Écolabels généraux

Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.
Ceci est une version archivée de cette page en date du 20 août 2012 à 18:20 et modifiée en dernier par AnneJea (discussion | contributions).
Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Noia 64 apps locale.png
(?) Cet article fait partie du
Thème
Vivre ensemble...


L'Éphéméride du jour
Calendriers
Noël
Animaux de compagnie
Cultures associées
Donner (Portail)
Décroissance
Économies alternatives
Entreprise autrement (Portail)
Activités coopératives
Sociétés alternatives
Écologie (Portail)
Écovillages
Environnement
Gestion des déchets
L'Homme qui plantait des arbres
Énergie (Portail)
Énergies renouvelables
Naturisme
Organismes (Portail)
Politique
Publicité
Sciences humaines et sociales
Transports en commun (Portail)



Vivre ensemble (Catégories)
Vivre ensemble (Portail)


Noia 64 apps cookie.png
Cet article fait partie du
Thème S'alimenter

Cueillette sauvage
Agriculture
Permaculture
Apiculture
Potager et Verger
Alimentation
Aliments biologiques
Fruits et légumes de saison
Chasse
Pêche
Recettes de base
Végétarisme


Voir aussi :
Catégorie:S'alimenter
Portail:S'alimenter

Les produits qui portent un écolabel ont un impact réduit sur l'environnement en comparaison avec des produits similaires. Les labels environnementaux ont pour but d'aider les consommateurs qui veulent acheter des produits moins nocifs pour l'environnement, des « écoproduits ». C'est aussi un argument marketing pour les industriels.

Note : Les logos présents sur cette page sont des marques déposées. Ils ne sont pas libre d'utilisation mais sous copyright.

Les labels généraux[modifier]

Le label écologique européen[modifier]

Label européen

Le logo de cet écolabel se présente comme une petite fleur, avec une tige et quatre feuilles vertes, dont les douze pétales sont des étoiles bleues qui entourent un E courbé (comme le symbole de l'euro) vert.

Le label écologique européen est attribué pour une durée déterminée à un produit selon des critères écologiques, définis par la Commission Européenne, qui tiennent compte de tout le cycle de vie du produit, de sa production et son utilisation jusqu'à son élimination. Il concerne 21 produits ou services : les lave-vaisselle, les lave-linge, les réfrigérateurs, les aspirateurs, les produits en papier absorbant, le papier à copier et papier graphique, les produits de lessive, les produits pour lave-vaisselle, les détergents pour vaisselle à la main, les nettoyants universels et les nettoyants sanitaires, les amendements pour sols, les ampoules électriques, les peintures et vernis, les revêtements de sol durs, les textiles (habillement, linge de lit et textiles d'intérieur ), les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables, les télévisions, les chaussures, les matelas et les services d'hébergement touristique.

L'industriel est volontaire et paie pour l'utilisation du label. Il est contrôlé par un organisme certificateur du pays où son produit est fabriqué ou commercialisé (l'AFNOR en France).

Label Ange Bleu

Le label écologique Ange Bleu[modifier]

Créé en 1978 par le gouvernement allemand, Blauer Engel (Ange bleu) est le plus ancien et le plus connu des labels écologiques. Il est attribué à des produits dont les répercussions sur l'environnement et la santé publique sont limitées.

label unique de l'IBR

Le label matériaux écologiques allemand IBR[modifier]

L'Institut pour les matériaux biologiques du Bâtiment de Rosenheim (I.B.R.) en Allemagne est un des 5 organismes indépendants délivrant une certification écologique pour les matériaux du bâtiment. Le contrôle bisannuel porte sur l'ensemble des composants des produits, leur durée de vie, leur entretien et leur recyclage. L'institut vérifie la toxicité éventuelle dans des conditions d'utilisation extrêmes. Seuls les produits satisfaisant à l'ensemble des tests seront certifiés et conseillés par l'IBR.

Le label de l'IBR est reconnu dans la plupart des pays de la zone Euro.

L'industriel est volontaire et paie pour la réalisation des tests. Les tests sont réalisés selon les directives des éco-normes allemandes comparables et parfois plus contraignantes que la norme NF P01-010.

Label NF environnement

Le label français NF Environnement[modifier]

Ce logo représente une feuille d'arbre sur un disque bleu quadrillé de blanc évoquant la Terre avec un fond ovale bleu. On peut lire NF ENVIRONNEMENT sous l'ovale. La marque NF-Environnement est la propriété de l'Association Française de Normalisation (AFNOR).

Le label NF Environnement est attribué pour une durée déterminée à un produit dont l'impact sur l'environnement est réduit par rapport aux autres produits du même type. Les critères prennent en compte tout le cycle de vie du produit.

L'industriel est volontaire et paie pour l'utilisation du label.

Ecolabel Nordic Swam

Le label écologique Nordic Swan[modifier]

Ecolabel scandinave (issu des autorités norvégiennes, suédoises, finlandaises, islandaises et danoises), le Nordic Swan (Cygne blanc) vise à encourager une conception durable des produits. Il est attribué à des produits répondant à un cahier des charges écologique précis et doit être renouvelé tous les 3 ans.

Fichier:EcoLogo.png
label écologique Écologo

[modifier]

Le programme Environnemental Choice est une certification qui a été créé par Environnement Canada en 1988 avec plus de 300 catégories de produits pour aider les consommateurs à identifier les services / produits qui sont moins nocifs pour l'environnement.

En 2010, l'entreprise comptait plus de 7 000 produits issus de 300 entreprises/marques certifiés ÉcoLogo.

Les labels du recyclage[modifier]

Le point vert, un faux écolabel[modifier]

Point vert

En France, le point vert sur les emballages signifie que l'entreprise a payé une contribution à Éco-emballages (en moyenne 0,7 centimes d'euros par emballage). Cette contribution qui sert à financer l'organisation de la collecte sélective des déchets dans les communes est obligatoire. Donc elle ne correspond pas à une quelconque volonté de l'industriel de protéger l'environnement. Le paiement de la contribution autorise les entreprises à utiliser ce logo circulaire représentant deux flèches, l'une vert clair et l'autre vert foncé, enroulées. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le point vert ne veut pas dire que l'emballage est recyclable ni recyclé. Ce logo ressemble au logo du recyclage, ce qui porte à confusion.

Le système du point vert est utilisé dans d'autres pays européens comme la Belgique ou l'Allemagne.

Reconnaître les produits recyclés[modifier]

Ruban de Möbius

L'anneau de Möbius est composé de 3 flèches repliées qui forment un triangle. Le ruban de Möbius est le logo universel des matériaux recyclables depuis 1970. Ce logo du recyclage peut désigner aussi bien des produits recyclables que des produits recyclés. Le logo seul désigne un produit recyclable. Lorsque ce logo est appliqué sur un produit recyclé, on peut lire en plus le pourcentage de matières recyclées qu'il contient.

Les bonnes pratiques de l'utilisation de ce logo sont régies par la norme ISO 14021.

Les labels du bois, carton, papier et industrie graphique[modifier]

Vista-xmag.png Consulter aussi l’article :   Les labels du bois, carton, papier et industrie graphique.

Les labels de l'agriculture et de ses produits dérivés[modifier]

Vista-xmag.png Consulter aussi l’article :   Labels alimentaires.

Les labels des produits cosmétiques et pharmaceutiques[modifier]

Le label Nature et progrès[modifier]

Nature et progres.gif

Créé en 1964 par des médecins et des agronomes, l'association est à l'origine du premier cahier des charges au monde de l'agriculture biologique.

Regroupant consommateurs et professionnels, elle offre la garantie associative, à travers ses cahiers des charges, d'un niveau d'exigence supérieur à la règlementation bio européenne. La mention N&P concerne les produits alimentaires et, depuis 1998, les cosmétiques et les produits d'entretien. Le but des professionnels adhérents à l'association est de faire des produits qui respectent les lois de la nature en utilisant le moins possible d'éléments de synthèse. Ils s'engagent ainsi à respecter un cahier des charges pour obtenir la mention. Des contrôles sont effectués par un organisme indépendant validé par la Fédération N&P

Par exemple, les cosmétiques labellisés Nature et progrès ne contiennent pas de composés pétrochimiques, de produits de synthèse, de parfums de synthèse ni de colorants de synthèse. Les ingrédients végétaux sont forcément bio. Les parfums sont composés d'huiles essentielles et les huiles végétales utilisées sont d'origine biologique. L'acide ascorbique est autorisé comme conservateur.
Le label ne concerne pas qu'un seul produit puisqu'au minimum 70 % des gammes de cosmétiques doivent répondre aux critères du cahier des charges. Le cahier des charges concerne également la gestion environnementale de la production. En 2005, 23 sociétés de cosmétiques sont concernées par le label Nature et progrès.

L'association Nature et Progrès est investie dans la lutte contre les OGM, la défense des semences fermières, etc.

Le label Demeter[modifier]

Le label Demeter concerne des produits cultivés en suivant les principes de la biodynamie. Les produits labellisés Demeter respectent le cahier des charges de l'agriculture biologique plus les critères de l'agriculture biodynamique. Le label Demeter est international. Les producteurs sont contrôlés par un organisme de certification indépendant (comme Ecocert en France).

Dans la mythologie grecque, Déméter est la déesse des moissons. Le label Demeter a été déposé en 1932.

Le label Cosmebio[modifier]

L'association professionnelle française Cosmebio, qui regroupe principalement des fabricants de cosmétiques, a mis en place un label pour les cosmétiques naturels en 2002. Le contrôle est effectué par des organismes certificateurs indépendants et agréés comme Ecocert. Il y a en réalité deux labels Cosmebio : le label ECO (écologique) et le label BIO (écologique et biologique).

Le label Cosmébio écologique ECO[modifier]

Label Cosmébio ECO

Le label Cosmébio écologique garantit que l'on trouve :

  • au minimum 95 % d'ingrédients naturels,
  • au minimum 5 % d'ingrédients bio sur le produit fini,
  • et 50 % d'ingrédients bio sur le total des ingrédients végétaux.

Le label Cosmébio écologique et biologique BIO[modifier]

Label Cosmébio BIO

Le label Cosmébio écologique et biologique garantit que l'on trouve :

  • au minimum 95 % d'ingrédients naturels
  • au minimum 10 % d'ingrédients bio sur le produit fini
  • et 95 % d'ingrédients bio sur le total des ingrédients végétaux.

À ce sujet, il faut rappeler que les produits cosmétiques actuels comportent 50 à 80 % d’eau, non certifiable. Le pourcentage d'ingrédients bio dans le produit fini peut être très variable d'un produit à l'autre. Il est intéressant de vérifier ce pourcentage sur l'emballage du produit. Car un produit peut être labellisé cosmétique "bio" alors qu'il ne contient que 10 % d'ingrédients issus de l'agriculture biologique.

Les ingrédients interdits dans les produits labellisés Cosmebio : les silicones (polluants), les OGM, les conservateurs de synthèse, les colorants synthétiques, les parfums de synthèse, les ingrédients issus du pétrole.

Il y a une tolérance de 5 % d'ingrédients de synthèse choisis parmi une liste restrictive. Cette liste comprend la soude (indispensable pour la fabrication des savons) et cinq conservateurs de synthèse, sélectionnés parmi plusieurs dizaines, qui sont encore autorisés en attente de substituts naturels possibles et ceci afin de garantir une conservation suffisante pour le consommateur. Les procédés de fabrication doivent respecter l'environnement. Les tests sur les animaux sont interdits.

On labellise des produits cosmétiques, pas des marques. Une même entreprise peut vendre des produits labellisés Cosmébio BIO, des produits labellisés Cosmébio ECO mais aussi des produits non labellisés.

Le texte complet du référentiel Cosmébio peut être acheté auprès d'Ecocert (pour plusieurs dizaines d'euros). Le label Cosmebio est le premier label à imposer un pourcentage minimum de bio dans les produits cosmétiques afin de promouvoir ce mode de production. La plupart des produits ne sont que partiellement bio car certains ingrédients naturels indispensables ne sont actuellement pas certifiables Bio.

Le label Cosmebio est le moins exigeant des labels de cosmétiques naturels. Ce label ne garantit pas que le cosmétique est totalement naturel ni totalement bio donc il faut quand même vérifier les étiquettes.

Le label "Cosmétiques naturels contrôlés" du BDIH[modifier]

Label DU BDIH

Le label Cosmétiques naturels contrôlés du BDIH est un label allemand. Le BDIH est l'association fédérale des entreprises commerciales et industrielles allemandes pour les médicaments, les produits diététiques, les compléments alimentaires et les soins corporels. Cette association d'entreprises créée en 1951 comprend un groupe de travail dédié aux cosmétiques naturels et a défini en 2001 les critères du label "cosmétiques naturels contrôlés".

Une cinquantaine de marques adhèrent à ce label. Les produits cosmétiques sont contrôlés par des instituts de contrôle indépendants.

Pour les ingrédients végétaux, le choix se tourne vers l'agriculture biologique quand les ingrédients sont disponibles en quantité suffisante en version bio.

Le label interdit les tests sur les animaux et l'utilisation d'ingrédients issus d'animaux morts. Les cosmétiques labellisés ne contiennent pas de colorants synthétiques, de parfums synthétiques, de silicone ni de produits dérivés du pétrole.

En France on trouve certains produits qui ont le label BDIH mais ne portent pas le logo sur l'emballage. Les marques choisissent parfois de ne pas mettre le logo BDIH parce que ce label allemand est peu connu en France.

Les labels de plantes naturelles[modifier]

Le label S.I.M.P.L.E.S.[modifier]

Label S.I.M.P.L.E.S.

Le Syndicat S.I.M.P.L.E.S. (Syndicat Inter-Massif pour la Production et L'Économie des Simples), créé en 1982 en Cévennes, regroupe 80 producteurs-cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, alimentaires, cosmétiques et tinctoriales, installés en zone de montagne ou dans des zones préservées. Ils suivent un cahier des charges (agréé en 1988 par le Ministère de l’Agriculture) très strict en ce qui concerne la protection de l’environnement, la préservation des ressources floristiques, la qualité de la production et le respect du consommateur.

Les labels de certification des produits industriels[modifier]

Les certifications de management environnemental[modifier]

La famille de normes ISO 14000 donne des outils pratiques aux entreprises et organisations qui souhaitent identifier et maîtriser leur impact sur l’environnement, et constamment améliorer leur performance environnementale. Les normes ISO 14001:2004 et ISO 14004:2004 se concentrent sur les systèmes de management environnemental. Les autres normes de la famille traitent d’aspects spécifiques, notamment l’analyse du cycle de vie, la communication et l’audit.

Industrie du textile[modifier]

Label Confiance Textile

Elaboré par l'institut autrichien de recherche textile (Öti) et l'institut allemand de recherche Hohenstein, le système de contrôle Oeko-tex a été mis au point en 1992 pour répondre au besoin des consommateurs de trouver des textiles sans risques pour la santé. Les produits certifiés Oeko-Tex sont reconnaissables au label "Confiance textile". C'est l'association internationale Oeko-Tex, regroupant 14 instituts de recherche textile et de contrôle, qui est responsable des contrôles indépendants sur les matières nocives. - Oeko-Tex 100 certifie un textile sain et ne contenant pas de polluants dans des proportions nocives pour la santé (dans les limites des connaissances scientifiques du moment). Pour cela, le référentiel de certification est régulièrement mis à jour. Le certificat Oeko-Tex est valable 12 mois.

- Le label Oeko-Tex 1000 vient compléter l'Oeko-Tex Standard 100 lié au produit par un système de contrôle, d'audit et de certification pour les sites de production respectueux de l'environnement tout au long de la chaîne textile. Pour l'obtenir, les entreprises doivent remplir certains critères concernant leur processus de fabrication respectueux de l'environnement et apporter la preuve qu'au moins 30% de l'ensemble de la production est déjà certifié selon l'Oeko-Tex Standard 100.

- Le label Oeko-100 plus est apposable sur un produit qui respecte les conditions d'obtention du label Oeko-Tex 100 et celles du label Oeko-Tex 1000.

Les labels propres à une profession[modifier]

Le Label « Développement durable, mon coiffeur s’engage »[modifier]

Label Développement durable, mon coiffeur s’engage

Le Label « Développement durable, mon coiffeur s’engage » [1], apposé sur la vitrine, atteste la démarche volontaire entreprise par le salon en faveur du développement durable et la prise en compte de sa responsabilité sociétale et environnementale (RSE).

Acteur économique, éco-citoyen, le coiffeur affiche ainsi son engagement ; les consommateurs sont assurés de son implication.

Depuis 2008, la profession s'implique avec détermination. Elle inscrit le développement durable dans ses pratiques quotidiennes. La prise de conscience des déséquilibres écologiques et humains n'a pas échappé à la coiffure.

La délivrance du label « Développement Durable, mon coiffeur s'engage » est assurée par un organisme certificateur indépendant. Il prend en compte tous les aspects environnementaux et ceux relatifs au personnel pour un niveau optimal de qualité et de bonnes pratiques : consommation d'énergie et d'eau, choix des produits, qualité de l'air, gestion des déchets, santé, ergonomie, sécurité...

http://www.moncoiffeursengage.com/

Les labels relatifs à la consommation d'énergie[modifier]

Voir article détaillé: Les labels de l'électroménager et du matériel informatique

Les labels urbains[modifier]

Depuis quelques années, les métropoles du monde se dotent d'infrastructures connexes de gestion environnementales. Ces réseaux permettent (et parfois obligent) les habitants d'une ville à devenir des éco-citoyens par toutes sortes de mesures ; que ce soit le recyclage, le compostage, la publicité, etc.

Label Eco-quartier

Les éco-quartiers[modifier]

Au Québec, certaines villes, plus particulièrement Montréal, ont développé le réseau des éco-quartiers qui conseillent les citoyens pour une gestion responsable de leurs déchets, leurs actions, etc. Ils sont souvent à l'origine de projets de lois adoptés par la ville. Une bonne partie du processus de l'éco-citoyenneté est prise en charge par le réseau d'éco-quartier.

  • Recyclage (fournir les bacs, documentations, etc.)
  • Publicité (donner des autocollants, références de retrait de liste de marketing, etc.)
  • Corvées (ruelles, parcs, cours d'eau, en collaboration avec les écoles, etc.)
  • Compost (finir les bacs de balcon, cueillette de compost, etc.)

Les éco-quartiers sont une référence en matière d'écologie urbaine. Bien que la plupart des employés soient bénévoles, le réseau demeure très actif et donne un bon coup de main à ceux qui veulent bien se responsabiliser en tant qu'éco-citoyens. 1 million de personnes franchissent chaque jour la porte des salons de coiffure (1). 87 % d’entre elles sont sensibles à l’environnement (2). La profession, au cœur de la cité, a décidé de s’engager dans le développement durable et de le faire savoir à ses clients.

Les labels privés[modifier]

Il arrive qu'une entreprise privée crée également son propre écolabel. On peut citer en exemple Monoprix vert. C'est l'entreprise qui fixe alors les critères environnementaux à respecter par le produit et qui contrôle que ces critères sont bien respectés. Il n'y a pas de contrôle indépendant.

La présence d'un écolabel privé informe le client que le produit serait moins mauvais que les autres pour l'environnement. Il représente une valeur ajoutée qui permet à l'entreprise de vendre plus cher ses produits. Avant de se laisser tenter, il faut vérifier quels sont les critères environnementaux de l'entreprise et quelles garanties elle peut offrir concernant le contrôle (par exemple l'entreprise peut collaborer avec une association indépendante).

Par contre il faut savoir que les allégations environnementales n'ont aucune valeur : les produits naturels, biodégradables à x % ou qui respectent l'environnement ne sont soumis à aucune règle sinon celle de la publicité mensongère. Autrement dit, pour empêcher un produit de dire faussement qu'il est bon pour l'environnement, il faut attaquer le fabricant en justice.

Au delà du label[modifier]

Un label représente des contraintes et des coûts en temps et en argent. C'est un obstacle pour beaucoup de petites entreprises. Cependant, un écolabel peut être un investissement rentable s'il permet de faire plus de profits grâce à la valeur ajoutée qu'il représente. Certaines multinationales ne s'y sont pas trompées : pour elles, les produits "verts" sont un nouveau marché qui leur permet de se diversifier. Une même entreprise peut ainsi vendre en même temps des détergents polluants sous une marque X et des détergents plus écologiques sous une autre marque Y.

Le nombre important de logos sur les produits amène de la confusion chez le consommateur. Les écolabels sont encore assez peu connus du grand public.

Voir aussi[modifier]

Nuvola filesystems folder image.png

La Base Ékopédia propose des documents multimédia libres pour illustrer les articles sur le thème :
« les écolabels »

Liens internes[modifier]

Pages traitant du même thème sur Wikipedia[modifier]

Liens externes[modifier]

Bibliographie[modifier]

Noia 64 apps locale.png Portail Vivre ensemble – Les articles Ékopédia sur « comment vivre ensemble ».
Noia 64 apps cookie.png S'alimenter – Articles Ékopédia concernant alimentation et aliments.