Autoconstruction/Témoignage

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Ceci est une version archivée de cette page en date du 7 janvier 2010 à 09:59 et modifiée en dernier par Ecoclash (discussion | contributions).
Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Bulle.png Témoignages au sujet de l'article Autoconstruction



Vous voulez témoigner de votre expérience personnelle ?...
Vous connaissez bien le sujet...
Et vous désirez mieux renseigner ceux qui ont déjà lu l'article Autoconstruction ?
Vous voulez apporter des éléments nouveaux à des lecteurs qui voudraient en savoir plus ?

Le but des pages-témoignages est justement de donner un complément d'informations; et ceci, en tenant compte de : votre opinion personnelle. :-)

Par contre... si les éléments d'infos, que vous désirez apporter, sont : neutres d'opinion, il serait plus logique de les ajouter à l'article principal pour l'enrichir...



Marche à suivre (simplifiée), pour rédiger votre témoignage personnel
  1. AJOUTEZ votre témoignage ICI . Il se placera automatiquement à la suite des autres témoignages.
  2. Si la page est totalement blanche : En 1ère ligne ajoutez (copier/coller) : {{Témoignage page|Nom de l'article}}

    . Remplacez "Nom de l'article" par le véritable nom de l'article visé. Puis PRÉVISUALISEZ
  3. ÉCRIVEZ à la suite, votre témoignage, en décrivant en détails, tous ses aspects (aucune limite de taille pour votre texte)...
  4. PRÉVISUALISEZ autant de fois que vous voulez; ceci afin de visualiser vos écrits, et de faire vos corrections.
  5. N'oubliez pas de SIGNER en dernière ligne de ce témoignage par votre pseudo d'utilisateur, en écrivant ~~~~ (2 fois : Alt + 2).
  6. Enfin, PUBLIEZ votre témoignage, pour l'enregistrer définitivement. Voilà ! C'est fait !... Et nous vous en remercions vivement... :-)
    • Discussion en "page Témoignage" : Vous pouvez apporter une précision, ou poser une question, ou même commenter un autre témoignage, en page de discussion.





Inscription, Connexion, Contributions et... Questionnements





Toutes les informations sur le fonctionnement des témoignages d'articles

La présente page de témoignages (témoignages personnels de lecteurs) , et aussi le Bloc-notes (Renseignements bruts et images libres de droit, en provenance de sites web et de lectures diverses), viennent compléter en informations utiles et ciblées, certains des articles encyclopédiques de notre €kopédia.



<<< Retour à l'article : Autoconstruction >>>

L'auto-(éco)-construction accompagnée - une alternative à la crise du logement social[modifier]

Partis du constat que le coût de l'immobilier a atteint des sommets vertigineux et prohibitifs, de plus en plus de ménages à faibles revenus ne peuvent plus se loger.

Ce phénomène de société s'était déjà produit tout de suite après la guerre 39-45. La pénurie de logements sociaux avait provoqué une réaction qui s'est traduite par la naissance du mouvement « Les Castors ». S'inscrivaient dans ce mouvement les personnes prêtes à donner de leur temps pour construire eux-même leur maison. En mutualisant leurs achats, ils obtenaient des remises des négociants de matériaux et en supprimant le poste « main d'œuvre », ils réalisaient une économie substantielle. Des dizaines de milliers de maisons se sont construites sous cette forme un peu partout à travers la France.

Partant de cette idée, l'association "Toit par toi" (http://toitpartoi.free.fr) a mené une réflexion sur les possibilités qu'offre l'autoconstruction , pourquoi est elle possible aujourd'hui ?

  • L'élévation du niveau d'éducation (par rapport aux années 50/70 ère des Castors) rend plus accessible les techniques autrement réservées aux spécialistes.
  • L'accès à l'information par le biais d'Internet, permet d'ouvrir des fenêtres sur l'information spécialisée, autrefois réservée aux professionnels.
  • Le développement des technologies : suite à l'inflation des coûts de la main d'œuvre, les industriels ont rapidement compris que la compétitivité des artisans passait par des produits faciles à mettre en œuvre. La majorité des produits du bâtiment mis sur le marché actuellement répondent à ce critère (faciles à mettre en œuvre).

Le projet[modifier]

Arrivé à ce point de réflexion, il fallait pouvoir chiffrer un projet qui prenne en compte l'aspect économie réalisée par la suppression du poste main d'œuvre (70% du coût global salaire+charges+ frais généraux), mais qui s'inscrive aussi dans une démarche « économie d'énergie » et de développement durable.

L'intérêt de l'initiative est fort : la réalisation de maisons à hautes performances environnementales dans une dynamique sociale d'accession à la propriété.

Partant d'un plan très simple, sans fioritures car s'adressant à des non-professionnels, le choix s'est fait sur un pavillon type F4, 100m2 habitable avec garage attenant.

Le mode de construction qui s'est imposé dans notre démarche, c'est l'ossature bois et plus précisément le système issu du CNDB : Maison bois outil concept (MBOC), car le mieux adapté à ce concept de l'autoconstruction. Ce procédé de construction répond bien au impératifs que nous nous étions fixés, tant au niveau économie d'énergie du fait de sa grande qualité à ne pas générer de ponts thermiques que sur le plan écologique et développement durable. Pour ce qui est des fondations (élément important pour la pérennité d'une maison) nous avons sélectionné le système « pieux béton » qui présentent l'avantage d'être libéré des contraintes liées au terrain. (Chaque chantier présentant des caractéristiques différentes, fera l'objet d'une étude de sol préalable) Autre avantage présenté par la maison bois, est qu'elle est 10 fois moins lourde qu'une maison parpaing/béton. Sur ces pieux, espacés suivant le plan fournit par le bureau d'étude, vient s'installer une dalle bois, constituée de longrines reposant sur les pieux et de poutres en I (membrures en sapin du nord / âme OSB) espacées de 40cm qui présente : facilité de manutention (légèreté), grande rectitude et stabilité, gain de temps pour la mise en œuvre, facilité pour « noyer » les tuyaux (évacuation et alimentation des fluides). Autres avantages et non des moindres, vide sanitaire ventilé et isolation renforcée sur toute l'épaisseur de la dalle (25cm) Murs ossature bois, charpente fermettes industrielles, toiture tuiles. Menuiseries bois double vitrage argon, haute qualité à isolation renforcée. Isolation des murs périphériques, panneaux de fibre de bois 120 m/m, ouate de cellulose pour dalle bois et en comble perdue épaisseur 240 m/m. Plafond et cloisons de distributions, plaques de plâtre. Equipement plomberie : préfabriqué, livré en Kit sur mesure, prêt à poser, préparé en atelier qui permet de réaliser l'installation sans connaissances particulières et sans outillages spécifiques. Distribution en tubes polyéthylène réticulés (PER) raccords sans soudure. Production d'eau chaude par panneaux solaire. Installation électrique pré câblée aux normes C15-100 livrée en kit, comprenant câblerie (gaines+fils) appareillage, prêt à poser. Renouvellement de l'air : puits provençal couplé à une VMC (ventilation mécanique contrôlée) double flux. Notre étude de faisabilité à partir des éléments précités ressort à un coût total de fournitures de 50 000 € ht (espérant bénéficier de la TVA à 5.5).

Mise en œuvre[modifier]

Cette étude est le fruit de réflexions sur les méthodes de construction, de recherches du meilleur rapport qualité/prix, de négociants prenant en compte les spécificités du projet, de solutions techniques répondant aux impératifs que nous nous étions fixés.

Les matériaux rentrant dans la construction de la maison, ainsi définis et chiffrés, reste à mettre tout ça en œuvre. Pour des néophytes, c'est une aventure, un challenge, un défi que l'on se lance à soi même. Ce défi, les membres de Toit par toi, le connaisse bien, beaucoup d'entre eux étant des professionnels qui ont fait carrière dans les métiers du bâtiment, certains d'entre eux sortant de réalisation d'autoconstruction personnelle, responsable de bureau d'étude spécialisé MBOC. Cette expérience, ils la mettent aux services des autoconstructeurs. Autre garantie de bon déroulement des chantiers, le suivi par un comité de pilotage constitué de représentants de structures administratives qui s'impliquent à des niveaux divers dans la programmation et le contrôle des chantiers. De plus, contrairement à certaines expériences d'autoconstructions où l'individu se lance seul dans l'aventure, ici, en plus de l'assistance de Toit par toi, nous avons à faire à un travail d'équipe. L'organisation réfléchie, préconisée par Toit par toi, conseille des chantiers de 12 autoconstructeurs. Douze maisons identiques, bâties en un même lieu, suivant un planning et une organisation construite pour rendre le travail des participants le moins pénible possible, le plus sécurisant quand à son bon déroulement et à son bon achèvement, éviter les pertes de temps et, de ce fait raccourcir au maximum les temps de réalisation. A terme, chacun des participants sera propriétaire de sa maison, mais tout au long du chantier, ce sont douze unités qui avancent au même rythme. Autre facilité : mise à disposition des équipes d'un outillage professionnel qui couvre les besoins spécifiques aux différents métiers. En phase de chantier, seraient garantis l'acquisition des compétences nécessaires pour les autoconstructeurs, la définition des process de construction, la validation de chaque étape des travaux grâce à la supervision d'un maître d'œuvre, avec des étapes formelles de contrôle.

Le succès de l'initiative doit être garanti : Sur le plan technique (qualité, performance des ouvrages) tout ce qui précède apporte la preuve de notre maîtrise sur ce plan. Sur le plan financier : Hormis les aides ponctuelles que peuvent générer un tel projet, pour ce qui est du financement des matériaux, chacun des autoconstructeurs contracte un emprunt qui couvre ses besoins.

Sur le plan juridique[modifier]

Groupement des autoconstructeurs. Les autoconstructeurs d'un même chantier, se regroupent autour d'une structure afin de gérer par eux même les flux financier, Les rapports entre les membres du groupement Les rapports avec les tiers et la structure ayant en charge la conduite du chantier : l'opérateur.

Dynamique de groupe : Un règlement intérieur définira les droits et devoirs de chacun des participants

L'opérateur , assure la logistique. Son rôle, ses responsabilités. Mise en œuvre du concept Toit par toi. Formation aux techniques de constructions adoptées. Organisation du chantier : Planning, Suivi et mise en route des différentes étapes Bordereaux approvisionnements

Témoignage ajouté par l'utilisateur Charlesnicol le 9 avril 2008.