtres sont particulièrement important.

La règlementation

L'absence de règlementation dans certains pays (dont la France) rend difficile la généralisation de ces pratiques. Certaines entreprises bénéficient, grâce à leur expérience, d'une garantie décennale.

Aussi

  • Constructions limitées à 4 ou 5 étages (à moins de faire l'armature en béton et en acier...), voir un seul (avec la technique Nebraska).
  • Est l'objet de nombreux préjugés : la paille n'attire en aucun cas les rongeurs ou autres nuisibles, la paille résiste mieux aux incendies que le béton armé (des tests sont disponibles). Bien conçue, elle reste en place bien plus longtemps que certains bâtiments en béton (les HLM des années 70 se font déjà démolir aujourd'hui), elle n'est pas un retour en arrière, bien au contraire, elle permet de nombreuses architectures et va bien plus loin en matière de respect de l'environnement que le "développement durable" ou la norme Haute Qualité Environnementale.
  • La paille est loin d'être démocratisée : il faut souvent se débrouiller pour trouver les matériaux et le soutien et certaines personnes accrochées aux modes de construction industriels n'ont pas encore pris conscience de l'énorme potentiel de l'utilisation de la botte de paille dans la construction.


Voir aussi

Références

  1. (eng)The Straw Bale House (A Real Goods Independent Living Book), Chelsea Green Publishing, ISBN 0930031717
  2. GREB Groupe de recherches écologiques de La Baie

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • (fra) Construire son habitation en paille selon la technique du GREB - V. Brossamain - JB. Thévard. Éd V. Brossamain. ISBN 2952515808
  • (fra) Manuel de l'autoconstruction. La maison en ballots de paille. Jocelyn Rochefort Simard, Éd. de Mortagne. ISBN 2890746585
  • (fra) Batir en paille, Guide pratique de la construction en bottes de paille, les enduits en terre & chaux. André de Bouter. Éd. La Maison en Paille. ISBN 2-9522653-1-3
  • (fra) Construire en paille aujourd'hui. Astrid Gruber et Herbert Gruber, Éd. Terre Vivante. ISBN 2914717016


Noia 64 apps kfm home.png
Portail Se loger – Tous les articles Ékopédia concernant le logement.