Maison de paille

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps kfm home.png
Cet article fait partie du
Thème Se loger

Autoconstruction
Construire son habitat
Coopérative d'habitation
Entretenir son habitat
Gestion de l'eau
Gestion des déchets
Maçonnerie
Menuiserie: Outils / Matériaux
Rénover son habitat
Se chauffer
Utilisation de l'énergie


Catégorie:Se loger


Cet article fait doublon avec Construction en paille. Votre aide pour fusionner les articles est la bienvenue.



Description / Définition[modifier]

Jusqu’à présent la maison en bottes de paille n’est pas encore très répandue, cependant elle connaît une popularité croissante dans le domaine de l’éco construction. En effet elle se distingue par :

  • une isolation excellente
  • un impact environnemental très faible
  • des matériaux recyclables
  • une facilité de mise en œuvre
  • un faible coût

Tout cela fait de la maison en paille un choix de construction intéressant.

Ces maisons sont généralement construites avec une ossature bois et des bottes de pailles rectangulaires qui sont assemblées et fixées à l’ossature. Le tout recouvert par une couche de chaux et un isolant.

Historique[modifier]

La première maison en paille a été réalisée dans l’Etat du Nebraska aux Etats-Unis, au début du XXème peu après l’apparition de la botteleuse. En France la première maison a été construite en 1921 à Montargis, son concepteur préconisait ce type de bâtiment pour reconstruire la France après la guerre. Par ailleurs tout le monde savait depuis longtemps que la paille était un excellent isolant puisqu’elle était déjà utilisée dans les bâtisses pour animaux (dans les fermes). Actuellement le nombre de bâtiment en France est compris entre 400 et 1000, tandis qu’aux Etats-Unis on compte près de 2000 maisons en paille. Ces constructions sont plus souvent réalisées par des auto-constructeurs, même si des professionnels du bâtiment commencent de plus en plus à développer le secteur. Ainsi ce type de construction est encore peu connu du grand public, mais à l’avenir cela pourrait rapidement se développer.

Techniques[modifier]

Trois principales techniques de construction existent :

Technique « Nebraska »[modifier]

C’est la technique la plus rustique, faisant référence à la première maison en paille construite. Elle consiste à utiliser les bottes de paille comme blocs de construction pour être à la fois les éléments porteurs et l’isolant. Les bottes sont directement enduites de chaux à l’extérieur et de terre à l’intérieur. Ce type de construction est simple et peu coûteux, malgré la faible surface des ouvertures pour garder la stabilité de l’ouvrage. Il faut noter que ce processus est très peu répandu de nos jours.

Technique « Montholier »[modifier]

Cette méthode utilise une ossature bois. Les bottes de paille sont posées et dépassent de part et d’autre de l’ossature. Un mortier de chanvre permet de combler les vides entre les bottes.
Afin d’éviter le pourrissement de la paille, il faut permettre une bonne évacuation de la vapeur d’eau. Pour cela l’enduit intérieur doit être un peu moins perméable à la vapeur que l’enduit extérieur. Par conséquent, l’enduit intérieur est fait de couches en chaux hydraulique alors que l’enduit extérieur est réalisé en chaux aérienne.
Pour protéger la paille de la pluie, l’enduit extérieur doit être composé de trois couches réalisées avec des sables de granulométrie différentes (de plus en plus fin, de la première couche à la couche de finition), afin de repousser l’eau vers l’extérieur par effet de capillarité.
Cette technique est pénalisée par le coût de réalisation des enduits. Malgré le faible coût de la paille, le prix de revient du bâtiment fini, si l’on fait tout faire par des professionnels, est comparable à celui d’une maison en briques, il en est de même pour le temps de construction. Ce qui va à l’opposé du but recherché.

Technique « autrichienne »[modifier]

Dans le cadre du développement durable, le gouvernement autrichien a été l’un des premiers à se pencher sur la construction en paille. Plusieurs variantes ont été testées, mais la meilleure technique semble être celle qui utilise des panneaux pour le décor intérieur (plaque de plâtre) et extérieur (panneau pare-pluie de fibre de bois).
Cette méthode est semble-t-il la plus élaborée de nos jours. Le montage se fait à sec et le temps d’exécution est réduit comme pour les maisons à ossature bois. Il est assez facile de faire par soi-même certains travaux de la construction, réduisant ainsi le coût final, comme par exemple la pose du pare-pluie (fixé à l’ossature par des agrafes) ou encore des bottes de paille (de préférence après la pose du pare-pluie). Le montage est ainsi très rapide. Attention cependant à conserver une façade extérieure perméable à la vapeur d’eau tel un crépi à la chaux, un enduit respirant ou bien un bardage bois.

Voici quelques détails techniques concernant la technique « Autrichienne » :

  • Le Mur

Fichier:Mur paille.jpg

Source : http://www.ideesmaison.com

Avantages et inconvénients[modifier]

  • Les Avantages :
    • Le prix : la maison en paille peut être réalisée par le constructeur lui-même, on parle d’auto-construction, ce qui réduit beaucoup le coût. En effet lorsque l’on fait faire sa maison en paille par des professionnels plus d’un tiers du coût final est dû à la main d’œuvre.

Les matériaux utilisés pour ces maisons (bois et paille principalement) sont facilement disponibles localement et peu cher (la botte de paille revient environ à 2€).

    • L’isolation : la paille est un excellent isolant (thermique et acoustique) laissant circuler l’humidité ce qui permet d’avoir une maison très saine.
    • Matériau écologique et recyclable : la paille est le matériau écologique par excellence, en effet il est très souvent disponible localement (le trajet entre le lieu de production et le chantier est donc minimiser), et bien sûr il est renouvelable.
    • Matériau avec de nombreuses propriétés :
      • Résistance au feu : les maisons en paille ne brûlent pas facilement, car les bottes de paille sont très comprimés, cela peut être comparé à un annuaire et une feuille de papier : la feuille de papier va brûler très rapidement et facilement tandis que l’annuaire va brûler difficilement puisqu’il est très dense. C’est la même chose pour la botte de paille.
      • Solidité : les maisons en paille sont très solides. D’abord grâce à l’ossature en bois qui assure une grande stabilité de la structure et aussi grâce à l’enduit fait de terre, de chaux et de paille qui recouvre les bottes de paille et qui est très dur une fois séché.

D’ailleurs il existe aujourd’hui des maisons en paille qui ont près d’un siècle, ce qui montre bien qu’elles sont solides. Par ailleurs ces maisons peuvent être construites sur plusieurs étages.

      • Forme : Toutes les formes sont envisageables : ronde, carrée…
  • Les inconvénients :
    • L’humidité : c’est le point le plus important à surveiller pour les maisons en paille. En effet les murs doivent être très bien protégés pour éviter qu’ils ne prennent l’eau et donc qu’ils pourrissent.
      Ainsi il faut qu’il y ait une avancée de toit importante pour protéger les murs de la pluie, les murs sont d’ailleurs réalisés sur un muret en dur d’environ 50cm afin d’isoler la paille du sol et du rebond des gouttes de pluie. Aussi il est indispensable que le tour de la maison soit bien drainé pour éviter l’accumulation d’eau.
      Si tous ces critères sont respectés il n’y aura pas de problèmes.
    • Le revêtement extérieur : pour ne pas étouffer les murs, il faut faire attention à n’utiliser que des revêtements de mur qui soient perméables.
    • L’auto-construction : Pour diminuer le coût de revient, l’auto-construction est obligatoire. Dans le cas où celle-ci ne serait pas choisie, le coût de réalisation est équivalent à celui d’une maison en parpaings classique.

Coût[modifier]

Le prix d’une maison en paille est dû pour un tiers à la main d’œuvre et pour deux tiers aux matériaux, c’est pourquoi le prix de revient varie sensiblement d’une maison à l’autre suivant que le propriétaire a participé à la construction ou non. Ainsi une maison auto-construite est une construction à bas prix, et ce coût peut être encore réduit si l’on utilise des matériaux de récupération. Mais ce type de construction est surtout très intéressant à long terme en ce qui concerne les économies d’énergie, notamment pour le chauffage puisque la paille est un excellent isolant avec une valeur de R = 6 m²K/W. Pour comparaison une maison en parpaings avec de la laine de verre à environ pour valeur R = 2 m²K/W.

Exemple : 100000€ pour une maison de 150m² faite en partie en auto-construction et sans excès de matériaux.

Conclusion[modifier]

Dans une période où l’immobilier est en crise et reste cher, l’utilisation de la paille apparaît être une solution très séduisante. D’un point de vue performance / prix, cette méthode mérite d’être connue et ne devrait pas être réservée exclusivement à une clientèle écologique. La maison en paille reste un choix intéressant pour les personnes ayant un budget réduit et qui désirent s’investir dans la construction de leur habitation. Ainsi à budget équivalent, ils obtiendront une maison bien plus confortable, économe et saine qu’une construction maçonnée.

Voir aussi[modifier]

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Sites internet[modifier]

Blogs[modifier]


Noia 64 apps kfm home.png
Portail Se loger – Tous les articles Ékopédia concernant le logement.