Épicéa : Différence entre versions

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
(clede tri)
(- ébauche)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{ébauche}}
+
 
 
{{InfoboxVegetal|
 
{{InfoboxVegetal|
 
| Nom=Picea abies
 
| Nom=Picea abies

Version du 7 juin 2010 à 17:37

Picea abies
Épicéa


Illustration de l'épicéa commun (Picea abies)

Classification classique
Règne : Plantae
Sous-règne : Tracheobionta
Division : Coniferophyta
Classe : Pinopsida
Sous-Classe : -
Ordre : Pinales
Famille : Pinaceae
Sous-Famille : Piceoideae
Genre : Picea
Classification phylo-génétique
Ordre : Pinales
Famille : Pinaceae
Liens internes

- Catégorie:Flore - Logo ekopedia 2009.svg.png - Catégorie:Plante -

Liens externes
Photos Picea sur la BASE d'images (FLORE)

Nuvola filesystems folder image.png

La Base Ékopédia propose des documents multimédia libres pour illustrer les articles sur le thème :
« Épicéa »

Commons-Logo.svg.png

La Médiathèque Commons propose des IMAGES et vidéos libres sur la thèmatique : « Épicéa »

Épicéa commun (Picea abies)

L'épicéa (également appelé épinette au Québec) est un arbre à feuilles persistantes, de la famille des Pinacées, communément appelé à tort "Sapin". Il s'agit souvent du fameux sapin de Noël vendu en masse lors des fêtes de fin d'année. On estime qu'en France ce sont plus de 10 millions d'épicéas qui sont vendus chaque année. Bien qu'il existe près d'une vingtaine d'espèces différentes, l'épicéa commun (Picea abies) est de loin le plus répandu, du fait de ses qualités appréciées en sylviculture.

En 2008, a été découvert en Suède le plus vieil arbre au monde, un épicéa de deux mètres de haut. À l'aide d'une datation au carbone 14, on a pu estimer que son âge approchait des 9550 ans, battant ainsi de plus de 4000 ans le dernier record du plus vieil organisme vivant sur terre, détenu jusqu'ici par un pin Bristlecone (Pinus longaeva) dans les White Mountains de la Californie (États-Unis d'Amérique).

Caractéristiques

Un résineux à feuilles persistantes, l'épicéa commun dépasse rarement les 50 mètres de hauteur, le plus souvent il culmine à une trentaine de mètres. D'autres espèces peuvent par contre dépasser les 90 mètres, telles que l'épicéa de Sitka. Les aiguilles de l'épicéa font entre 10 et 20 mm de longueur, sont d'un vert sombre et ont leur extrémité assez pointue. Elles sont disposées tout autour du rameau, lui donnant ainsi une forme grossière de brosse lorsqu’il est vu de face. La période de floraison s'étend le plus souvent de mai à juin. Le fruit de l'épicéa est un cône, arrivant à maturité vers Septembre-Octobre, pouvant atteindre 17 cm de long, renfermant de petites graines noires.

Répartition géographique

Les épicéas sont répartis en majorité au sein de l'hémisphère nord, en particulier dans les zones montagneuses. Certaines espèces font également partie de la flore des forêts boréales.


Sylviculture

Bien qu'ayant une durée de vie relativement faible, le bois d'épicéa est apprécié pour sa solidité et son élasticité. Il est ainsi utilisé pour la fabrication de papier, de caisses, de plateaux, d'emballages dans l'industrie. Les arbres les plus vigoureux peuvent donner du bois qui sera utilisé pour des travaux plus "nobles": charpentes, menuiserie, lutherie... L'essence de térébenthine est obtenue à partir de la distillation de la poix de bourgogne, cette dernière étant de la résine récoltée à même le tronc. De plus, l'épicéa a une croissance rapide, ce qui explique son utilisation massive dans la sylviculture.

Impact sur le biotope

Les forêts de culture d'épicéas, bien qu'étant utiles à l'industrie, posent de graves problèmes en matière d'environnement.

D'une part, le tapis d'aiguilles qui jonche le sol de la forêt augmente fortement l'acidité du sol: ainsi, il faut 5 à 7 ans (au lieu d'une dizaine de mois pour la plupart des feuilles d'arbres caducs) à la faune microscopique pour dégrader le tapis d'aiguilles, perturbant ainsi le cycle de l'humus. Cette faune étant composée essentiellement de bactéries (les mêmes qui interviennent dans la formation du compost), elles ne peuvent pas survivre dans un sol trop acide. Une enquête de l'IFOP a permis de déterminer qu'au niveau du sol dans une forêt d'épicéas, on compte en moyenne 25 fois moins de lombrics qu'au sein d'une forêt de chênes. On pense ainsi qu'il est théoriquement possible pour une forêt d'épicéa de stériliser purement et simplement le sol, empêchant alors toute autre plante d'y pousser après leur passage.

D'autre part, ces mêmes aiguilles perturbent également le renouvellement des nappes phréatiques. Lors des grandes pluies d'automnes et d'hiver (qui réalimentent les nappes phréatiques), une partie de l'eau est retenue par le feuillage très dense des épicéas, chose impossible avec les arbres à feuilles caduques du fait de la chute des feuilles. De plus, l'épicéa ponctionne un lourd tribut à la nappe phréatique du fait de sa croissance rapide.

Enfin, on plante encore ces résineux près des cours d'eau, ce qui a des conséquences désastreuses: les plantes aquatiques meurent du manque d'ensoleillement. Du fait de la chaine alimentaire, ce sont à leur tour des centaines d'espèces qui sont condamnées par manque de nourriture et d'abris. En plus de cela, l'acidité des aiguilles joue un rôle loin d'être négligeable: 8 à 12 grammes d'aiguilles d'épicéa versées dans un litre d'eau suffisent à rendre cette dernière invivable pour la faune aquatique.


Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • La Hulotte n°36/37