10 trucs pour protéger l'environnement : Différence entre versions

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Aller à : navigation, rechercher
(Diminuons notre consommation de viande, et, pour les protéines animales restantes, privilégions celles à faible empreinte écologique : Mise en forme)
(Déplacement de remarques sur la page de discussion)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{Vivre ensemble}}
 
{{Vivre ensemble}}
On titre ici "10 trucs pour sauver la planète" mais à moins d'une guerre thermonucléaire globale la planète survivra à l'humanité. La planète n'a pas besoin d'être sauvée mais elle a besoin d'une gestion durable et écologique pour préserver sa richesse biologique et surtout assurer un avenir à l'humanité. Ces "10 trucs" sont donc censés sauver l'humanité et non la planète.
 
  
 
Devenir plus '''{{Vert|écolo}}''' n'est pas aussi difficile que nous pourrions le penser. Il y a de petites choses que l'on peut effectuer chaque jour pour aider à réduire les [[gaz à effet de serre]] et notre impact négatif sur l'environnement. Prendre soin de la Terre n'est pas seulement une responsabilité, c'est un privilège, voire un vrai plaisir citoyen !
 
Devenir plus '''{{Vert|écolo}}''' n'est pas aussi difficile que nous pourrions le penser. Il y a de petites choses que l'on peut effectuer chaque jour pour aider à réduire les [[gaz à effet de serre]] et notre impact négatif sur l'environnement. Prendre soin de la Terre n'est pas seulement une responsabilité, c'est un privilège, voire un vrai plaisir citoyen !

Version du 22 janvier 2009 à 17:37

Noia 64 apps locale.png
(?) Cet article fait partie du
Thème
Vivre ensemble...


L'Éphéméride du jour
Calendriers
Noël
Animaux de compagnie
Cultures associées
Décroissance
Économies alternatives
Activités coopératives
Sociétés alternatives
Écologie
Écovillages
Environnement
Gestion des déchets
L'Homme qui plantait des arbres
Énergie
Énergies renouvelables
Naturisme
Politique
Publicité
Sciences humaines et sociales
Transports en commun



Vivre ensemble (Catégories)
Vivre ensemble (Portail)


Devenir plus écolo n'est pas aussi difficile que nous pourrions le penser. Il y a de petites choses que l'on peut effectuer chaque jour pour aider à réduire les gaz à effet de serre et notre impact négatif sur l'environnement. Prendre soin de la Terre n'est pas seulement une responsabilité, c'est un privilège, voire un vrai plaisir citoyen !

Cet article vise à proposer 10 gestes importants que tout un chacun peut mettre en œuvre simplement (on ne parle donc pas ici de centrales éoliennes versus le nucléaire).

Utilisons le moins souvent possible la voiture et l'avion

Ma Terre saigne

Il y a un moyen très simple pour moins utiliser la voiture ou tout autre moyen de locomotion motorisé personnel, c'est de se rendre au travail différemment, par un mode de déplacement alternatif. En règle générale, nous effectuons 5 aller et retour dans la semaine pour cela. Si nous arrivons à supprimer la voiture sur ces trajets, c'est déjà gagné. Aller au travail à pied ou en vélo est parfois possible et souvent même bien plus pratique et agréable que d'utiliser les transports en commun ou la voiture, notamment au niveau du stationnement, de la fluidité de circulation. Si nous sommes contraints d'utiliser notre voiture, nous pouvons peut-être envisager le covoiturage. Se déplacer à 2, 3 voire 4 ou 5 personnes dans une seule voiture peut s'avérer une excellente solution pour les trajets quotidiens, tant d'un point de vue économique qu'écologique.

De même, le train ou le bateau (voyage en cabine sur un cargo par exemple) sont beaucoup plus écologiques que l'avion. Donc, pour vos trajets sur terre, privilégiez le train; et pour vos trajets de vacances, si vous ne pouvez utiliser le train, à cause de la mer ou l'océan, pensez aux cargos, ferrys ou autre bateaux de croisière : c'est plus lent, mais le voyage fait aussi partie des vacances, et vous serez plus confortablement installé que dans l'espace réduit d'un siège d'avion.

Diminuons notre consommation de viande, et, pour les protéines animales restantes, privilégions celles à faible empreinte écologique

Contrairement aux idées reçues, un régime sans viande en plus d'être excellent pour la santé[1] l'est également pour l'environnement[2]. Sans forcement aller jusqu'au végétarisme, consommer de la viande de manière modérée (2 fois par semaine) permet de réduire considérablement son empreinte écologique. En effet, l'élevage du bétail entraîne un gaspillage très important de céréales, d'eau, d'énergie fossile et de terres cultivables. Aux États-Unis, plus de la moitié des récoltes de céréales sert à nourrir le bétail. Pour une même surface de terre cultivable, on obtient 16 kilogrammes de soja ou de céréales et 1 kilogramme de viande de bœuf. De plus en plus de forêts sont déboisées pour faire place à des champs dont la seule utilité est de produire des céréales destinées à l'alimentation animale. Un rapport récent du journal scientifique "Nature"[3] annonce que 40% de l'Amazonie seront détruits d'ici 2050 si les tendances actuelles de l'expansion agricole se maintiennent. Il n'est pas inutile de rappeler que selon un autre rapport de l'ONU[4], l'élevage émet plus de gaz à effet de serre que tous les transports réunis.


Parmi les différents choix écologiques[5], le choix du type de viande et de protéines animales compte aussi, comme le montre ce diagramme : [2]. Ainsi, le bœuf, le veau et les fromages sont pires que le poulet, les œufs et le lait. Le porc est intermédiaire, et le mouton, absent du diagramme, est entre le porc et le bœuf.

Pour les poissons, il faut éviter de consommer des prédateurs (saumon, thon, truite), qui transforment plusieurs kilo de poisson en un seul de leur kilo. Donc consommer en priorité des sardines et du hareng.

D'ailleurs, dans les végétaux, le choix de produits à faible empreinte écologique est aussi possible. Parmi les céréales, il faut privilégier le blé, quinoa, seigle, orge au détriment du riz, qui, du fait des rizières produisant du méthane, est moins écologique. Et encore mieux que les céréales, la pomme de terre est la source de féculents commune la plus écologique.

Consommons local

Pour notre alimentation, nos habits, notre mobilier, considérons toujours l'impact négatif du transport de toutes ces marchandises. Consommer local peut aussi être produire local. Quelques poules dans le fond du jardin pourront manger les déchets de table de notre tas de compost. Il n'est pas non plus très compliqué de s'occuper d'une ruche. Encore plus simple, les bordures de fleurs qui se transforment en jardin de condiments (thym, romarin, menthe, ...). Dans le même esprit vous pouvez adhérer à une Association pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) et chaque semaine aller chercher votre panier de légumes dans une ferme à proximité de chez vous.

Faisons attention à la manière dont nous utilisons l'eau

Les petites choses peuvent avoir beaucoup d'importance. Il est bon de ne pas laisser le robinet couler tout le temps pendant que nous nous brossons les dents. Si nous avons une toilette qui laisse couler en permanence un peu d'eau, cela peut représenter plusieurs dizaines de litres d'eau par jour. Le recours aux Toilettes sèches modernes (ou Toilette à Litière Biomaîtrisée) permet sans mauvaises odeurs des économies d'eau encore plus importantes (supérieures à 10m3/an/personne) et donne un compost en valorisant nos déchets. Boire de l'eau du robinet plutôt que de l'eau en bouteille nous permet de ne pas gaspiller d'emballages. Laver notre linge avec des produits biodégradables et à l'eau froide est aussi un plus non négligeable.

Recyclons

Nous pouvons aider à réduire la pollution en mettant simplement nos bouteilles de plastique dans un bac différent. Si nous hésitons dans le choix entre deux produits, il est préférable de prendre celui avec le moins d'emballage. Considérant un bâtiment avec 7000 employés qui recyclent tous leurs déchets papier durant une année, cela représente l'équivalent de la suppression de 400 voitures de la route (Source EPA).

Le compost : c'est faire d'un déchet une richesse!

Compostons

Composter, c'est réduire le volume d'ordures ménagères (entre 20 et 30%) incinérées ou mises en décharge, c'est enrichir son jardin sans frais... c'est faire d'un déchet une richesse! Composter c'est simple, la fabrication d'un bac est aisée et son achat est parfois facilité par des aides financières (ex : la ville de Québec rembourse 50$ sur l'achat).

Économisons l'électricité

Éteindre les lumières derrière nous, éteindre l'ordinateur (et l'écran) lorsque nous n'en avons pas l'utilité, la télé et le magnétoscope, utiliser des ampoules fluocompactes plutôt que des ampoules traditionnelles sont des gestes simples, mais très efficaces sur notre consommation électrique. La sécheuse (séchoir à linge) n’est pas toujours indispensable. Profitons de la chaleur de l’été et des grands vents de l'automne pour faire sécher notre linge (le soleil est d'ailleurs le meilleur détachant pour les vêtements !).

Achetons ou utilisons usagé

Acheter neuf est-il nécessairement tout le temps utile ? Bien souvent, nous trouverons de nombreuses choses dans le domaine de l'usagé. Leur prix sera réduit et donc plus avantageux. Quant à la qualité, elle peut être très variable, mais bien souvent, des objets plus anciens seront plus durables que des objets équivalents et neufs. Mais surtout, utiliser des produits d'occasion, c'est réduire sa consommation et donc la production de biens et ainsi la pollution. C'est aussi éviter à un produit d'être pris à tort pour un déchet !

Utilisons des matières biodégradables

Minimisons l'utilisation des sacs de plastique au maximum. A-t-on besoin d'un sac pour tout emballer, même pour un seul produit que l'on peut tenir dans sa main ? Les sacs en tissu et paniers en osier sont une bonne alternative lorsque l'on a réellement besoin d'un espace de stockage. Attention aux sacs en plastique dits biodégradables, tous ne le sont pas réellement et certains sont seulement biofragmentables, ce qui n'est pas fondamentalement mieux que le plastique. Au-delà des simples sacs plastiques, beaucoup de produits fortement polluants peuvent être remplacés par des produits biodégradables. Pour l'entretien de la maison, beaucoup de produits toxiques peuvent être remplacés aisément par des produits moins nocifs et plus sains. Le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude sont deux matières premières de choix pour ces usages.

Devenons actifs et passeurs

Devenons actifs et participons à des groupes écologiques près de chez nous. En vivant notre écologie avec plaisir, nous transmettrons le plaisir de l'écologie. Investissons-nous dans des causes environnementales, aidons le projet Ekopedia !

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Références

  1. Position officielle de l'Association Américaine de Diététique sur l'alimentation végétarienne
  2. Magazine L'état de la planète
  3. http://www.greenpeace.org/ : Mc Donald saccage l'Amazonie
  4. FAO - L’élevage aussi est une menace pour l’environnement. Des remèdes s'imposent
  5. [1]

Bibliographie

  • Enfin de bonnes nouvelles par David Suzuki et Holly Dressel, aux éditions Boréal. ISBN 9782764605066