Moustique

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps kcmdrkonqi.png
Cet article fait partie du
Thème Prendre soin

Hygiène de vie
Hutte de sudation
Hygiène de l'esprit
Relaxation
Reiki
Shiatsu
Sophrologie
Hygiène du corps
Bienfaits et méfaits du soleil
Soins du corps
Cosmétique
Fabriquer ses cosmétiques
Santé
Plante médicinale
Huile essentielle


Catégorie:Prendre soin (?)


Le moustique est un insecte diptère redouté pour ses piqûres qui démangent. Il existe plus de 3000 espèces différentes de moustiques à travers le monde, appartenant tous à la famille des Culicidés.


Le moustique est le vecteur de graves maladies telles que le paludisme (ou malaria), la dengue, le chikungunya... Aujourd'hui, ces maladies ont été éradiquées dans la plupart des pays tempérés grâce à des campagnes de démoustication parfois menées au dépend de l'environnement (utilisation de DDT par exemple). Mais elles continuent à faire des ravages dans les pays les plus pauvres et dans la zone intertropicale où le climat favorable permet aux moustiques de proliférer quasiment toute l'année.

Cet article s'intéresse principalement aux moyens d'éviter les piqûres de moustiques.

Note : Il ne faut pas confondre le moustique avec ses "cousins", les chironomes et les tipulidés, qui eux ne piquent pas.


Fichier:Mosquito bite.jpg

Mieux connaitre le moustique[modifier]

Le cycle biologique[modifier]

Le moustique se développe à partir d'une larve aquatique avant de se métamorphoser pour effectuer sa phase adulte dans le milieu aérien. La phase larvaire aquatique permet d'expliquer la forte présence des moustiques à proximité des rivières, étangs et marais. Chez la plupart des espèces de moustiques, la larve se nourrit d'algues microscopiques du plancton; de rares espèces ont une larve prédatrice qui se nourrit d'autres larves d'insectes.

Une fois adulte, le moustique se nourrit exclusivement de nectar de fleurs variées. Contrairement aux idées reçues, il ne se nourrit pas de sang. La piqure du moustique est effectuée uniquement par une femelle fécondée, et n'est pas destinée à son alimentation, mais à la maturation des œufs avant la ponte. Il faut noter que certaines rares espèces de moustiques n'ont pas besoin de sang pour leur maturation, et donc ne piquent pas.

On observe une grande variété de comportements suivant les espèces. Certaines vont s'attaquer à l'être humain, d'autres à du bétail, à des oiseaux ou à des reptiles.

On dit souvent que les moustiques ne piquent que la nuit, en vérité il existe des espèces diurnes, d'autres nocturnes ou crépusculaires. L'idée que le moustique ne pique que la nuit vient sans doute du fait que les espèces les plus répandues en Europe appartiennent aux genres Culex et Aedes qui ont des mœurs nocturnes.


L'intérêt du moustique dans l'environnement[modifier]

Parce que rien n'est tout noir, le moustique n'a pas que des mauvais côtés. Avec son régime constitué de nectar, le moustique est un des agents de la pollinisation des plantes comme le sont l'abeille et le papillon.

Les larves de moustiques sont une source d'alimentation pour certains poissons notamment les gouramis et les combattants (Betta splendens) qui les apprécient particulièrement. Une fois adultes, ils sont également consommés par divers animaux insectivores tels les oiseaux, les batraciens, les chauves-souris...


Pourquoi ça démange ?[modifier]

La piqure du moustique est le plus souvent indolore, mais une fois achevée on ressent peu à peu des démangeaisons qui peuvent être fort désagréables. Cette démangeaison est en fait une réaction allergique de la peau à un composé anticoagulant injecté par la trompe du moustique lors de la piqure. Comme pour tout allergène, l'importance de la réaction diffère selon les personnes, mais aussi en fonction de l'espèce de moustique à l'origine de la piqure. Dans des cas extrêmement rares, la réaction allergique peut même entrainer un choc anaphylactique, nécessitant alors une intervention d'urgence. Quant aux personnes qui disent ne jamais se faire piquer, il est fort probable qu'elles subissent des piqures, mais soient insensibles à l'allergène, d'où une absence de bouton.


Des précautions simples[modifier]

Comment ne pas attirer les moustiques?[modifier]

Contrairement à ce que l'on peut entendre autour de nous, les moustiques ne sont que très faiblement attirés par les odeurs fortes dégagées par le corps humain.

Ils sont, par ordre d'importance, attirés par:

  1. Le dégagement par le corps de CO2 (respiration de la peau).
  2. Le dégagement par le corps de chaleur.
  3. Les odeurs fortes.

Ainsi lors de randonnées en zones sensibles (bords d'étangs, marais...), il est déconseillé de courir à la vue des moustiques. L'augmentation de la respiration et de la température corporelle suite à l'effort est le meilleur moyen de provoquer des piqures massives.

Le rôle de la lumière est contesté[modifier]

Selon le Dr Francis Schaffner, Entomologiste médical et vétérinaire (Université de Zurich) « La lumière n’est pas du tout attractive pour les moustiques, elle attire tout un tas d’insectes, mais pas les moustiques. En fait ce qui les attire, quand on a la fenêtre ouverte, d’ailleurs vous pouvez en faire l’expérience, vous ouvrez la fenêtre, éteignez la lumière et vous serez quand même piqué. En fait, ce qui l’attire, c’est le CO2 qui sort par la fenêtre. »[1]

Le CO2 est LE signal qui fait venir madame moustique. Mais une fois sur place, elle choisit sa victime en fonction de son odeur corporelle.

Empêcher l'accès à la peau[modifier]

Pour que le moustique pique, encore faut-il qu'il puisse se poser sur votre peau. Cela semble logique pourtant cette évidence n'est pas toujours en compte lorsqu'on désire se protéger des piqures.

Les moustiques piquent avec facilité la peau nue. Mais ils peuvent aussi piquer à travers un tissu trop fin. Se vêtir d'un tissu assez épais, et de vêtements longs est une précaution élémentaire dans les zones infestées. Dans la même optique, évitez les vêtements trop larges qui peuvent permettre aux moustiques de se passer dans une manche ou une jambe.


La moustiquaire[modifier]

Un filet autour du lit peut suffire à éviter des piqûres de moustiques. Une moustiquaire coûte cher, mais on peut la remplacer, pour protéger un bébé qui dort par exemple, par du tule à mariée que l'on trouve dans les magasins de tissus au mètre.


Les antimoustiques du commerce[modifier]

On trouve sur le marché différents produits contre les moustiques : aérosols, diffuseurs, bougies, ultrasons... Ces procédés contiennent souvent des produits chimiques de synthèse et/ou consomment de l'énergie.

Les aérosols[modifier]

  • les répulsifs: ils ne conviennent pas aux bébés et tous ne conviennent pas aux enfants. Ils peuvent contenir du DEET, dangereux à forte concentration (risques d'irritations ou d'intoxications). Il existe aussi une alternative : des aérosols répulsifs à base d'huiles essentielles.
  • les insecticides: les substances insecticides, pour les aérosols comme pour les diffuseurs, sont souvent des pyrèthres synthétiques (pyréthrine, transfluthrine, perméthrine...). Les pyrèthres synthétiques sont nocifs si on les inhale ou si elles sont en contact avec la peau. Une autre substance insecticide heureusement moins utilisée est le dichlorvos qui est classé cancérigène possible pour l'homme. Le dichlorvos est d'ailleurs interdit en France depuis la fin 2008.

Les diffuseurs électriques[modifier]

Branchés sur une prise de courant, ils diffusent des substances insecticides dans la pièce. Les recharges se font sous forme de plaquettes ou de fioles de liquide. Ils ne sont parfois adaptés qu'à recevoir des recharges de la même marque, le client est ainsi "fidélisé" de force.

Les appareils à ultrasons[modifier]

Leur efficacité reste encore à prouver. De plus, ils peuvent perturber d'autres animaux tels que les chauves-souris (qui par ailleurs se nourrissent de moustiques), les chiens, les chats et certains oiseaux.

Les bougies antimoustiques[modifier]

Souvent utilisées en extérieur, ce sont des bougies parfumées, le plus souvent à la citronnelle. L'efficacité de ces bougies n'est tout de même pas énorme, mais l'odeur a le mérite d'être agréable! Si elle est utilisée à l'intérieur, une bougie doit être tenue éloignée des objets inflammables. Attention cependant, les bougies aujourd'hui, sont majoritairement faites de paraffine, un dérivé du pétrole qui n'est pas forcément l'idéal pour la santé. Attention aussi, les bougies antimoustiques contiennent très souvent des insecticides! Il est possible de s'en confectionner soit même, en ajoutant lors de la fabrication d'une bougie de l'huile essentielle de citronnelle.


La protection par les plantes[modifier]

La citronnelle[modifier]

Diffusé en huile essentielle (éviter les diffuseurs qui chauffent), posé en morceaux, ou tout simplement planté dans un pot, la citronnelle est une plante très désagréable pour les moustiques, elle a un parfum rappelant le citron. Tous n'apprécient pas son odeur caractéristique.

Un mélange d'alcool, d'eau et de quelques gouttes d'huile essentielle de citronnelle permet la confection d'une lotion de friction de prévention. L'huile essentielle est soluble dans l'alcool pas dans l'eau, il faut donc verser les gouttes d'huile essentielle dans l'alcool et mélanger énergiquement avant d'ajouter de l'eau. Les huiles essentielles mal utilisées peuvent être dangereuses, lisez-les précautions d'emploi.

Les lamiacées (labiées)[modifier]

L'utilité des lamiacées en tant que répulsif pour diverses espèces d'insectes est bien connue. Pour vous protéger des moustiques, il existe plusieurs solutions. La mélisse est certainement la plus efficace, mais elle a tendance à proliférer ce qui peut poser problème dans un jardin.

  • La mélisse : la mélisse est une sorte de menthe avec une odeur de citronnelle. Planter de la mélisse à proximité des ouvertures (portes, fenêtres) agit comme un répulsif pour les moustiques et divers autres insectes. Son huile essentielle, bien que moins efficace que celle de la véritable citronnelle, agit également pour prévenir les piqures. La mélisse présente l'avantage de pouvoir être cultivée dans des climats froids (Europe du Nord et montagne) alors que la citronnelle craint le gel.
  • Le thym citron : le thym citron, est une variété de thym qui sent bon le citron. Il pousse même en hiver, et est tout à fait adapté au climat français. Poser un pot dans une maison peut permettre d'éviter les moustiques.
  • Le basilic à petites feuilles : le basilic à petites feuilles (est différent de celui de cuisine) est reconnu comme efficace pour faire fuir de nombreux diptères notamment les mouches. Son odeur forte repousserait également les moustiques.

Les géraniacées[modifier]

Les plantes des genres Geranium et Pelargonium (appelés aussi géraniums en horticulture) produisent des huiles essentielles qui ne font pas bon ménage avec les moustiques : une goutte de cette essence sur la taie d'oreiller suffit souvent à faire qu'il n'y repasse plus de la nuit.

Les maisons où ces plantes poussent sur le rebord des fenêtres ne sont, semble-t-il, jamais touchées par les moustiques.

Le géranium citron (Pelargonium citrosa) semble être la variété la plus efficace contre les moustiques.

Le pyrèthre[modifier]

Très efficace contre de nombreux insectes.


Les prédateurs naturels du moustique[modifier]

Une araignée[modifier]

À condition de ne pas être effrayé par les araignées (ou leur toile), une araignée peut se débarrasser de quelques moustiques.

Une grenouille ou un crapaud[modifier]

Les batraciens raffolent de ces insectes volants. Si vous avez une petite mare dans votre jardin, n'hésitez pas à favoriser ces animaux. Quelques poissons rouges dans le bassin vous débarrasseront en plus des larves.

Les chauves-souris[modifier]

Installer une maison à chauve-souris dans votre jardin et attendre que des chauves-souris s'y installent.

Les chauves-souris peuvent manger leur poids en insectes chaque nuit! On trouve sur le web des plans pour réaliser soit même sa maison à chauve-souris. Le gros problème du nid de chauve-souris c'est l'histoplasmose (maladie respiratoire pouvant être transmise à l'Homme et résultant de la décomposition des matières fécales des chauves-souris).

La gambusie[modifier]

La Gambusie (Gambusia affinis) est une cousine du guppy. Originaire des États-Unis, elle a été introduite dans de nombreuses eaux douces des pays chauds pour lutter contre la prolifération des moustiques, car elle se nourrit de leurs larves. À cette fin, elle a également été acclimatée dans certaines régions françaises (mais pas sur la totalité du territoire): marais de Camargue, et du Sud-Ouest.[2]

Autres protections antimoustiques[modifier]

  • Vider (au moins une fois par semaine) les dessous de pots, petits abreuvoirs, arrosoirs, et autres récipients pouvant contribuer à la formation de petits dépôts d'eau, d'arrosage ou de pluie, dans lesquels peuvent se développer en quelques jours des dizaines de milliers de moustiques.
  • contrôler que l'eau ne stagne pas dans les gouttières.
  • Déposer sous les pots de fleurs et dans les petits récipients des fils de cuivre (fil électrique privé de sa gaine en plastique), ou une pièce de monnaie en cuivre. Ce métal dans l'eau provoque une forte mortalité des larves, et permet de doubler les temps de reproduction.
  • Couvrir hermétiquement les récipients qu'il n'est pas possible de vider.


Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]


Liens externes[modifier]


Références[modifier]

  1. Selon le Dr Francis Schaffner, les moustiques ne sont pas attirés par la lumière
  2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Gambusie


Noia 64 apps kcmdrkonqi.png Prendre soin – Articles sur « comment prendre soins de soi et des autres ».